Féminin Psycho n°56 mai/jun 2010
Féminin Psycho n°56 mai/jun 2010
  • Prix facial : 4,50 €

  • Parution : n°56 de mai/jun 2010

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (170 x 223) mm

  • Nombre de pages : 124

  • Taille du fichier PDF : 22,3 Mo

  • Dans ce numéro : rencontrer quelqu'un ?

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 98 - 99  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
98 99
Une différence essentielle Mais la différence principale se fait au niveau du ressenti : la femme vit sa jalousie dans la peur de l'abandon, et l'homme dans la peur de la perte de sa virilité, de sa capacité à dominer et séduire. hommes ne s'exprime pas d'une façon identique de par les rôles tenus par chacun. Autre raison de différenciation, toujours d'actualité, du moins au niveau du discours populaire : les femmes ne pourraient vivre une liaison adultérine qu'en y mettant du sentiment et en étant donc amoureuses, tandis que les hommes pourraient eux n'avoir que des aventures purement sexuelles de par leurs besoins physiques supérieurs à ceux des femmes. Légèrement fallacieux, pourrait-on dire, mais ce principe admis par la majorité explique en partie que les hommes réagissent globalement de façon beaucoup plus agressive au fait d'être trompé, ou de soupçonner que cela est le cas. D'ailleurs dans les cas extrêmes, on retrouve plus de violences commises par les hommes sur leurs femmes, de par un comportement masculin plus agressif y compris dans la vie de tous les jours. La femme, quant à elle, se projette plus rarement dans des réactions violentes et aura de plus tendance à agresser l'autre femme plutôt que le conjoint. Elle se positionne en tant que rivale, de façon quasi inconsciente. La femme a tendance à voir toutes les autres comme des séductrices en puissance qui risquent de lui voler son conjoint, 98 FÉMININPSYCHO Et les enfants ? Chez le petit enfant Si l'on parle des enfants puisqu'ils sont également concernés par ce sentiment, l'exemple type de la jalousie est celle que ressent un petit à la naissance d'un petit frère ou d'une petite soeur. Cet événement qui reste relativement abstrait tant que tout cela se passe dans le ventre de Maman devient d'un seul coup on ne peut plus concret. Non pas sous la forme d'un autre enfant avec lequel on peut jouer, mais sous la forme d'un petit être tout fragile, qui pleure, dort et est sans arrêt câliné par Maman et Papa. Car dans ce cas également, on se trouve dans la nasse de l'amour. C'est la crainte de perdre l'amour de la mère qui fait naître le sentiment de jalousie. La réaction est à présent bien connue des parents, surveillée et l'on sait qu'il faut continuer à bien entourer l'aîné pour que ce sentiment d'abandon passe bien vite. A cet âge-là, pas de différence entre garçon et fille. La jalousie s'exprime de la même façon, avec parfois des agressions physiques, sans conscience du véritable danger bien entendu, mais avec la volonté inconsciente de vouloir reprendre sa place d'avant. L'image du gâteau est souvent utilisée pour expliquer que le coeur des parents n'a rien avoir avec des parts d'amour qui deviendraient de plus en plus petites au fur et à mesure que le nombre de participants augmente, mais que chaque enfant dispose bel et bien de son grand gâteau d'amour rien que pour lui. Quand l'enfant grandit Lorsque les enfants sont plus grands, ados ou parfois jeunes adultes, comme cela arrive de plus en plus fréquemment avec les seconds mariages et la volonté d'enfanter avec un nouveau conjoint, la jalousie est toujours présente. Sauf qu'elle est maîtrisée, et ne s'exprime pas de façon aussi primaire que chez le petit enfant. Celui-ci par exemple, a parfois la tentation de mordre, de griffer, simplement pour exprimer son mécontentement profond, mais sans véritable volonté de faire mal. En fait, l'objectif est que tout redevienne comme avant. Ce qui est impossible. C'est une réaction qui continue d'ailleurs même à l'âge adulte. La volonté de revenir en arrière, un souhait irréaliste auquel les adultes ont plus tendance à s'accrocher que les enfants. L'enfant ado ou le jeune adulte ne s'exprimera pas d'une façon aussi primaire, mais en y regardant de plus près, on voit bien qu'il faut un petit effort de raisonnement pour se remettre en tête que l'amour d'une mère ne diminue pas pour l'un parce que l'autre apparaît. en la laissant à sa solitude et l'abandon. L'homme, quant à lui, voit chez le rival le risque que celui-ci en vienne à posséder physiquement sa femme. L'aspect sexuel est donc fortement présent. Le fait qu'un autre homme possède sexuellement celle qu'il considère comme lui appartenant, provoque chez l'homme la sensation de ne plus être suffisamment performant dans ce domaine. Si la femme le quitte sans pour autant avoir un autre homme dans sa vie, cela constitue une volonté de dire que le couple est mort, que la relation s'est délitée, etc. En bref, la femme est « compliquée » et « insatisfaite ». Si elle part avec et pour un autre, l'acceptation de ce fait est beaucoup plus difficile pour lui, car il se sent mis en cause au premier degré.
