Féminin Psycho n°42 mar/avr 2008
Féminin Psycho n°42 mar/avr 2008
  • Prix facial : 4,50 €

  • Parution : n°42 de mar/avr 2008

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (170 x 223) mm

  • Nombre de pages : 124

  • Taille du fichier PDF : 47,9 Mo

  • Dans ce numéro : c'est décidé, je m'écoute.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 92 - 93  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
92 93
MOI & MA VIE étonnement non plus sur le fait que, malgré une prolifération de l’offre en matière de soins corporels, l’idée de prendre soin de son corps semble encore renvoyer à une idée de luxe, d’élite. Et si nous n’en sommes encore qu’aux balbutiements Les bienfaits du taï chi chuan sur la santé « Le peuple chinois, qui pratique quotidiennement cet art séculaire, en connaît d’expérience les effets bénéfiques sur le corps et l’esprit. C’est seulement depuis quelques années que les communautés scientifiques et médicales cherchent à démontrer les effets de la pratique des mouvements lents, gracieux et coordonnés du taï chi chuan sur diverses fonctions organiques et mentales, et ce dans une perspective thérapeutique. Quel que soit l’angle sous lequel le taï chi chuan est analysé – celui de la physiologie, de la biomécanique, de la psychologie, de la gérontologie, voire de la neurologie –, il apparaît que sa pratique régulière améliore de nombreuses fonctions vitales, parmi lesquelles : • les fonctions cardiovasculaires et respiratoires (en entraînant une diminution de l’hypertension, une augmentation des capacités respiratoires…) ; • la force musculaire des membres inférieurs (en effet, les mouvements du taï chi chuan sont pratiqués en posture semi-fléchie) ; • le contrôle des mouvements des membres supérieurs au cours des tâches manuelles usuelles (les mouvements sont réalisés avec une extrême précision) ; • l’équilibre postural dynamique et statique, le temps de réaction ainsi que la « sensation du mouvement » des membres inférieurs et supérieurs (entraînant notamment une réduction du risque de chute chez les personnes âgées). Enfin, la pratique du taï chi chuan réduit la nervosité, régule l’humeur et améliore les capacités attentionnelles. Ces effets sont probablement liés au fait que les mouvements doivent être réalisés lentement et avec une grande concentration. 92 FÉMININPSYCHO Extrait de Taï chi chuan. James Kou, avec la collaboration d’Éric Yiou. Marabout. 176 p.15,90 €. de la découverte du corps, il n’en demeure pas moins qu’il est désormais avéré – au sens des sciences « dures » – qu’une bonne relation entre corps et esprit est un préalable au bon fonctionnement global de l’individu. Plusieurs techniques peuvent permettre d’y concourir, qui relèvent tant du développement personnel que de certaines thérapies brèves, voire de médecines « parallèles ». Pour trouver l’équilibre, d’abord bien se connaître Lorsqu’on recherche un meilleur équilibre physique, lorsqu’on s’entraîne à une discipline sportive et qu’on souhaite améliorer sa performance, le mental est mis en question. Dans le cadre du développement personnel, comme son nom l’indique, il va s’agir d’améliorer la connaissance et la perception qu’on a de soimême afin d’agir sur son comportement, et partant, sur son bien-être physique et mental. En appréhendant mieux son inconscient et son conscient, on atteint une meilleure « intelligence du corps », puis un meilleur équilibre. Quant aux techniques, elles sont nombreuses et correspondent à des disciplines plus ou moins anciennes. Le Taï chi chuan, par exemple, est pratiqué en Chine depuis des millénaires. Et s’il commence seulement à intéresser les thérapeutes (voir encadré), il n’en est pas moins
reconnu comme un art de l’harmonie du corps, à l’origine de la santé et du bien-être de ses adeptes. Mais la relaxation, le yoga, la sophrologie, figurent aussi parmi les techniques existantes. Odile Martin Saint- Léon, professeur de Taï chi chuan, expliquait dans un précédent numéro de Féminin Psycho que « beaucoup de techniques sont intéressantes, mais il faut être pragmatique : elles ne fonctionnent pas forcément avec tout le monde ». Bien que la prise en considération de l’importance du lien corpsesprit soit récente, une littérature importante témoigne déjà de son essor, et des spécialistes commencent déjà à re-visiter des techniques que le grand public n’a pas encore fini de découvrir. C’est le cas de la sophrologie, qui par exemple avec Yves Orduna et son ouvrage « Les nouveaux chemins de la sophrologie » (Pygmalion, 2005) s’offre déjà un renouvellement. L’auteur y propose, outre l’éventail classique des techniques de la sophrologie traditionnelle, d’associer d’autres moyens d’expression comme le langage du corps, l’intuition, le psychodrame, la méditation, pour mener le sujet vers sa plénitude. En outre, il insiste sur la nécessité de se relaxer Se relaxer pour retrouver du liant D’après Yves Orduna, on pourrait définir la relaxation « comme un temps de récupération. Tous les êtres vivants semblent en avoir besoin. Elle se présente sous la forme du La PNL : un outil pour réconcilier l’esprit et le mot La « PNL » ou Programmation Neuro-Linguistique, est utilisée par les psychothérapeutes pour permettre à un patient d’améliorer son comportement face à des situations récurrentes ou non qui lui sont proposées. Le sujet et le thérapeute cherchent ensemble à comprendre le modèle comportemental qui régit ses actes et ses dires, en les confrontant tout simplement à des situations réelles. En atteignant l’individu, en lui donnant la possibilité d’analyser ses faits et gestes, la PNL lui permet d’en évaluer la cohérence. Par exemple : « je me suis mis en en constatant tel fait. Pourquoi ? Ceci n’aurait pas dû me mettre en colère. Mais alors pourquoi l’étais-je donc ? Et quelle réponse aurais-je dû apporter à la place de la colère ?, etc. » Si elle peut montrer parfois la réalité comportementale du sujet sous un jour un peu cru, l’objectif de la PNL n’est pourtant pas de le blesser mais de lui permettre d’optimiser ses actions par rapport à sa pensée. En d’autres termes, de réconcilier corps et esprit non plus dans la conceptualisation, mais bien dans la pratique. C’est donc une observation assez fine de la relation sensation-émotion-réaction à l’émotion qui doit être pratiquée. Et comme un certain nombre de filtres, construits sur les bases de notre éducation, de notre culture, de notre expérience vécue, guident l’interprétation, le scénario ne sera bien sûr pas le même d’un individu à l’autre... À chacun son programme ! FÉMININPSYCHO 93



