Féminin Psycho n°56 mai/jun 2010
Féminin Psycho n°56 mai/jun 2010
  • Prix facial : 4,50 €

  • Parution : n°56 de mai/jun 2010

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (170 x 223) mm

  • Nombre de pages : 124

  • Taille du fichier PDF : 22,3 Mo

  • Dans ce numéro : rencontrer quelqu'un ?

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 54 - 55  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
54 55
-a relec noix de 1'00 m s me Sommes-nous au moins conscient d'être une partie d'un miracle qui dure depuis quelques milliards d'années ? 5 vons des livres, jouons au ballon et regardons les filles... l'air de rien. » L'idée est troublante. Pour la plupart, nous l'avions oublié. Et nous affrontons la vie, comme s'il s'agissait d'un phénomène normal et parfaitement raisonnable. Or, ajoute Ferrucci, « le monde n'a pas été fait pour l'homme. C'est le 54 FÉMININPSYCHO contraire qui est vrai : l'homme a été fait pour le monde, c'està-dire pour la vie. Tâchons de nous en rendre compte ». Leçon n°2 : Soyons des caméléons I Pas de chance, ce n'est pas l'inverse. Ce serait trop facile ! En réalité, nous ne devons rien attendre de ce monde, mais attendre beaucoup de nousmêmes dans ce monde. Le Bouffon de la Science-Fiction, R. Sheckley, ironisait déjà en constatant que « c'est chaque fois la même chose : tu crois toujours que tu es le plus fort. Tu as découvert l'arme absolue, évidemment. Quand tu vas à la pêche, tu es sûr que tu ne te feras pas pêcher toi-même. Quand tu danses, tu crois que les Dieux vont venir te manger dans la main. Alors comment ne deviendrais-tu pas le maître du monde ? Et puis, c'est là où on te dit : "Alors là mon mignon ou ma mignonne, tu te fais de douces illusions ! " Eh oui, un jour, on assiste à la vision inattendue de son impuissance et de l'absurdité de la vie, et là on se dit : "Ha ba si j'avais su, j'aurais pas venu ! ". Alors "comment qu'on fait pour être heureux ? " La psychothérapeute Dominique Chapot parle de composer avec le réel et de ne jamais se déconnecter de la source de notre Joie de Vivre ». Nous attendions d'être choyés, compris. Eh bien non ! La solution est là. Si le destin de chacun est de subir les pressions de l'environnement, autant le faire de bonne grâce, comme le joueur qui, en s'asseyant à la
DOMINIQUE CHAPOT Psychiatre « Apprendre à nourrir les besoins qui se cachent derrière nos émotions ! ! Pensez-vous que le bonheur, c'est d'être heureux tout le temps ? On ne le peut pas toujours. Car la souffrance et la mort font partie de la vie. Le Bonheur, c'est plutôt d'être capable de composer avec le réel, tout en restant connecté à sa source de Joie de vivre. Vous savez... Cette petite flamme intérieure qui vacille souvent, mais ne s'éteint qu'à la fin. Au final, il n'existe pas un, mais des bonheurs. Des bonheurs minuscules, comme les nomme Philippe Delherme, qui se glissent au milieu des souffrances et qui nourrissent jour après jour notre Joie de vivre. Car enfin, c'est elle qui nous permet de tenir debout malgré les tempêtes. table, ne connaît pas les cartes qui vont lui être distribuées. Mieux vaut donc ne pas se lamenter et jouer de son mieux. Leçon n°3 : Posons-nous la question : la blessure fait-elle réellement mal ? Je