Féminin Psycho n°56 mai/jun 2010
Féminin Psycho n°56 mai/jun 2010
  • Prix facial : 4,50 €

  • Parution : n°56 de mai/jun 2010

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (170 x 223) mm

  • Nombre de pages : 124

  • Taille du fichier PDF : 22,3 Mo

  • Dans ce numéro : rencontrer quelqu'un ?

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 92 - 93  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
92 93
Peut-on vivre sans amour ? Vivre sans amour, autant dire que cela ne fait partie des ambitions de personne. Nous rêvons tous et toutes d'avoir au contraire une vie remplie d'amour : conjoint, enfants, parents, sans oublier parfois les animaux... Cela fait partie de nos projets de vie dès que nous sommes en âge d'en faire. Et bien sûr, nous n'imaginons pas que les choses se passent autrement. Romantique ou pas, garçon ou fille, nous voulons absolument avoir nos histoires d'amour. Quitte à les imaginer dans un premier temps. Si vous voulez naviguer sur Internet, n'hésitez pas, les forums sont légion sur ce thème. Même le Pape nous dit que l'on ne peut vivre sans amour. L'affaire semble donc entendu, sans amour point de salut ! 92 FÉMININPSYCHO Mais de quoi parle-t-on exactement ? Amour, amour quand tu nous tiens... Tout d'abord, cela signifie l'amour entre deux adultes qui vivent une aventure ou une passion et qui finissent par vivre ensemble ou pas. Sans oublier l'amour physique qui est partie intégrante de ce fameux amour entre adultes. Mais c'est oublier l'amour maternel ou paternel, l'amour de ses parents, de ses frères et soeurs, et ma fois si l'on pense à la religion, l'amour de son prochain ou l'amour de Dieu. Autant dire que l'amour revêt bien des formes différentes. Quelle belle question ! Ou seraitce un défi ? En fait, lorsque nous disposons d'amour dans notre vie, nous ne nous posons pas la question. Cela arrive plutôt lorsque nous sommes dans une étape de notre vie où la solitude nous pèse ou dans une phase de transition où nous ne savons pas trop sur quel pied danser et vers qui nous tourner... Il ne s'agit donc pas d'en être privé, du moins tout au long d'une vie, la question est de savoir si l'on peut vivre, sous entendu, de façon heureuse, alors que l'on se trouve justement privé d'amour. Le gros souci est que la plupart des gens
se sentent diminués sans amour de couple notamment. Ceci dans un souci de normalité bien entendu, la société étant bâtie sur le modèle de la famille, et après tout, les contes de fées font partie, on peut le dire, de notre culture depuis des siècles. Tout ce qui nous met hors normes nous positionne dans une situation délicate et souvent mal vécue. Pour ce qui est de l'amour, on se pose bien des questions : trop moche, trop cassepied, trop bête, trop intello, en bref, nous sommes à la recherche de ce qui peut bien « clocher » chez nous pour que nous ne soyons pas dans la vie avec un ou une partenaire. Cette sensation d'être hors du coup provoque une sorte de complexe d'infériorité qui évidemment ne peut mener au bonheur. Mais comment faire pour ne pas se retrouver dans cette situation ? Ou sinon, comment faire pour bien la vivre lorsqu'elle se présente ? Des besoins dès le plus jeune âge Dans l'histoire de l'homme, il est dit clairement par les médecins que l'amour maternel envers son enfant est le garant d'une croissance équilibrée, qui se fait à un rythme convenable. A priori, il s'agit d'un engrais indispensable dès le plus jeune âge. On a bien raconté ici et là des histoires d'enfants loup » qui seraient comme des petits sauvageons qui ne peuvent parler si ce n'est émettre des sons plutôt animaux. Vivre sans amour en fonction de mère nature ne serait donc pas synonyme de bonheur, comme le pensait Jean-Jacques Rousseau, mais n'empêcherait pas de vivre du moins au premier degré. Trêve de billevesées, vivre sans amour maternel ou autre, pour un enfant est une véritable carence. Alors vivre oui, enfin peut-être, mais bien, non. Les bébés dits éprouvettes » existent bel et bien, mais ils ne grandissent pas pour autant sans amour, le meilleur des mondes n'est pas à notre porte. Les psychiatres, pédopsychiatres sont au moins d'accord sur ce point, vivre sans amour pour un enfant... que nenni... L'enfant aimera même un parent qui le bat, ou le maltraite, car il est en besoin vis-à-vis de ce lien. Lamour adulte Passons donc au coeur de notre sujet, vivre sans amour pour un adulte est-il possible ? 6 Accomplissement personnel 5 Estime de soi 4 Estime des autres 3 Amour, appartenance 2 écurit La pyramide de Maslow SENTIMENTS Au sens littéral du terme, cela ne pose a priori aucun problème vital. La fameuse pyramide de Maslow nous indique que nos premières préoccupations reposent sur des questions de vie et de mort, comme l'alimentation et le sommeil. Si ces deux points sont satisfaits, bien entendu, nous pouvons rester en vie. Cela fait plutôt partie de notre instinct de conservation. Mais ce n'est pas ce que l'on appelle vivre, pour cela il nous faut passer aux stades supérieurs de cette fameuse pyramide qui nous apportent reconnaissance et estime de soi. ysiologique (Source : Wildpedia) On le voit, cette célèbre pyramide des besoins du psychologue Abraham Maslow date des années quarante, mais reste un élément toujours actuel. Ce chercheur travaillait sur la motivation et souhaitait démontrer que chaque individu se doit de satisfaire les besoins d'un premier niveau avant de pouvoir accéder à un niveau supérieur. Il ne servirait donc à rien de chercher à motiver quelqu'un sur une ambition d'accomplissement personnel, si l'on est en fait en situation de combat pour parvenir à subsister tout simplement. On cherche donc d'abord à survivre avant d'assurer sa sécurité. Notre comportement serait directement lié au niveau auquel nous sommes. Tout comme l'homme préhistorique, nous devenons agressifs et prêts à nous défendre quels que soient les moyens dès que l'on menace notre survie à un niveau primaire. L'accession à l'amour intervient dès le niveau 3, ainsi que la sensation d'appartenir à un groupe qu'il s'agisse d'un groupe amical, ludique, professionnel, familial, ainsi qu'à une nation ou à une société. L'estime des autres, de soi et enfin l'accomplissement personnel se bâtissent à partir des 3 premiers niveaux qui sont en quelque sorte les fondations pour un développement personnel. Cette pyramide est surtout utilisée en marketing afin de positionner les produits en fonction de leur cible. Il faut dire qu'elle est extrêmement séduisante de par• FÉMININPSYCHO 93



