Féminin Psycho n°47 nov/déc 2008
Féminin Psycho n°47 nov/déc 2008
  • Prix facial : 4,50 €

  • Parution : n°47 de nov/déc 2008

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (170 x 223) mm

  • Nombre de pages : 124

  • Taille du fichier PDF : 21,9 Mo

  • Dans ce numéro : le goût de vivre... savoir le trouver et le conserver.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 108 - 109  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
108 109
Travail & santé psy « On entretient l’illusion que le management par le stress est plus efficace » INTERVIEW ANNE-MARIE CARIOU-ROGNANT Toujours plus, mieux, plus vite... Y a-t-il une limite à l’exigence ? A trop croire qu’en élevant la voix en même temps que les objectifs on parvient à de meilleurs résultats, on finit par s’apercevoir que les gens deviennent sourds. Anne-Marie Cariou-Rognant, psychologue et consultante au sein du cabinet Stimulus, avance l’idée que l’entreprise a beaucoup à gagner en considérant mieux l’humain. Prévenir pour ne pas avoir à guérir... 108 FÉMININ PSYCHO ● TRAVAIL & SANTÉ PSY Quelles sont les différentes formes que peut prendre le stress ressenti en milieu professionnel ? Pour l’individu à son échelle personnelle, les formes sont toujours les mêmes. Le stress a des conséquences sur l’équilibre psychique, parfois physiologique, et ces conséquences se voient plus ou moins selon leur intensité. En fonction de leur fragilité, de leur capacité de résistance, il peut s’agir pour les individus de troubles « légers » du comportement, mais aussi de dépression, de fatigue chronique, etc. Mais il y a aussi des gens qui gèrent très bien le stress. Si on prend l’exemple d’un métro bondé au moment où la rame arrive, certains ne supporteront absolument pas d’y monter, d’autres le feront sans problème. Le stress agit de la même manière. Reste que souvent les gens ne se rendent pas compte qu’ils sont partis dans un engrenage terrible. Le stress est-il quantifiable, estil en augmentation ? Quantitativement, le stress est impossible à mesurer. Dans la population globale, il est fonction du type de travail exercé, de la pression rencontrée à son poste, etc. Par exemple dans la même société où seraient employés des commerciaux et des intervenants sur une plate-forme téléphonique, le vécu professionnel des salariés est très différent. Pour les PHOTOS : BANANA STOCK. D.R.
premiers, le stress est gratifiant, il est moteur, on est heureux de gagner. Pour les seconds en revanche, qui sont dans la réparation et exposés toute la journée à des gens mécontents, le stress est négatif. Tout dépend en fait de la possibilité qu’on a ou non de contrôler la situation dans laquelle on se trouve, et de la valorisation qu’on trouve dans son travail. Et puis, il y a aussi des renforcements qu’on va trouver en soi. Pourquoi se met-on « dans cet état » ? Cela dépend de la manière dont on fonctionne. Il y a des gens qui confondent valeur et compétence, et sont persuadés que s’ils commettent la moindre erreur, c’est qu’ils n’ont pas de valeur. La plupart du temps, ces gens se fixent des objectifs terribles et ne se donnent pas le droit à l’échec. Il y a aussi des perfectionnistes, qui eux ne supportent pas que tout ne soit pas impeccable dans les moindres détails. Certains se rendront malades de ne pas savoir répondre immédiatement à une question qui leur est posée, par exemple. Ce comportement peut être induit par un conditionnement social, mais souvent c’est plus lié à l’éducation. Les modèles parentaux, celui de l’école, sont très exigeants et l’échec n’y a pas place. Depuis petits, on met du « rouge » sur ce qui ne va pas. Et les individus s’en demandent toujours plus, se mettent toujours plus de pression, et c’est de pire en pire. Quelles sont les autres « pathologies » que le stress peut engendrer ? On pourra observer un certain « présentéisme » du manager, par exemple, qui arrive avant et repart après tout le monde. C’est une exigence typique de nos pays latins : il faut être là. Plus on part tard et meilleur on est. Et on a tellement besoin de l’approbation des autres ! Professionnellement, nous évoluons assez généralement dans une ambiance exigeante à laquelle nous répondons ou faisons au moins semblant de répondre, pour l’image. Au bout d’un moment, on entre finalement dans une spirale de désinvestissement, de perte d’intérêt pour son travail, puis de considération pour soi, etc. Ne peut-on pas conjuguer productivité et sérénité ? Si le stress est pris en compte, si chacun est à sa place, a une autonomie suffisante pour travailler, si le manager sait se rendre disponible, si tous les aspects organisationnels de la vie de l’entreprise sont bien considérés, alors cela devrait être possible. Si d’autre part on met en œuvre des formations pour que le salarié soit au mieux dans ses fonctions, et qu’on assouplit les relations au niveau psychologique, il y a forcément moins de pression. « Sur le long terme, on s’aperçoit que les entreprises fonctionnent mieux quand elles prennent le temps de réfléchir et de s’organiser » Sur le long terme, on se rend compte que ce temps de réflexion et d’organisation est très utile et que les entreprises fonctionnent beaucoup mieux quand elles le prennent. Comment cela se voit-il ? Prenons l’exemple d’une entreprise où plusieurs régions sont en concurrence sur leurs objectifs commerciaux. Au bout de deux ans, la région qui gagne est souvent celle où on a mis le plus de pression. Mais elle est aussi, sur un plus long terme, celle sur laquelle on va avoir le plus de turn-over, de l’absentéisme, des comportements qui vont se tendre jusqu’à de la violence verbale, voire pire, etc.• Au bout du FÉMININ PSYCHO ● TRAVAIL & SANTÉ PSY 109



