Féminin Psycho n°47 nov/déc 2008
Féminin Psycho n°47 nov/déc 2008
  • Prix facial : 4,50 €

  • Parution : n°47 de nov/déc 2008

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (170 x 223) mm

  • Nombre de pages : 124

  • Taille du fichier PDF : 21,9 Mo

  • Dans ce numéro : le goût de vivre... savoir le trouver et le conserver.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 40 - 41  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
40 41
) ENQUÊTE Une famille sur cinq (avec un ou plusieurs enfants de moins de 25 ans) est monoparentale, selon une étude du Centre d’études de l’emploi. C’était le cas d’une famille sur 10 en 1982. Environ 2,4 millions d’enfants vivent ainsi avec un seul des parents, le plus souvent la mère. La séparation des parents est à l’origine de trois quarts des familles monoparentales. Mais il y a d’autres cas toujours tabous : la femme qui veut enfanter toute seule sans père, celle qui souhaite adopter en solo ou celle qui veut un enfant tout en assumant son homosexualité. Des parcours de toutes façons difficiles. Rencontre avec ces femmes déterminées. a fait un bébé toute seule... » Tout le monde « Elle se souvient de cette chanson de Jean-Jacques Goldman en 1999. Monoparentale, le mot est lâché. Le chanteur à succès, attaché au genre du portrait ne pouvait passer à côté de ces femmes qui « défont désormais leur grand lit toute seule ». Une situation devenue monnaie courante. Lorsque Goldman compose sa chanson, plus d’un million de familles déjà sont « monoparentales ». Une modification de la culture du couple L’évolution scientifique a considérablement modifié la culture du couple, et par là-même, la structure de la famille. Non seulement la femme maîtrise sa fécondité depuis maintenant vingt-deux ans grâce à la contraception autorisée en 1967 et remboursée depuis 1974, mais elle a obtenu le droit de faire un enfant sans père. Une loi bien évidemment guidée par les évolutions de la génétique. Depuis le 25 juillet 1978, Louise Brown, un bébé blond d’un peu moins de 3 kilos, né près de Manchester, a non seulement donné espoir à bon nombre 40 FÉMININPSYCHO « Un enfant toute seule » Mère en solo : un choix ? de familles mais fait franchir une étape à l’humanité. Elle a surtout donné aux femmes la possibilité biologique de faire un bébé toute seule ! Louise Brown est le premier bébé éprouvette de l’histoire de la génétique mondiale. En France, Amandine est arrivée au monde le 24 février 1982, Vincent et Camille, les deux premiers jumeaux français issus de deux embryons congelés ont vu le jour à Clamart le 18 juin 1986. Si le Pape rejette, le 13 mars 1987, toute idée de procréation artificielle, des scientifiques annoncent, en août, l’isolement des gènes qui contrôlent la différenciation sexuelle. Une étape qui pourrait un jour amener les parents à choisir le sexe de leur enfant... Un engagement tardif dans la maternité Sans oublier que les femmes sont de plus en plus nombreuses à s’engager tardivement dans la maternité. Une génération Botox qui mésestime les caprices de la physiologie et l’usure des entrailles. Aveuglées par des stars au ventre plein à 40 ans sonnés, elles ignorent souvent que ces icônes épanouies dépendent d’artifices médicaux arrachés au prix fort. Prises de panique, ces femmes s’en remettent alors à l’assistance médicale à la procréation (AMP), comme un dernier recours, apte à exaucer un désir devenu crucial. Chaque année, de 150 à 400 femmes gagneraient même la Californie ou le Canada pour