Féminin Psycho n°47 nov/déc 2008
Féminin Psycho n°47 nov/déc 2008
  • Prix facial : 4,50 €

  • Parution : n°47 de nov/déc 2008

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (170 x 223) mm

  • Nombre de pages : 124

  • Taille du fichier PDF : 21,9 Mo

  • Dans ce numéro : le goût de vivre... savoir le trouver et le conserver.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 24 - 25  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
24 25
DOSSIER « Bonheur » /Certains philosophes ont cependant mis en doute la possibilité de vivre réellement cet instant. Un doute cependant D’une part, parce qu’il disparaît. Hegel dans La phénoménologie de l’esprit, affirme : « Le maintenant est justement ceci de n’être déjà plus quand il est. » Autrement dit, qui voudrait le vivre serait sans cesse déçu. Vient le problème : comme le passé n’est plus, on ne peut que le regretter, on ne peut 24 FÉMININPSYCHO Vivre l’instant présent Et si la seule et véritable clé du bonheur c’était de vivre l’instant présent ? L’instant présent (ou le « moment présent ») est un concept ancien en rapport avec la philosophie de l’espace et du temps remis au goût du jour et entré dans le langage courant avec les mouvements New Age. On trouve également l’expression « ici et maintenant ». L’instant présent désigne ce qui se tient entre le passé et l’avenir : l’instant immédiat. Vivre l’instant présent garantirait une vie satisfaisante par opposition à « vivre dans le passé » ou « s’inquiéter de l’avenir ». certainement le revivre effectivement et comme l’avenir n’est pas encore, on ne peut le vivre puisque, comme avenir, il n’est pas. Dans Noces, au chapitre Le désert, Camus fait remarquer que les deux seules choses qui nous soient données c’est le corps et le présent et que les refuser serait refuser de vivre. L’avenir est ce qui vient au présent et ce qui va au passé : une bonne règle de vie ne consisterait-elle pas à préparer ce futur présent qui sera notre vie ? D’autant plus que pour un être humain, la temporalité consiste à voir venir et voir passer (Heidegger) : si cela est vrai, une règle de vie qui refuserait de voir venir se condamnerait à voir disparaître ce que l’instant lui donne. Par ailleurs, une bonne règle de vie doit être ajustée au vivant qui l’adopte : or, une vie humaine se manifeste comme existence, comme désir, comme puissance d’altérité, ouverture à l’absence, à ce qui n’est pas encore. Dans ces conditions, vivre l’instant présent serait renoncer au désir, c’est-à-dire disparaître comme conscience et sombrer dans l’inconscience d’une animalité qui ne « Tu dois vivre dans le présent, te lancer au-devant de chaque vague, trouver ton éternité à chaque instant. » (Henry David Thoreau)
chercherait qu’à satisfaire des besoins primaires. Ce serait renoncer à poursuivre une étoile (désir), à réussir et à éprouver cette joie qui est le signe que la vie a réussi pour Bergson. C’est quoi l’instant présent ? De la philosophie grecque au bouddhisme, en passant par les découvertes de la psychologie positive et des thérapies cognitives, « vivre l’instant » est présenté comme la solution de tous les problèmes. Mais l’expression a parfois eu des acceptions différentes à travers l’histoire. « Carpe diem » est une locution latine du 1er siècle av.J-.C. connue pour être une des premières à représenter ce concept. Elle est extraite d’un poème de Horace et traduite par « Cueille le jour présent, en te fiant le moins possible au lendemain ». Ronsard, au XVIe siècle écrivait dans le même esprit : « Cueillez dès aujourd’hui les roses de la vie » dans ses Sonnets pour Hélène. Henry David Thoreau, au XIXe siècle, disait : « Tu dois vivre dans le présent, te lancer au-devant de chaque vague, trouver ton éternité à chaque instant. » On trouve aussi dans un texte musulman de Ibnul-Qayyim (751H) : « Ta vie au moment présent est entre le passé et le futur (...) Si tu le gâches, alors tu as gâché l’opportunité d’être parmi les fortunés et ceux qui seront sauvés ». Les écrits du Bouddhisme sont également pleins de cette invitation à l’instant présent (voir la pleine conscience de Thich Nhat Hanh). L’expression est fréquemment utilisée par les chrétiens. Une question de foi Le plus souvent, nous anticipons le futur (ex. le prochain week-end, le dîner à organiser, le projet à boucler...) ou nous remâchons le passé (ex. je ressasse toute la journée la dispute que j’ai eue la veille au soir avec ma fille aînée). Or, nous n’avons de prise réelle ni sur l’un ni sur l’autre. Cela ne veut pas dire que nous ne devons pas tenir compte de l’histoire. Et il est donc normal de préparer l’avenir dans le présent car « gouverner, c’est prévoir ». Mais, chez les Chrétiens, ce qui importe, ce qui est donné et que nous devons apprendre à recevoir, c’est le temps présent qui me donne de toucher la présence du monde, de l’autre, de Dieu, de vivre avec Dieu et en Dieu : Le passé appartient à la miséricorde, Le futur à la providence Et le présent est le lieu de l’Amour. Il faut se rappeler Jésus au bord du puits avec la Samaritaine : « Jésus, fatigué par la marche, se tenait assis près du puits » (Jean 4,6-7). Jésus apparaît fatigué mais non stressé ; alors que les foules le pressent, il prend le temps de la rencontre avec la Samaritaine. Jésus nous apprend à entrer dans le temps de Dieu. Pour goûter cette densité du présent, la question n’est pas d’appuyer sur la touche pause pour rendre grâce du temps qui défile, mais de le remplir de la densité de l’Amour. Des années 70 à aujourd’hui Dans les années 1970, le terme signifie plutôt « vivre au jour le jour » dans une certaine insouciance mais avec une notion de « tout, tout de suite ». Il est associé aux hippies, sacralisant les jouissances sans interdits et sans contraintes, sans préoccupation du lendemain. Selon Gilles Lipovetsky : « À partir des années 1980 et 1990, un « présentisme » de seconde génération arrive. Une certaine insouciance a vécu : c’est dans l’insécurité que se vit le présent. » Le temps présent « actif » Cette idée de vivre au présent, cela veut dire qu’au fond le « carpe diem » comme on l’entend d’ordinaire est mal comprise. En effet, le carpe diem est compris la plupart du temps comme un vivre au présent végétatif, pas comme un vivre au présent actif. Il ne s’agit pas de fuir tout projet, toute volonté, tout désir Le présent, entre passé et futur• On aime à revenir sur le passé surtout lorsqu’il a été l’objet d’un certain nombre de satisfactions. Mais est-ce vraiment raisonnable, car cela peut être la cause d’un certain romantisme stérile, au mieux d’une inaction trompeuse ? • On a tendance aussi à faire des projets. Vivre pour le futur. Cette façon de voir est décidemment plus dynamique. Seulement, dans quelles mesures a-t-on réellement de l’emprise sur ce qui n’est pas encore, sur l’incertain ? pour se replier sur quelques petits plaisirs, comme si le but de la vie se bornait à un carré de sable sur la plage. Vivre au présent c’est habiter chaque instant, sans fuite, sans dérobade devant le réel, en répondant de manière exacte à chaque situation d’expérience, en vivant au sommet de soi-même, sur la crête de l’instant, dans une pure Passion. Ce qui est radical, c’est de comprendre que ce Feu est sans hier et sans demain, qu’il brûle maintenant. Eckhart Tolle est un écrivain canadien anglais d’origine allemande (né en 1948) habitant Vancouver et qui prône la valeur spirituelle de l’attention. Il est l’auteur du « Pouvoir du moment présent ». Paru au début des années 2000, cet ouvrage a rencontré un grand succès international. Il a ensuite été décliné en cartes, exercices pratiques et vidéos. Puis il a suscité la création de groupes de rencontres ouverts, informels. Ce n’est pas un enseignement « religieux », il s’agit plutôt de développer son attention au quotidien. Le pouvoir du moment présent Les propositions d’exercices pratiques d’Eckhart Tolle sont fondées sur la simplicité d’une pratique de courts moments de méditation pour développer l’éveil de la conscience de soi, le sens de l’écoute et l’attention perceptive (corporelle). Cette pratique vise à faire taire quelques minutes le courant FÉMININPSYCHO 25