me dois de vous confier un récit étonnant qu'une psychothérapeute m'a rapporté : un jour, une petite fille somnambule sort dans le jardin et se noie dans la piscine. Les parents sont accablés, se fustigent. Et puis, un jour, la mère de l'enfant confie à sa psychothérapeute : « J'ai la rage de vivre ». Pourquoi les gens qui ont le plus souffert sont ceux qui sont les plus avides de continuer la partie ? Jacqueline Kelen, auteur de Divine Blessure, paru récemment chez Albin Michel, est convaincue d'une seule chose : « Pour la plupart des Quand survient la tempête et que nous sommes assaillis par les émotions douloureuses, que doit-on faire ? Se forcer à être joyeux ? C'est un peu culpabilisant, non ? On le voudrait bien, mais on n'y arrive pas toujours. C'est un peu comme lorsqu'on essaye d'arrêter de penser. Non, chercher à faire taire nos émotions serait un combat perdu d'avance, car elles se manifesteront autrement (par la somatisation). Disons que nous devrions faire la paix avec le réel en acceptant de ne pas tout contrôler. En accueillant nos émotions et en écoutant leur message. Parce que les émotions parlent de nous. Et elles nous disent que l'un de nos besoins fondamentaux est menacé (besoin physiologique, gens, guérir équivaut à ne plus jamais avoir mal. Mais la blessure n'est ni la souffrance, ni le mal, c'est une aspiration à un infini, elle invite à la quête, elle appelle à une infinie liberté. » Trop peu pour les mauviettes donc ! Les grands héros initiatiques nous rappellent qu'un grand destin n'est jamais exempt d'épreuves. D'ailleurs, lorsque l'on sait ce que souffrir veut dire, on en a moins peur. Leçon n°4 : La légende dont vous êtes le héros Nous aspirons à être heureux, mais il y a des jours où nous préférons nous laisser porter par le spleen, ce sentiment de tristesse ou de morosité sans cause décisive. Médecin psychiatre à l'hôpital Saint-Anne à Paris, Christophe André réagit : « Il faut lutter pour ne pas transformer l'émotion de malheur besoin de sécurité, d'amour, d'estime et de sens) et qu'il faut le nourrir. Et cela avant que la souffrance devienne un sentiment durable. À la base du bonheur, il y a donc l'écoute de soi ? Il faut s'écouter, oui. Et écouter l'expression de nos douleurs, afin d'y déceler nos besoins informulés, pour trouver le moyen de les nourrir. Car tant qu'on n'a pas identifié le besoin menacé, la souffrance persiste. Et elle persistera, si nous continuons à confondre besoins fondamentaux (besoin d'estime) et besoins de surface (s'acheter la dernière voiture par ex.). Car être heureux, ce n'est pas tout avoir. On peut tout avoir, mais on est quoi ? en névrose de destinée. Même si cela n'est pas flatteur pour notre ego, tous les travaux montrent qu'il est plus facile d'améliorer notre humeur en agissant qu'en réfléchissant. Il faut donc agir pour prendre soin de soi, lorsqu'on ne va pas bien. Alors, que nous soyons des écorchés n'empêche pas de goûter des petits bonheurs. Des petits, on a dit ! Parce qu'en vouloir trop, c'est trop ! Mais ça, c'est une autre histoire. Affaire à suivre.• À LIRE MILÈNE DECOTTIGNIES Emois en emoi Dominique Chapot, Seuil 181 p.18,05 €. Divine blessure Jacqueline Kelen Albin Michel 304 p.18,53 €. FÉMININPSYCHO 55