confier leur grossesse récalcitrante à une autre femme, quitte à enfreindre la loi française. Le Sénat vient de proposer en 2008 la légalisation des grossesses par mères porteuses. Réponse en 2009 avec la révision des lois de bioéthique. De quoi encourager de nouvelles femmes à se lancer seules dans une maternité. Comme Amélie, commerciale à Paris : « J’ai 26 ans et je suis seule. J’ai décidé de faire un enfant toute seule. Déçue par les hommes, j’imagine ma vie sans eux. Je ne veux pas me priver de maternité à cause de ça. J’ai rencontré plein de femmes plus âgées que moi et qui pour elles, tout était fini : pas d’enfants, trop tard ! Je ne veux pas me réveiller à 40 ans toujours célibataire en me disant : « voila tu n’as pas d’homme et tu n’auras probablement plus d’enfants ! » Je sais que beaucoup trouveront ça égoïste, mais c’est mon choix et je l’assume. Mon enfant sera un enfant aimé par sa mère
et même s’il n’a pas de père, je saurais le rendre heureux. Je connais plein d’enfants sans père et beaucoup me disent être heureux... » Le cas du Canada Au Canada, comme la procréation assistée n’était auparavant autorisée qu’aux femmes infertiles, les « célibataires » n’avaient d’autre choix que de s’en remettre à la « collaboration », consentie ou non, d’un homme. Depuis juin 2002, la loi canadienne autorise les femmes seules à avoir recours à cette méthode, rappelle Me Marie-Christine Kirouack, avocate en droit familial. « Le projet parental avec assistance à la procréation existe dès lors qu’une personne seule ou des conjoints ont décidé, afin d’avoir un enfant, de recourir aux forces génétiques d’une personne qui n’est pas partie au projet parental » (art. 538, Code civil du Québec). Selon Me Kirouack, la procréation assistée est assurément le moyen le plus sûr puisqu’il assure un PATRICIA, 38 ans Rennes L’idée de ne pas avoir d’enfant m’est insupportable ! « Je suis une célibataire de bientôt 38 ans, et depuis que j’ai lu dans la presse les résultats d’enquêtes récentes prouvant que la fécondité féminine décroît à partir de 35 ans, je suis morte d’inquiétude. Je n’ai jamais eu beaucoup de chance en amour et je trouvais déjà assez pénible d’être la seule célibataire parmi mes amies mariées, mais maintenant, l’idée de ne jamais pouvoir réaliser mon rêve de toujours d’avoir des enfants m’est totalement insupportable. Mon horloge biologique se dresse devant moi comme un nuage menaçant. Je n’aurais jamais imaginé une chose pareille. Je suis tellement nerveuse que je n’arrive plus à dormir, ni à me concentrer ni même à fonctionner normalement. Il y a tant de choses que j’aimerais faire, mais je crains que me lancer dans de nouveaux projets à mon âge ne réduise ma disponibilité et ne me fasse perdre le temps et l’argent nécessaires pour continuer à sortir et tenter de trouver le mari qui me permettrait d’avoir un enfant. Je me sens ligotée et empêchée de réaliser mes autres rêves, ce qui est totalement négatif : comment pourrais-je intéresser un homme en étant aussi vide intérieurement ? Par ailleurs, on ne peut pas hâter le cours des choses en amour comme dans toute relation, et je ne pense pas qu’épouser le premier venu uniquement pour avoir un enfant soit une bonne idée. Voilà pourquoi, compte-tenu de ces raisons, je commence à envisager sérieusement d’avoir un enfant hors mariage. Étant une mère célibataire, j’aurai peut-être plus de mal à trouver un mari ultérieurement, mais au moins je n’aurais plus cette angoisse et je pourrais profiter de la vie et me donner le temps de choisir un mari selon mon cœur, au lieu de faire les choses à la hâte. Je sais bien que pour un enfant, l’idéal serait d’avoir deux parents, mais pour trouver un partenaire, il faut du temps, et c’est précisément ce dont je manque en ce moment. » PHOTOS.COM D.R. TÉMOIN Faire un enfant toute seule, c'est compliqué. Mais l'élever en solo, c'est encore plus difficile. FÉMININPSYCHO 41 PHOTOS.COM D.R.