Féminin Psycho n°60 jan/fév 2011
Féminin Psycho n°60 jan/fév 2011
  • Prix facial : 3,90 €

  • Parution : n°60 de jan/fév 2011

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (170 x 224) mm

  • Nombre de pages : 124

  • Taille du fichier PDF : 64,7 Mo

  • Dans ce numéro : retrouver ses valeurs et donner du sens à sa vie.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 60 - 61  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
60 61
ENQUÊTE sont pas faciles. Pour s’en convaincre, il suffit de savoir que parvenir à décider suite à une véritable prise de conscience permet d’aller vers un choix assumé qui permettra de se sentir mieux. Quelques règles pour nous aider Evidemment, les petites décisions quotidiennes ne sont pas concernées, mais il arrive aussi que des choix importants se présentent, ainsi que des résolutions. Décider d’acheter un yaourt aux fruits plutôt que nature est effectivement assez simple, mais ne va non plus changer notre vie. Décider d’acheter bio plutôt que classique est déjà une décision porteuse de sens et de changement. En fait, force est de reconnaître que nous ne cessons de décider : dès le matin au petit déjeuner, céréales ou tartines, en passant par le choix du pantalon ou de la jupe, le transport en commun ou la voiture, faire un pause, signer un emprunt, choisir son médecin de référence, en allant jusqu’à des choix aussi décisifs qu’un changement de sexe ou de sexualité… Il n’est pas rare de se sentir mal face au choix, car la liberté est difficile à porter. Il est tellement reposant de laisser les autres s’occuper de tout, du moins temporairement, un peu comme un retour en enfance. Programmés pour le libre arbitre ? Sans doute n’avons-nous pas été programmés pour ce libre arbitre complet. Dans les siècles passés, nous étions plus dépendants de la lignée, de la classe sociale, de la religion, voire du métier qui se transmettait de père en fils ; le rôle des femmes étant la plupart du temps circonscrit à la famille et au foyer. Aujourd’hui, cela est toujours en partie le cas, mais les nouveaux médias de communication et d’information nous donnent accès à des itinéraires de personnes qui ont pu tout changer dans leur vie par leur choix et leur volonté, nous avons conscience des potentialités 60 FÉMININPSYCHO « Savoir faire les bons choix » inconnues, des possibilités de bouger, de voyager, en bref de quasiment modifier notre destin à volonté. Du moins, c’est l’impression que l’on peut avoir : « Quand on veut, on peut ! ». Et revoici l’angoisse qui revient. Nous voici obligés de choisir… ou pas… Ainsi, de nombreux couples décident de ne pas faire baptiser leur enfant afin de lui laisser le choix justement. Sauf que la vie passant, bien rares sont ceux qui se penchent sur ce sujet pour vraiment faire un choix. Parfois, cela passe par le mariage qui provoque des adhésions à certaines religions. Cet exemple en est un parmi de nombreux autres. Le passé nous laissait moins de choix et aujourd’hui, nous voici bien embarrassés de devoir décider de tout. Une responsabilité énorme qui vient peser sur nous et qui nous rend en quelque sorte coupables en cas d’échec. Les pédopsychiatres insistent d’ailleurs sur le fait que la « contrainte » est excellente pour créer le choix chez l’enfant. Il est difficile, voire impossible de choisir pour un petit enfant. S’il avait vraiment cette responsabilité, il ne se nourrirait que de pâtes et de Nutella, resterait en pyjama et passerait sa vie à jouer. L’apprentissage du choix se fait donc grâce à la volonté des parents qui « obligent » l’enfant et adolescent à découvrir de nouvelles choses. Il est ainsi probable que si la philosophie ou les mathématiques étaient optionnelles au lycée, nombreux seraient ceux qui choisiraient de s’en passer. Manquant de ce fait des matières qui leur permettront ensuite d’avoir une palette de choix désirable. Des sujets qui paralysent C’est aussi l’une des raisons pour lesquelles les coachs, consultants de tout poil, et psy remportent tant de succès. Nous avons de plus en plus besoin d’eux pour nous aider sur des sujets qui nous paralysent. Nous avons tellement peur de faire le mauvais choix que nous nous en remettons à des étrangers pour nous aider à y voir clair. Un exemple parmi d’autres : le bilan de compétences. Il s’adresse à des personnes qui quittent une société, parfois de leur plein gré, parfois non. Le but non avoué est de trouver la voie qui vous convient le mieux. Et si cette voie était tout simplement de rester là où nous sommes ? Sauf que lorsque cela est devenu impossible, le choix est tronqué dès le départ. Les faux choix Ne nous laissons pas abuser par des choix qui n’en sont pas. Il serait faux de croire que tout est toujours possible ! L’important est de prendre conscience que certaines de nos décisions vont influencer notre vie durablement et qu’il convient donc d’y réfléchir à loisir, sans se précipiter ni déléguer à autrui ce qui nous revient. Par ailleurs, nous n’avons pas non plus à décider pour tous et pour toutes, ce qui arrive aussi dans certaines familles où le père ou la mère doivent tout assumer. En amour, la situation se complique encore, les sentiments venant souvent perturber notre capacité de raisonnement, mais finalement ne sont-ils pas un élément déterminant dans le bonheur futur de notre vie privée ? n A.B. A LIRE « Le Paradoxe du choix : Et si la culture de l'abondance nous éloignait du bonheur ? » de Barry Schwartz, Editions Marabout, 252 pages.
Le dilemme est en termes précis une situation qui demande de faire un choix entre deux solutions contradictoires qui cependant mènent à une conclusion identique. La racine grecque signifie double proposition. La définition du dilemme et la théorie des jeux Le mot a pris un sens plus large, il s’agit habituellement d’une situation qui présente une alternative douloureuse. Il désigne un choix difficile, « cornélien » pourrait-on dire, qui reste donc non satisfaisant. « Savoir faire les bons choix » ENQUÊTE Que faire face à un dilemme ? Les choix sont parfois délicats, mais il est heureusement assez rare de se retrouver face à un dilemme. Et c’est tant mieux, car cela signifie que les enjeux sont particulièrement importants et que le poids de la responsabilité de ce qu’une décision risque d’engager peut nous paralyser. Car le propre du dilemme est justement qu’il est quasiment impossible de se décider ou en tous les cas de trouver une solution qui soit totalement satisfaisante. « Il faut donc choisir de deux choses l'une : ou souffrir pour se développer, ou ne pas se développer, pour ne pas souffrir. Voilà l'alternative de la vie, voilà le dilemme de la condition terrestre. » (Théodore Jouffroy) FÉMININPSYCHO 61 PHOTOS.COM D.R. PHOTOS.COM D.R.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 1Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 2-3Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 4-5Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 6-7Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 8-9Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 10-11Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 12-13Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 14-15Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 16-17Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 18-19Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 20-21Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 22-23Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 24-25Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 26-27Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 28-29Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 30-31Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 32-33Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 34-35Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 36-37Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 38-39Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 40-41Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 42-43Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 44-45Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 46-47Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 48-49Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 50-51Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 52-53Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 54-55Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 56-57Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 58-59Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 60-61Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 62-63Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 64-65Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 66-67Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 68-69Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 70-71Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 72-73Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 74-75Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 76-77Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 78-79Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 80-81Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 82-83Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 84-85Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 86-87Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 88-89Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 90-91Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 92-93Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 94-95Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 96-97Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 98-99Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 100-101Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 102-103Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 104-105Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 106-107Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 108-109Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 110-111Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 112-113Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 114-115Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 116-117Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 118-119Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 120-121Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 122-123Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 124