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Féminin Psycho numéro 47 nov/déc 2008 Page 1Féminin Psycho numéro 47 nov/déc 2008 Page 2-3Féminin Psycho numéro 47 nov/déc 2008 Page 4-5Féminin Psycho numéro 47 nov/déc 2008 Page 6-7Féminin Psycho numéro 47 nov/déc 2008 Page 8-9Féminin Psycho numéro 47 nov/déc 2008 Page 10-11Féminin Psycho numéro 47 nov/déc 2008 Page 12-13Féminin Psycho numéro 47 nov/déc 2008 Page 14-15Féminin Psycho numéro 47 nov/déc 2008 Page 16-17Féminin Psycho numéro 47 nov/déc 2008 Page 18-19Féminin Psycho numéro 47 nov/déc 2008 Page 20-21Féminin Psycho numéro 47 nov/déc 2008 Page 22-23Féminin Psycho numéro 47 nov/déc 2008 Page 24-25Féminin Psycho numéro 47 nov/déc 2008 Page 26-27Féminin Psycho numéro 47 nov/déc 2008 Page 28-29Féminin Psycho numéro 47 nov/déc 2008 Page 30-31Féminin Psycho numéro 47 nov/déc 2008 Page 32-33Féminin Psycho numéro 47 nov/déc 2008 Page 34-35Féminin Psycho numéro 47 nov/déc 2008 Page 36-37Féminin Psycho numéro 47 nov/déc 2008 Page 38-39Féminin Psycho numéro 47 nov/déc 2008 Page 40-41Féminin Psycho numéro 47 nov/déc 2008 Page 42-43Féminin Psycho numéro 47 nov/déc 2008 Page 44-45Féminin Psycho numéro 47 nov/déc 2008 Page 46-47Féminin Psycho numéro 47 nov/déc 2008 Page 48-49Féminin Psycho numéro 47 nov/déc 2008 Page 50-51Féminin Psycho numéro 47 nov/déc 2008 Page 52-53Féminin Psycho numéro 47 nov/déc 2008 Page 54-55Féminin Psycho numéro 47 nov/déc 2008 Page 56-57Féminin Psycho numéro 47 nov/déc 2008 Page 58-59Féminin Psycho numéro 47 nov/déc 2008 Page 60-61Féminin Psycho numéro 47 nov/déc 2008 Page 62-63Féminin Psycho numéro 47 nov/déc 2008 Page 64-65Féminin Psycho numéro 47 nov/déc 2008 Page 66-67Féminin Psycho numéro 47 nov/déc 2008 Page 68-69Féminin Psycho numéro 47 nov/déc 2008 Page 70-71Féminin Psycho numéro 47 nov/déc 2008 Page 72-73Féminin Psycho numéro 47 nov/déc 2008 Page 74-75Féminin Psycho numéro 47 nov/déc 2008 Page 76-77Féminin Psycho numéro 47 nov/déc 2008 Page 78-79Féminin Psycho numéro 47 nov/déc 2008 Page 80-81Féminin Psycho numéro 47 nov/déc 2008 Page 82-83Féminin Psycho numéro 47 nov/déc 2008 Page 84-85Féminin Psycho numéro 47 nov/déc 2008 Page 86-87Féminin Psycho numéro 47 nov/déc 2008 Page 88-89Féminin Psycho numéro 47 nov/déc 2008 Page 90-91Féminin Psycho numéro 47 nov/déc 2008 Page 92-93Féminin Psycho numéro 47 nov/déc 2008 Page 94-95Féminin Psycho numéro 47 nov/déc 2008 Page 96-97Féminin Psycho numéro 47 nov/déc 2008 Page 98-99Féminin Psycho numéro 47 nov/déc 2008 Page 100-101Féminin Psycho numéro 47 nov/déc 2008 Page 102-103Féminin Psycho numéro 47 nov/déc 2008 Page 104-105Féminin Psycho numéro 47 nov/déc 2008 Page 106-107Féminin Psycho numéro 47 nov/déc 2008 Page 108-109Féminin Psycho numéro 47 nov/déc 2008 Page 110-111Féminin Psycho numéro 47 nov/déc 2008 Page 112-113Féminin Psycho numéro 47 nov/déc 2008 Page 114-115Féminin Psycho numéro 47 nov/déc 2008 Page 116-117Féminin Psycho numéro 47 nov/déc 2008 Page 118-119Féminin Psycho numéro 47 nov/déc 2008 Page 120-121Féminin Psycho numéro 47 nov/déc 2008 Page 122-123Féminin Psycho numéro 47 nov/déc 2008 Page 124