Féminin Psycho n°60 jan/fév 2011
Féminin Psycho n°60 jan/fév 2011
  • Prix facial : 3,90 €

  • Parution : n°60 de jan/fév 2011

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (170 x 224) mm

  • Nombre de pages : 124

  • Taille du fichier PDF : 64,7 Mo

  • Dans ce numéro : retrouver ses valeurs et donner du sens à sa vie.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 54 - 55  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
54 55
PHOTOS.COM LES HOMMES & MOI de partager tout cela avec son compagnon, même si le degré d’intimité et donc de révélation est extrêmement élevé. Garder son jardin secret est au contraire une preuve de maturité et le partager doit être un choix et non pas une obligation. Inutile de culpabiliser à cause de cela. Car cacher certains petits secrets ne signifie pas trahir. Le mythe de l’amour absolu dans lequel les deux partenaires sont en quelque sorte reliés par un lien secret qui leur fait connaître chaque geste ou pensée reste un mythe. Il est normal bien entendu que l’on soit particulièrement sensible à l’autre et à ses humeurs, de là à partager la moindre petite information avec lui, il y a un grand pas ! Pour mener une vie agréable, certains éléments de notre vie ne sont pas à partager, quand bien même il ne s’agit pas de choses qui pourraient nous être reprochées. La crainte de la trahison L’époque est difficile pour les couples, le nombre de divorces le prouve. Ceux qui durent mettent souvent leurs certitudes en question afin de s’adapter à une nouvelle situation. Ces conjoints n’ont pas la sensation d’être casés au sens littéral du terme, mais au contraire de vivre une situation qui reste fragile. Les deux partenaires sont vulnérables 54 FÉMININPSYCHO et tout peut toujours arriver. Eviter les certitudes et faire les efforts nécessaires pour parvenir à ce que leur amour reste bien vivant est salutaire. Les couples qui se séparent sont sous le coup d’une déception ou d’une trahison. Mais il est parfois plus facile de se séparer que de faire l’effort nécessaire pour retrouver un nouveau dynamisme. Il en va parfois de l’image de soi ou des principes que l’on a mis en avant pendant des lustres. Vie commune et non pas vie semblable Il ne faut pas avoir l’impression de trahir son amoureux pour des sujets qui n’ont pas vraiment d’importance. S’il déteste l’une de vos copines, rien ne vous empêche de déjeuner avec elle sans pour autant l’informer ou lui faire un compte-rendu de vos conversations. Certaines discussions n’apportent vraiment rien au couple. On nous a pour la plupart élevés dans l’horreur du mensonge. A tel point que nous avons la sensation parfois de faire un « péché » en ne disant pas tout ou en cachant le fait que nous avons pleuré ou sommes en réflexion sur un sujet dont nous n’avons pas encore envie de discuter à deux. La mauvaise conscience est souvent mauvaise conseillère et en culpabilisant, nous partageons parfois plus que ce que nous souhaitons vraiment. Mentir est évidemment une chose, ne pas tout dire en est une autre ! PHOTOS.COM La crainte de la tromperie C’est en fait la peur de l’adultère et de la tromperie qui pousse certaines femmes et hommes à vouloir tout savoir. « Si tu me trompes, je te quitte », voici une phrase bien familière. A la fois légitime et bien exigeante. D’autant que les trahisons sont légion, elles s’étalent même dans les magazines et concernent jusqu’aux chefs d’Etats. On peut se prendre de passion sans que cela ne se transforme en relation à long terme car l’on ne connaît pas toujours le partenaire dans la période fusionnelle. Lorsque vient le moment de former véritablement un couple, dans la durée, il faut alors réussir non seulement à dialoguer mais à bâtir un projet commun permettant à chacun de garder un certain degré d’indépendance, variable en fonction des couples. Il est ensuite normal que des crises se déclarent, elles sont des moments d’ajustement ou chacun tente de prendre le pouvoir sur l’autre. Les moyens divergent : dévaloriser l’autre, bouder plusieurs jours, se présenter en victime, pleurer ou tomber malade. Pour sortir de ces mauvais pas, il convient de s’ouvrir à nouveau à l’autre pour intégrer les différences mutuelles. Une bonne scène de ménage est plutôt salutaire, car elle permet souvent de mettre en parole des sujets de mécon- PHOTOS.COM
PHOTOS.COM tentement qui n’avaient pas pu être exprimés. Ainsi, les signaux que chacun émet ne sont pas toujours très clairs. Se mettre en colère ou bouder parce que le mari rentre tard sans avoir appelé peut être mal vu par un homme qui était véritablement bloqué par son travail et estime n’avoir rien à se reprocher. Ne pas voir que cette crise est engendrée par l’anxiété que ce retard inexpliqué a soulevé peut poser problème. Respect mutuel, confiance, estime, voire admiration réciproque permettent d’avancer et d’avoir une idée précise de ce que l’on peut attendre de l’autre, sans exiger l’impossible. Le bonheur d’un couple qui dure n’est pas un cadeau, il se construit. Mais tout cela est un processus long qui se met en place doucement. Pendant ce temps, il peut arriver que les crises traversées par l’un ou/et l’autre mènent aussi à une autre histoire d’amour ou tout simplement de sexe. Doit-on tout dire ? En France, 39% des hommes et 25% des femmes en couple auraient déjà trompé leur partenaire sans pour autant se séparer. Autant dire que bien des couples ont connu la tromperie et l’adultère. Pour certains, il faut systématiquement se confier, en parler, quitte à prendre le risque d’une séparation. Pour d’autres, au contraire, mieux vaut garder le secret, du moins lorsqu’il s’agit d’une aventure sans lendemain. Chacun a le droit d’avoir une opinion sur ce point, mais il faut se poser au moins ce type de question : Histoire d’amour extraconjugale ou nuit de sexe opportuniste ? Evènement exceptionnel ou répété ? Il faut être à même de répondre à cela avant de tout révéler à un partenaire avec qui l’on a établi une belle relation et que l’on n’a pas l’intention de quitter. Fréquemment, le sentiment de culpabilité ou la peur de se faire prendre en flagrant délit de mensonge sont les vraies raisons de la