Féminin Psycho n°42 mar/avr 2008
Féminin Psycho n°42 mar/avr 2008
  • Prix facial : 4,50 €

  • Parution : n°42 de mar/avr 2008

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (170 x 223) mm

  • Nombre de pages : 124

  • Taille du fichier PDF : 47,9 Mo

  • Dans ce numéro : c'est décidé, je m'écoute.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 74 - 75  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
74 75
MOI & MA VIE Trop possessive, moi ? C’est parfois difficile à reconnaître, mais la possessivité est un vilain défaut assez répandu et très féminin. La vision fantasmée de l’amour fou implique une idée de partage total et de fusion. Mais concrètement, cela revient à envahir l’espace vital de l’autre, et cela, est-ce bien de l’amour ? On peut parfois en douter… ÉÉ 55 Qu’est-ce que la possessivité ? La plupart du temps, ce comportement est rangé dans la panoplie des jaloux. Etre jaloux en amour signifiant, selon la définition consacrée du Petit Robert, « Soupçonner l’être aimé d’infidélité ». Un être possessif, lui, est caractérisé par « des sentiments de possession, d’autorité absolue à l’égard d’autrui », d’après le même dictionnaire. Les deux termes sont donc bien différents : on peut être possessif sans être jaloux et réciproquement. Si la possessivité est d’emblée considérée comme négative, la jalousie, elle, peut être naturelle et faire partie de l’amour, lorsqu’elle n’est pas pathologique. Selon David M. Buss, professeur en psychologie à l’Université du Texas, dans son ouvrage La jalousie, une passion dangereuse, c’est un moyen de défense primaire Le possessif n’attend pas les signes d’une infidélité pour resserrer son emprise sur son partenaire 74 FÉMININPSYCHO lorsqu’il existe un danger réel d’infidélité : « Elle entre en jeu lorsque la personne reçoit les signes d’une défection possible : un parfum inhabituel, un changement soudain dans le com- portement sexuel, une absence suspecte ». Le possessif, lui, n’attend pas les signes d’une éventuelle infidélité pour resserrer son emprise sur son partenaire. La moindre échappée hors du cocon de l’intimité du couple lui apparaît comme une trahison. Une réaction d’amoureux transi ? Malheureusement, les motivations profondes des possessifs sont souvent moins facilement avouables que la force de leurs sentiments. Un manque de confiance Maryse Vaillant, psychologue clinicienne, va plus loin dans Le couple, les vraies bonnes questions auxquelles personne jamais ne répond !. Selon elle, la possessivité, « Ce n’est pas un excès d’amour : c’est un manque de respect. Et le manque de respect signale que l’amour manque ». Mais d’où vient alors cette réaction impulsive et incontrôlable qui pousse certains à vouloir tout posséder de leur partenaire amoureux ? « Pour certaines personnes, le couple est un refuge. L’autre est comme une île, un phare, un port. Ces personnes ont besoin de protection pour exister. Le couple devient un alliage, une greffe ou une forme quelconque de « parasitage », explique Maryse Vaillant. Quand on attend tout de l’autre, on pose sur ses épaules un fardeau bien trop lourd à porter. Le possessif est un peu égoïste, oui, mais ce n’est pas de sa faute ! Selon Willy Pasini, psychiatre et auteur de La jalousie, la possessivité témoigne d’une forme d’« insécurité personnelle » et qui plus est, « elle ne se limite pas aux rapports de couple, mais s’étend aux amitiés et aux liens entre parents et enfants ». La possessive veut non seulement tout contrôler de l’amour de son partenaire mais aussi de l’ensemble de sa vie affective. Ce qu’elle ne supporte pas, c’est qu’il puisse vivre et apprécier des moments sans elle, sans qu’elle y prenne part de quelque manière que ce soit. Elle a besoin d’avoir l’exclusivité totale parce qu’au fond, elle a peur. Peur de l’indifférence, de ne pas compter assez. La peur de l’abandon Un signe de dépendance affective qui provient souvent de l’enfance et des rapports avec les parents : « bien des personnes possessives, plus envieuses que jalouses, ont au fond d’elles la sensation de ne pas avoir reçu assez quand elles étaient petites », indique Willy Pasini. La peur de l’abandon pousse à chercher en l’autre le moyen de lutter contre ses angoisses. La blessure du manque d’amour parental, toujours traumatisante, peut ainsi constituer l’une des causes d’un comportement possessif à l’âge adulte. Tout comme une relation trop
PHOTOS : ABLESTOCK. DR. FÉMININPSYCHO 75