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Féminin Psycho numéro 42 mar/avr 2008 Page 1Féminin Psycho numéro 42 mar/avr 2008 Page 2-3Féminin Psycho numéro 42 mar/avr 2008 Page 4-5Féminin Psycho numéro 42 mar/avr 2008 Page 6-7Féminin Psycho numéro 42 mar/avr 2008 Page 8-9Féminin Psycho numéro 42 mar/avr 2008 Page 10-11Féminin Psycho numéro 42 mar/avr 2008 Page 12-13Féminin Psycho numéro 42 mar/avr 2008 Page 14-15Féminin Psycho numéro 42 mar/avr 2008 Page 16-17Féminin Psycho numéro 42 mar/avr 2008 Page 18-19Féminin Psycho numéro 42 mar/avr 2008 Page 20-21Féminin Psycho numéro 42 mar/avr 2008 Page 22-23Féminin Psycho numéro 42 mar/avr 2008 Page 24-25Féminin Psycho numéro 42 mar/avr 2008 Page 26-27Féminin Psycho numéro 42 mar/avr 2008 Page 28-29Féminin Psycho numéro 42 mar/avr 2008 Page 30-31Féminin Psycho numéro 42 mar/avr 2008 Page 32-33Féminin Psycho numéro 42 mar/avr 2008 Page 34-35Féminin Psycho numéro 42 mar/avr 2008 Page 36-37Féminin Psycho numéro 42 mar/avr 2008 Page 38-39Féminin Psycho numéro 42 mar/avr 2008 Page 40-41Féminin Psycho numéro 42 mar/avr 2008 Page 42-43Féminin Psycho numéro 42 mar/avr 2008 Page 44-45Féminin Psycho numéro 42 mar/avr 2008 Page 46-47Féminin Psycho numéro 42 mar/avr 2008 Page 48-49Féminin Psycho numéro 42 mar/avr 2008 Page 50-51Féminin Psycho numéro 42 mar/avr 2008 Page 52-53Féminin Psycho numéro 42 mar/avr 2008 Page 54-55Féminin Psycho numéro 42 mar/avr 2008 Page 56-57Féminin Psycho numéro 42 mar/avr 2008 Page 58-59Féminin Psycho numéro 42 mar/avr 2008 Page 60-61Féminin Psycho numéro 42 mar/avr 2008 Page 62-63Féminin Psycho numéro 42 mar/avr 2008 Page 64-65Féminin Psycho numéro 42 mar/avr 2008 Page 66-67Féminin Psycho numéro 42 mar/avr 2008 Page 68-69Féminin Psycho numéro 42 mar/avr 2008 Page 70-71Féminin Psycho numéro 42 mar/avr 2008 Page 72-73Féminin Psycho numéro 42 mar/avr 2008 Page 74-75Féminin Psycho numéro 42 mar/avr 2008 Page 76-77Féminin Psycho numéro 42 mar/avr 2008 Page 78-79Féminin Psycho numéro 42 mar/avr 2008 Page 80-81Féminin Psycho numéro 42 mar/avr 2008 Page 82-83Féminin Psycho numéro 42 mar/avr 2008 Page 84-85Féminin Psycho numéro 42 mar/avr 2008 Page 86-87Féminin Psycho numéro 42 mar/avr 2008 Page 88-89Féminin Psycho numéro 42 mar/avr 2008 Page 90-91Féminin Psycho numéro 42 mar/avr 2008 Page 92-93Féminin Psycho numéro 42 mar/avr 2008 Page 94-95Féminin Psycho numéro 42 mar/avr 2008 Page 96-97Féminin Psycho numéro 42 mar/avr 2008 Page 98-99Féminin Psycho numéro 42 mar/avr 2008 Page 100-101Féminin Psycho numéro 42 mar/avr 2008 Page 102-103Féminin Psycho numéro 42 mar/avr 2008 Page 104-105Féminin Psycho numéro 42 mar/avr 2008 Page 106-107Féminin Psycho numéro 42 mar/avr 2008 Page 108-109Féminin Psycho numéro 42 mar/avr 2008 Page 110-111Féminin Psycho numéro 42 mar/avr 2008 Page 112-113Féminin Psycho numéro 42 mar/avr 2008 Page 114-115Féminin Psycho numéro 42 mar/avr 2008 Page 116-117Féminin Psycho numéro 42 mar/avr 2008 Page 118-119Féminin Psycho numéro 42 mar/avr 2008 Page 120-121Féminin Psycho numéro 42 mar/avr 2008 Page 122-123Féminin Psycho numéro 42 mar/avr 2008 Page 124