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Féminin Psycho numéro 47 nov/déc 2008 Page 1Féminin Psycho numéro 47 nov/déc 2008 Page 2-3Féminin Psycho numéro 47 nov/déc 2008 Page 4-5Féminin Psycho numéro 47 nov/déc 2008 Page 6-7Féminin Psycho numéro 47 nov/déc 2008 Page 8-9Féminin Psycho numéro 47 nov/déc 2008 Page 10-11Féminin Psycho numéro 47 nov/déc 2008 Page 12-13Féminin Psycho numéro 47 nov/déc 2008 Page 14-15Féminin Psycho numéro 47 nov/déc 2008 Page 16-17Féminin Psycho numéro 47 nov/déc 2008 Page 18-19Féminin Psycho numéro 47 nov/déc 2008 Page 20-21Féminin Psycho numéro 47 nov/déc 2008 Page 22-23Féminin Psycho numéro 47 nov/déc 2008 Page 24-25Féminin Psycho numéro 47 nov/déc 2008 Page 26-27Féminin Psycho numéro 47 nov/déc 2008 Page 28-29Féminin Psycho numéro 47 nov/déc 2008 Page 30-31Féminin Psycho numéro 47 nov/déc 2008 Page 32-33Féminin Psycho numéro 47 nov/déc 2008 Page 34-35Féminin Psycho numéro 47 nov/déc 2008 Page 36-37Féminin Psycho numéro 47 nov/déc 2008 Page 38-39Féminin Psycho numéro 47 nov/déc 2008 Page 40-41Féminin Psycho numéro 47 nov/déc 2008 Page 42-43Féminin Psycho numéro 47 nov/déc 2008 Page 44-45Féminin Psycho numéro 47 nov/déc 2008 Page 46-47Féminin Psycho numéro 47 nov/déc 2008 Page 48-49Féminin Psycho numéro 47 nov/déc 2008 Page 50-51Féminin Psycho numéro 47 nov/déc 2008 Page 52-53Féminin Psycho numéro 47 nov/déc 2008 Page 54-55Féminin Psycho numéro 47 nov/déc 2008 Page 56-57Féminin Psycho numéro 47 nov/déc 2008 Page 58-59Féminin Psycho numéro 47 nov/déc 2008 Page 60-61Féminin Psycho numéro 47 nov/déc 2008 Page 62-63Féminin Psycho numéro 47 nov/déc 2008 Page 64-65Féminin Psycho numéro 47 nov/déc 2008 Page 66-67Féminin Psycho numéro 47 nov/déc 2008 Page 68-69Féminin Psycho numéro 47 nov/déc 2008 Page 70-71Féminin Psycho numéro 47 nov/déc 2008 Page 72-73Féminin Psycho numéro 47 nov/déc 2008 Page 74-75Féminin Psycho numéro 47 nov/déc 2008 Page 76-77Féminin Psycho numéro 47 nov/déc 2008 Page 78-79Féminin Psycho numéro 47 nov/déc 2008 Page 80-81Féminin Psycho numéro 47 nov/déc 2008 Page 82-83Féminin Psycho numéro 47 nov/déc 2008 Page 84-85Féminin Psycho numéro 47 nov/déc 2008 Page 86-87Féminin Psycho numéro 47 nov/déc 2008 Page 88-89Féminin Psycho numéro 47 nov/déc 2008 Page 90-91Féminin Psycho numéro 47 nov/déc 2008 Page 92-93Féminin Psycho numéro 47 nov/déc 2008 Page 94-95Féminin Psycho numéro 47 nov/déc 2008 Page 96-97Féminin Psycho numéro 47 nov/déc 2008 Page 98-99Féminin Psycho numéro 47 nov/déc 2008 Page 100-101Féminin Psycho numéro 47 nov/déc 2008 Page 102-103Féminin Psycho numéro 47 nov/déc 2008 Page 104-105Féminin Psycho numéro 47 nov/déc 2008 Page 106-107Féminin Psycho numéro 47 nov/déc 2008 Page 108-109Féminin Psycho numéro 47 nov/déc 2008 Page 110-111Féminin Psycho numéro 47 nov/déc 2008 Page 112-113Féminin Psycho numéro 47 nov/déc 2008 Page 114-115Féminin Psycho numéro 47 nov/déc 2008 Page 116-117Féminin Psycho numéro 47 nov/déc 2008 Page 118-119Féminin Psycho numéro 47 nov/déc 2008 Page 120-121Féminin Psycho numéro 47 nov/déc 2008 Page 122-123Féminin Psycho numéro 47 nov/déc 2008 Page 124