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Féminin Psycho numéro 56 mai/jun 2010 Page 1Féminin Psycho numéro 56 mai/jun 2010 Page 2-3Féminin Psycho numéro 56 mai/jun 2010 Page 4-5Féminin Psycho numéro 56 mai/jun 2010 Page 6-7Féminin Psycho numéro 56 mai/jun 2010 Page 8-9Féminin Psycho numéro 56 mai/jun 2010 Page 10-11Féminin Psycho numéro 56 mai/jun 2010 Page 12-13Féminin Psycho numéro 56 mai/jun 2010 Page 14-15Féminin Psycho numéro 56 mai/jun 2010 Page 16-17Féminin Psycho numéro 56 mai/jun 2010 Page 18-19Féminin Psycho numéro 56 mai/jun 2010 Page 20-21Féminin Psycho numéro 56 mai/jun 2010 Page 22-23Féminin Psycho numéro 56 mai/jun 2010 Page 24-25Féminin Psycho numéro 56 mai/jun 2010 Page 26-27Féminin Psycho numéro 56 mai/jun 2010 Page 28-29Féminin Psycho numéro 56 mai/jun 2010 Page 30-31Féminin Psycho numéro 56 mai/jun 2010 Page 32-33Féminin Psycho numéro 56 mai/jun 2010 Page 34-35Féminin Psycho numéro 56 mai/jun 2010 Page 36-37Féminin Psycho numéro 56 mai/jun 2010 Page 38-39Féminin Psycho numéro 56 mai/jun 2010 Page 40-41Féminin Psycho numéro 56 mai/jun 2010 Page 42-43Féminin Psycho numéro 56 mai/jun 2010 Page 44-45Féminin Psycho numéro 56 mai/jun 2010 Page 46-47Féminin Psycho numéro 56 mai/jun 2010 Page 48-49Féminin Psycho numéro 56 mai/jun 2010 Page 50-51Féminin Psycho numéro 56 mai/jun 2010 Page 52-53Féminin Psycho numéro 56 mai/jun 2010 Page 54-55Féminin Psycho numéro 56 mai/jun 2010 Page 56-57Féminin Psycho numéro 56 mai/jun 2010 Page 58-59Féminin Psycho numéro 56 mai/jun 2010 Page 60-61Féminin Psycho numéro 56 mai/jun 2010 Page 62-63Féminin Psycho numéro 56 mai/jun 2010 Page 64-65Féminin Psycho numéro 56 mai/jun 2010 Page 66-67Féminin Psycho numéro 56 mai/jun 2010 Page 68-69Féminin Psycho numéro 56 mai/jun 2010 Page 70-71Féminin Psycho numéro 56 mai/jun 2010 Page 72-73Féminin Psycho numéro 56 mai/jun 2010 Page 74-75Féminin Psycho numéro 56 mai/jun 2010 Page 76-77Féminin Psycho numéro 56 mai/jun 2010 Page 78-79Féminin Psycho numéro 56 mai/jun 2010 Page 80-81Féminin Psycho numéro 56 mai/jun 2010 Page 82-83Féminin Psycho numéro 56 mai/jun 2010 Page 84-85Féminin Psycho numéro 56 mai/jun 2010 Page 86-87Féminin Psycho numéro 56 mai/jun 2010 Page 88-89Féminin Psycho numéro 56 mai/jun 2010 Page 90-91Féminin Psycho numéro 56 mai/jun 2010 Page 92-93Féminin Psycho numéro 56 mai/jun 2010 Page 94-95Féminin Psycho numéro 56 mai/jun 2010 Page 96-97Féminin Psycho numéro 56 mai/jun 2010 Page 98-99Féminin Psycho numéro 56 mai/jun 2010 Page 100-101Féminin Psycho numéro 56 mai/jun 2010 Page 102-103Féminin Psycho numéro 56 mai/jun 2010 Page 104-105Féminin Psycho numéro 56 mai/jun 2010 Page 106-107Féminin Psycho numéro 56 mai/jun 2010 Page 108-109Féminin Psycho numéro 56 mai/jun 2010 Page 110-111Féminin Psycho numéro 56 mai/jun 2010 Page 112-113Féminin Psycho numéro 56 mai/jun 2010 Page 114-115Féminin Psycho numéro 56 mai/jun 2010 Page 116-117Féminin Psycho numéro 56 mai/jun 2010 Page 118-119Féminin Psycho numéro 56 mai/jun 2010 Page 120-121Féminin Psycho numéro 56 mai/jun 2010 Page 122-123Féminin Psycho numéro 56 mai/jun 2010 Page 124