Inutile de culpabiliser parce que l'on ressent cette émotion, elle est tout à fait normale, et encore moins de culpabiliser l'enfant en question. Le tout est de savoir la maîtriser tout comme nos autres émotions, qui, lorsqu'elles prennent le dessus, nous font alors souvent adopter des attitudes, comportements dont nous sommes peu fiers par la suite. Sans oublier les dérapages verbaux qui y sont souvent associés. Le problème est que la jalousie s'exprime souvent sans raison réelle, ni justification. Une sensation, une soi-disant intuition et voici la relation mise à mal. Les déviances de la jalousie Les psychologues connaissent bien ces personnes qui finissent par adopter une attitude qui tient de la maladie. On parle d'ailleurs couramment de « jalousie maladive » lorsque l'on se rend compte qu'une personne que l'on connaît perd le contrôle. L'individu devient alors souvent agressif, la plupart du temps verbalement, mais cela peut aussi aller jusqu'à une agression physique, et surtout des soupçons incessants, des intrusions dans la vie privée, des insinuations, voire du harcèlement. Un acte d'amour au départ... Au départ, la jalousie, même déplacée, est vécue comme une preuve d'amour. Le fait de provoquer une réaction, même démesurée est vécue comme positif. Un peu le même schéma que dans le cas des femmes battues où ces dernières pensent au départ qu'il s'agit d'un simple dérapage dû justement à un excès de sentiment. C'est ce qui explique qu'il n'y ait pas toujours de véritable réaction. Il faut un peu de temps, mais aussi parfois des mois avant de s'apercevoir qu'il n'y a aucune amélioration et que ce n'est pas d'amour qu'il s'agit véritablement. Le comportement du jaloux Le vrai jaloux qui a du mal à contrôler ses sentiments réagit la plupart du temps par des comportements à présent bien connus : Recherche de preuves matérielles. La femme jalouse en particulier est réputée pour être toujours aux aguets, n'hésitant pas à fouiller les vêtements de son mari ou tenter de détecter les secrets du sacro-saint téléphone portable. L'espionnage et le contrôle de l'emploi du temps sont de grands classiques. > Recherche de rencontre avec la rivale soupçonnée. Là encore un grand classique féminin. Le besoin de savoir et de connaître afin de mieux pouvoir se défendre ou déstabiliser le partenaire > Mais cela va aussi jusqu'à une modification de la vie sociale, avec le refus de certaines invitations sur de simples soupçons d'attirance de l'un des partenaires. Le risque peut être imaginaire mais il servira de prétexte au refus. > Les disputes, voire les scènes sont également au rendez-vous, et ce de façon relativement régulière lorsque l'on a à faire à un vrai jaloux. SENTIMENT Le vrai problème intervient lorsque la jalousie est chronique et quasiment compulsive. Impossibilité de se contrôler, de maîtriser ses pensées, et la relation est rapidement en pleine déliquescence. a... mais qui peut tourner mal Lorsqu'il s'agit de l'homme, on le taxe souvent de macho en riant, mais certaines femmes deviennent véritablement prisonnières de cet état de fait. Soit par immaturité, manque d'éducation, modèle culturel, tempérament docile, la femme se sent valorisée dans un premier temps, et peu à peu se reproche de ne pas parvenir à rassurer son conjoint. Le fait d'être amoureux empêche souvent de reconnaître un comportement pathologique. On rentre alors dans des explications qui ne font qu'envenimer la chose, les disputes surviennent et le cercle infernal se met en place. Il devient alors très difficile d'en sortir. En effet, à partir de là, même les bons moments deviennent difficiles. Lorsque l'épouse ou la compagne font preuve de démonstration amoureuse, cela est souvent considéré par le jaloux comme une manifestation simplement destinée à le rassurer. Ce qui n'arrive jamais puisque c'est impossible. En effet, le jaloux cherche absolument à contrôler son conjoint, ce qui est pour le moins inefficace. Même si le conjoint a une liaison amoureuse, il cherche justement à échapper à ce contrôle par une relation moins stressante. Et le fait de chercher à faire culpabiliser l'infidèle ne permet pas de régler quoi que ce soit, au contraire. FÉMININPSYCHO 99