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Féminin Psycho numéro 42 mar/avr 2008 Page 1Féminin Psycho numéro 42 mar/avr 2008 Page 2-3Féminin Psycho numéro 42 mar/avr 2008 Page 4-5Féminin Psycho numéro 42 mar/avr 2008 Page 6-7Féminin Psycho numéro 42 mar/avr 2008 Page 8-9Féminin Psycho numéro 42 mar/avr 2008 Page 10-11Féminin Psycho numéro 42 mar/avr 2008 Page 12-13Féminin Psycho numéro 42 mar/avr 2008 Page 14-15Féminin Psycho numéro 42 mar/avr 2008 Page 16-17Féminin Psycho numéro 42 mar/avr 2008 Page 18-19Féminin Psycho numéro 42 mar/avr 2008 Page 20-21Féminin Psycho numéro 42 mar/avr 2008 Page 22-23Féminin Psycho numéro 42 mar/avr 2008 Page 24-25Féminin Psycho numéro 42 mar/avr 2008 Page 26-27Féminin Psycho numéro 42 mar/avr 2008 Page 28-29Féminin Psycho numéro 42 mar/avr 2008 Page 30-31Féminin Psycho numéro 42 mar/avr 2008 Page 32-33Féminin Psycho numéro 42 mar/avr 2008 Page 34-35Féminin Psycho numéro 42 mar/avr 2008 Page 36-37Féminin Psycho numéro 42 mar/avr 2008 Page 38-39Féminin Psycho numéro 42 mar/avr 2008 Page 40-41Féminin Psycho numéro 42 mar/avr 2008 Page 42-43Féminin Psycho numéro 42 mar/avr 2008 Page 44-45Féminin Psycho numéro 42 mar/avr 2008 Page 46-47Féminin Psycho numéro 42 mar/avr 2008 Page 48-49Féminin Psycho numéro 42 mar/avr 2008 Page 50-51Féminin Psycho numéro 42 mar/avr 2008 Page 52-53Féminin Psycho numéro 42 mar/avr 2008 Page 54-55Féminin Psycho numéro 42 mar/avr 2008 Page 56-57Féminin Psycho numéro 42 mar/avr 2008 Page 58-59Féminin Psycho numéro 42 mar/avr 2008 Page 60-61Féminin Psycho numéro 42 mar/avr 2008 Page 62-63Féminin Psycho numéro 42 mar/avr 2008 Page 64-65Féminin Psycho numéro 42 mar/avr 2008 Page 66-67Féminin Psycho numéro 42 mar/avr 2008 Page 68-69Féminin Psycho numéro 42 mar/avr 2008 Page 70-71Féminin Psycho numéro 42 mar/avr 2008 Page 72-73Féminin Psycho numéro 42 mar/avr 2008 Page 74-75Féminin Psycho numéro 42 mar/avr 2008 Page 76-77Féminin Psycho numéro 42 mar/avr 2008 Page 78-79Féminin Psycho numéro 42 mar/avr 2008 Page 80-81Féminin Psycho numéro 42 mar/avr 2008 Page 82-83Féminin Psycho numéro 42 mar/avr 2008 Page 84-85Féminin Psycho numéro 42 mar/avr 2008 Page 86-87Féminin Psycho numéro 42 mar/avr 2008 Page 88-89Féminin Psycho numéro 42 mar/avr 2008 Page 90-91Féminin Psycho numéro 42 mar/avr 2008 Page 92-93Féminin Psycho numéro 42 mar/avr 2008 Page 94-95Féminin Psycho numéro 42 mar/avr 2008 Page 96-97Féminin Psycho numéro 42 mar/avr 2008 Page 98-99Féminin Psycho numéro 42 mar/avr 2008 Page 100-101Féminin Psycho numéro 42 mar/avr 2008 Page 102-103Féminin Psycho numéro 42 mar/avr 2008 Page 104-105Féminin Psycho numéro 42 mar/avr 2008 Page 106-107Féminin Psycho numéro 42 mar/avr 2008 Page 108-109Féminin Psycho numéro 42 mar/avr 2008 Page 110-111Féminin Psycho numéro 42 mar/avr 2008 Page 112-113Féminin Psycho numéro 42 mar/avr 2008 Page 114-115Féminin Psycho numéro 42 mar/avr 2008 Page 116-117Féminin Psycho numéro 42 mar/avr 2008 Page 118-119Féminin Psycho numéro 42 mar/avr 2008 Page 120-121Féminin Psycho numéro 42 mar/avr 2008 Page 122-123Féminin Psycho numéro 42 mar/avr 2008 Page 124