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Féminin Psycho numéro 56 mai/jun 2010 Page 1Féminin Psycho numéro 56 mai/jun 2010 Page 2-3Féminin Psycho numéro 56 mai/jun 2010 Page 4-5Féminin Psycho numéro 56 mai/jun 2010 Page 6-7Féminin Psycho numéro 56 mai/jun 2010 Page 8-9Féminin Psycho numéro 56 mai/jun 2010 Page 10-11Féminin Psycho numéro 56 mai/jun 2010 Page 12-13Féminin Psycho numéro 56 mai/jun 2010 Page 14-15Féminin Psycho numéro 56 mai/jun 2010 Page 16-17Féminin Psycho numéro 56 mai/jun 2010 Page 18-19Féminin Psycho numéro 56 mai/jun 2010 Page 20-21Féminin Psycho numéro 56 mai/jun 2010 Page 22-23Féminin Psycho numéro 56 mai/jun 2010 Page 24-25Féminin Psycho numéro 56 mai/jun 2010 Page 26-27Féminin Psycho numéro 56 mai/jun 2010 Page 28-29Féminin Psycho numéro 56 mai/jun 2010 Page 30-31Féminin Psycho numéro 56 mai/jun 2010 Page 32-33Féminin Psycho numéro 56 mai/jun 2010 Page 34-35Féminin Psycho numéro 56 mai/jun 2010 Page 36-37Féminin Psycho numéro 56 mai/jun 2010 Page 38-39Féminin Psycho numéro 56 mai/jun 2010 Page 40-41Féminin Psycho numéro 56 mai/jun 2010 Page 42-43Féminin Psycho numéro 56 mai/jun 2010 Page 44-45Féminin Psycho numéro 56 mai/jun 2010 Page 46-47Féminin Psycho numéro 56 mai/jun 2010 Page 48-49Féminin Psycho numéro 56 mai/jun 2010 Page 50-51Féminin Psycho numéro 56 mai/jun 2010 Page 52-53Féminin Psycho numéro 56 mai/jun 2010 Page 54-55Féminin Psycho numéro 56 mai/jun 2010 Page 56-57Féminin Psycho numéro 56 mai/jun 2010 Page 58-59Féminin Psycho numéro 56 mai/jun 2010 Page 60-61Féminin Psycho numéro 56 mai/jun 2010 Page 62-63Féminin Psycho numéro 56 mai/jun 2010 Page 64-65Féminin Psycho numéro 56 mai/jun 2010 Page 66-67Féminin Psycho numéro 56 mai/jun 2010 Page 68-69Féminin Psycho numéro 56 mai/jun 2010 Page 70-71Féminin Psycho numéro 56 mai/jun 2010 Page 72-73Féminin Psycho numéro 56 mai/jun 2010 Page 74-75Féminin Psycho numéro 56 mai/jun 2010 Page 76-77Féminin Psycho numéro 56 mai/jun 2010 Page 78-79Féminin Psycho numéro 56 mai/jun 2010 Page 80-81Féminin Psycho numéro 56 mai/jun 2010 Page 82-83Féminin Psycho numéro 56 mai/jun 2010 Page 84-85Féminin Psycho numéro 56 mai/jun 2010 Page 86-87Féminin Psycho numéro 56 mai/jun 2010 Page 88-89Féminin Psycho numéro 56 mai/jun 2010 Page 90-91Féminin Psycho numéro 56 mai/jun 2010 Page 92-93Féminin Psycho numéro 56 mai/jun 2010 Page 94-95Féminin Psycho numéro 56 mai/jun 2010 Page 96-97Féminin Psycho numéro 56 mai/jun 2010 Page 98-99Féminin Psycho numéro 56 mai/jun 2010 Page 100-101Féminin Psycho numéro 56 mai/jun 2010 Page 102-103Féminin Psycho numéro 56 mai/jun 2010 Page 104-105Féminin Psycho numéro 56 mai/jun 2010 Page 106-107Féminin Psycho numéro 56 mai/jun 2010 Page 108-109Féminin Psycho numéro 56 mai/jun 2010 Page 110-111Féminin Psycho numéro 56 mai/jun 2010 Page 112-113Féminin Psycho numéro 56 mai/jun 2010 Page 114-115Féminin Psycho numéro 56 mai/jun 2010 Page 116-117Féminin Psycho numéro 56 mai/jun 2010 Page 118-119Féminin Psycho numéro 56 mai/jun 2010 Page 120-121Féminin Psycho numéro 56 mai/jun 2010 Page 122-123Féminin Psycho numéro 56 mai/jun 2010 Page 124