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Féminin Psycho numéro 47 nov/déc 2008 Page 1Féminin Psycho numéro 47 nov/déc 2008 Page 2-3Féminin Psycho numéro 47 nov/déc 2008 Page 4-5Féminin Psycho numéro 47 nov/déc 2008 Page 6-7Féminin Psycho numéro 47 nov/déc 2008 Page 8-9Féminin Psycho numéro 47 nov/déc 2008 Page 10-11Féminin Psycho numéro 47 nov/déc 2008 Page 12-13Féminin Psycho numéro 47 nov/déc 2008 Page 14-15Féminin Psycho numéro 47 nov/déc 2008 Page 16-17Féminin Psycho numéro 47 nov/déc 2008 Page 18-19Féminin Psycho numéro 47 nov/déc 2008 Page 20-21Féminin Psycho numéro 47 nov/déc 2008 Page 22-23Féminin Psycho numéro 47 nov/déc 2008 Page 24-25Féminin Psycho numéro 47 nov/déc 2008 Page 26-27Féminin Psycho numéro 47 nov/déc 2008 Page 28-29Féminin Psycho numéro 47 nov/déc 2008 Page 30-31Féminin Psycho numéro 47 nov/déc 2008 Page 32-33Féminin Psycho numéro 47 nov/déc 2008 Page 34-35Féminin Psycho numéro 47 nov/déc 2008 Page 36-37Féminin Psycho numéro 47 nov/déc 2008 Page 38-39Féminin Psycho numéro 47 nov/déc 2008 Page 40-41Féminin Psycho numéro 47 nov/déc 2008 Page 42-43Féminin Psycho numéro 47 nov/déc 2008 Page 44-45Féminin Psycho numéro 47 nov/déc 2008 Page 46-47Féminin Psycho numéro 47 nov/déc 2008 Page 48-49Féminin Psycho numéro 47 nov/déc 2008 Page 50-51Féminin Psycho numéro 47 nov/déc 2008 Page 52-53Féminin Psycho numéro 47 nov/déc 2008 Page 54-55Féminin Psycho numéro 47 nov/déc 2008 Page 56-57Féminin Psycho numéro 47 nov/déc 2008 Page 58-59Féminin Psycho numéro 47 nov/déc 2008 Page 60-61Féminin Psycho numéro 47 nov/déc 2008 Page 62-63Féminin Psycho numéro 47 nov/déc 2008 Page 64-65Féminin Psycho numéro 47 nov/déc 2008 Page 66-67Féminin Psycho numéro 47 nov/déc 2008 Page 68-69Féminin Psycho numéro 47 nov/déc 2008 Page 70-71Féminin Psycho numéro 47 nov/déc 2008 Page 72-73Féminin Psycho numéro 47 nov/déc 2008 Page 74-75Féminin Psycho numéro 47 nov/déc 2008 Page 76-77Féminin Psycho numéro 47 nov/déc 2008 Page 78-79Féminin Psycho numéro 47 nov/déc 2008 Page 80-81Féminin Psycho numéro 47 nov/déc 2008 Page 82-83Féminin Psycho numéro 47 nov/déc 2008 Page 84-85Féminin Psycho numéro 47 nov/déc 2008 Page 86-87Féminin Psycho numéro 47 nov/déc 2008 Page 88-89Féminin Psycho numéro 47 nov/déc 2008 Page 90-91Féminin Psycho numéro 47 nov/déc 2008 Page 92-93Féminin Psycho numéro 47 nov/déc 2008 Page 94-95Féminin Psycho numéro 47 nov/déc 2008 Page 96-97Féminin Psycho numéro 47 nov/déc 2008 Page 98-99Féminin Psycho numéro 47 nov/déc 2008 Page 100-101Féminin Psycho numéro 47 nov/déc 2008 Page 102-103Féminin Psycho numéro 47 nov/déc 2008 Page 104-105Féminin Psycho numéro 47 nov/déc 2008 Page 106-107Féminin Psycho numéro 47 nov/déc 2008 Page 108-109Féminin Psycho numéro 47 nov/déc 2008 Page 110-111Féminin Psycho numéro 47 nov/déc 2008 Page 112-113Féminin Psycho numéro 47 nov/déc 2008 Page 114-115Féminin Psycho numéro 47 nov/déc 2008 Page 116-117Féminin Psycho numéro 47 nov/déc 2008 Page 118-119Féminin Psycho numéro 47 nov/déc 2008 Page 120-121Féminin Psycho numéro 47 nov/déc 2008 Page 122-123Féminin Psycho numéro 47 nov/déc 2008 Page 124