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Féminin Psycho numéro 56 mai/jun 2010 Page 1Féminin Psycho numéro 56 mai/jun 2010 Page 2-3Féminin Psycho numéro 56 mai/jun 2010 Page 4-5Féminin Psycho numéro 56 mai/jun 2010 Page 6-7Féminin Psycho numéro 56 mai/jun 2010 Page 8-9Féminin Psycho numéro 56 mai/jun 2010 Page 10-11Féminin Psycho numéro 56 mai/jun 2010 Page 12-13Féminin Psycho numéro 56 mai/jun 2010 Page 14-15Féminin Psycho numéro 56 mai/jun 2010 Page 16-17Féminin Psycho numéro 56 mai/jun 2010 Page 18-19Féminin Psycho numéro 56 mai/jun 2010 Page 20-21Féminin Psycho numéro 56 mai/jun 2010 Page 22-23Féminin Psycho numéro 56 mai/jun 2010 Page 24-25Féminin Psycho numéro 56 mai/jun 2010 Page 26-27Féminin Psycho numéro 56 mai/jun 2010 Page 28-29Féminin Psycho numéro 56 mai/jun 2010 Page 30-31Féminin Psycho numéro 56 mai/jun 2010 Page 32-33Féminin Psycho numéro 56 mai/jun 2010 Page 34-35Féminin Psycho numéro 56 mai/jun 2010 Page 36-37Féminin Psycho numéro 56 mai/jun 2010 Page 38-39Féminin Psycho numéro 56 mai/jun 2010 Page 40-41Féminin Psycho numéro 56 mai/jun 2010 Page 42-43Féminin Psycho numéro 56 mai/jun 2010 Page 44-45Féminin Psycho numéro 56 mai/jun 2010 Page 46-47Féminin Psycho numéro 56 mai/jun 2010 Page 48-49Féminin Psycho numéro 56 mai/jun 2010 Page 50-51Féminin Psycho numéro 56 mai/jun 2010 Page 52-53Féminin Psycho numéro 56 mai/jun 2010 Page 54-55Féminin Psycho numéro 56 mai/jun 2010 Page 56-57Féminin Psycho numéro 56 mai/jun 2010 Page 58-59Féminin Psycho numéro 56 mai/jun 2010 Page 60-61Féminin Psycho numéro 56 mai/jun 2010 Page 62-63Féminin Psycho numéro 56 mai/jun 2010 Page 64-65Féminin Psycho numéro 56 mai/jun 2010 Page 66-67Féminin Psycho numéro 56 mai/jun 2010 Page 68-69Féminin Psycho numéro 56 mai/jun 2010 Page 70-71Féminin Psycho numéro 56 mai/jun 2010 Page 72-73Féminin Psycho numéro 56 mai/jun 2010 Page 74-75Féminin Psycho numéro 56 mai/jun 2010 Page 76-77Féminin Psycho numéro 56 mai/jun 2010 Page 78-79Féminin Psycho numéro 56 mai/jun 2010 Page 80-81Féminin Psycho numéro 56 mai/jun 2010 Page 82-83Féminin Psycho numéro 56 mai/jun 2010 Page 84-85Féminin Psycho numéro 56 mai/jun 2010 Page 86-87Féminin Psycho numéro 56 mai/jun 2010 Page 88-89Féminin Psycho numéro 56 mai/jun 2010 Page 90-91Féminin Psycho numéro 56 mai/jun 2010 Page 92-93Féminin Psycho numéro 56 mai/jun 2010 Page 94-95Féminin Psycho numéro 56 mai/jun 2010 Page 96-97Féminin Psycho numéro 56 mai/jun 2010 Page 98-99Féminin Psycho numéro 56 mai/jun 2010 Page 100-101Féminin Psycho numéro 56 mai/jun 2010 Page 102-103Féminin Psycho numéro 56 mai/jun 2010 Page 104-105Féminin Psycho numéro 56 mai/jun 2010 Page 106-107Féminin Psycho numéro 56 mai/jun 2010 Page 108-109Féminin Psycho numéro 56 mai/jun 2010 Page 110-111Féminin Psycho numéro 56 mai/jun 2010 Page 112-113Féminin Psycho numéro 56 mai/jun 2010 Page 114-115Féminin Psycho numéro 56 mai/jun 2010 Page 116-117Féminin Psycho numéro 56 mai/jun 2010 Page 118-119Féminin Psycho numéro 56 mai/jun 2010 Page 120-121Féminin Psycho numéro 56 mai/jun 2010 Page 122-123Féminin Psycho numéro 56 mai/jun 2010 Page 124