sincérité. Et non pas la volonté réelle de partager cela pour examiner ensemble ce qui a pu mener à cette situation et éviter que cela ne se répète. Il convient donc d’assumer sa décision. Parler en acceptant de blesser l’autre, voire plus, mais être convaincu que cela permettra d’avancer dans le couple. Sinon, avoir la force de se taire est un autre choix à condition que l’on souhaite continuer à investir dans son couple et non pas renouveler l’expérience. La peur de la séparation La vraie racine du problème qui fait que l’on préfère garder le secret est que le couple soit dans une situation où la vérité est forcément exigée, une sorte de loi obligatoire qui doit mener à la rupture. La peur de la séparation encourage bien évidemment le secret. Dans les couples plus matures, même si cela ne va pas sans difficulté et souffrance, le fait d’avouer et de pouvoir en parler permet parfois d’évoquer enfin la racine du problème. Il peut s’agir d’un problème d’insatisfaction sexuelle, qui une fois discuté, peut trouver une solution. Ou d’une mésentente, d’un malentendu qui doit effectivement être approfondi et résolu pour pouvoir aller de l’avant. Car le fait de tromper l’autre ne signifie pas forcément que l’amour a disparu. Si l’amour était si simple, ça se saurait ! Le nombre de couples soi-disant modèles qui ont subi quelques avatars notoires ou discrets sont nombreux. Chez les femmes, c’est souvent l’image que renvoie la société qui est insupportable. Personne ne souhaite se voir étiquetée de femme trompée, et encore moins de femme qui accepte la situation sans rien dire. Cette perception des autres oblige parfois à réagir au-delà de ce que l’on souhaite vraiment. Or, la décision ne doit intervenir que par rapport à soi. Certaines savent d’ailleurs très bien que leur cher et tendre n’a pas toujours été fidèle, mais ne souhaitent absolument pas en parler et préfèrent que l’autre garde le secret. Cela évite une crise ou une sorte de rupture forcée qu’elles ne souhaitent absolument pas. Chaque couple doit donc inventer son histoire. Garder certains secrets qui n’en sont pas vraiment n’a pas d’importance. Garder le secret sur une trahison est une décision personnelle qui peut se justifier, car nous avons tous et toutes le droit de vivre et de faire vivre notre couple comme nous le souhaitons. n A.F. A LIRE « Petits Arrangements avec l’Amour » de Lucy Vincent, Editions Odile Jacob. FÉMININPSYCHO 55



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 1Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 2-3Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 4-5Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 6-7Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 8-9Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 10-11Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 12-13Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 14-15Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 16-17Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 18-19Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 20-21Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 22-23Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 24-25Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 26-27Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 28-29Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 30-31Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 32-33Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 34-35Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 36-37Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 38-39Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 40-41Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 42-43Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 44-45Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 46-47Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 48-49Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 50-51Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 52-53Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 54-55Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 56-57Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 58-59Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 60-61Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 62-63Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 64-65Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 66-67Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 68-69Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 70-71Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 72-73Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 74-75Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 76-77Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 78-79Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 80-81Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 82-83Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 84-85Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 86-87Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 88-89Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 90-91Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 92-93Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 94-95Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 96-97Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 98-99Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 100-101Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 102-103Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 104-105Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 106-107Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 108-109Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 110-111Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 112-113Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 114-115Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 116-117Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 118-119Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 120-121Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 122-123Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 124