Féminin Psycho n°42 mar/avr 2008
Féminin Psycho n°42 mar/avr 2008
  • Prix facial : 4,50 €

  • Parution : n°42 de mar/avr 2008

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (170 x 223) mm

  • Nombre de pages : 124

  • Taille du fichier PDF : 47,9 Mo

  • Dans ce numéro : c'est décidé, je m'écoute.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 54 - 55  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
54 55
MOI & MA VIE Pourquoi je remets « Ne jamais remettre à demain ce que l’on peut faire aujourd’hui », prévient un proverbe. Pourtant certaines personnes sont incapables de suivre cette maxime et reportent tout ce qu’elles ont à faire. Plus qu’une mauvaise habitude, ce comportement s’appelle de la procrastination. Quelles sont les raisons qui incitent à tout retarder ? 54 FÉMININPSYCHO tout à demain ? « Quand j’étais au lycée et que je devais rendre un devoir pour la fin de la semaine, raconte Marie, 27 ans, j’angoissais tous les jours pour le faire. Au final, je m’y prenais le jeudi soir et je me couchais à 3 heures du matin pour le terminer. Là je regrettais de ne pas l’avoir commencé plus tôt car le résultat était bien sûr bâclé. Mais au fond de moi, je savais que je n’aurais pas pu m’avancer. » Marie fait partie de ceux qu’on appelle les procrastinateurs : elle repousse à plus tard ii ce qu’elle pourrait faire dans l’instant. Véritable trouble psychologique, la procrastination se révèle pour différentes raisons. De manière générale, elle se rencontre chez les personnes qui ont un problème d’estime de soi. Ces individus sont persuadés qu’ils ne vont pas parvenir à réaliser un projet et ils préfèrent alors ne pas le faire. Paradoxalement, ils sont pourtant très doués dans leur domaine. La procrastination correspond à une quête de perfection... 55 Être le meilleur Mais s’ils sont bons dans ce qu’ils font, pourquoi reculentils le moment de la réalisation ? D’abord par quête de perfectionnisme. Pour eux, le travail fini doit être parfait. Lorsqu’ils se rendent compte que ce qu’ils vont faire ne sera pas à la hauteur de leur exigence, ils préfèrent reporter ou ne pas le faire. « Quand je me sens incapable d’être le meilleur sur un dossier, je le mets intentionnellement de côté, explique Julien, avocat. Jusqu’à ce que finalement le temps qu’il me reste soit insuffisant pour le traiter convenablement. » Cette volonté de perfection naît dans le milieu familial. Ainsi les parents auront appris à leur enfant que la société est un espace de compétitivité et donc qu’il doit être le meilleur pour exister. L’enfant peut aussi être survalorisé. Il doit alors faire face à des attentes parentales démesurées du type : « Tu seras le premier de la classe », « Je t’imagine bien docteur ». Pour satisfaire ses parents, le jeune s’attachera à toujours être au top. Une habitude qu’il conservera plus tard. Au risque de se retrouver bloqué. « Pour vaincre la procrastination, il importe de comprendre que les situations idéales ne se présenteront sans doute jamais, souligne Rita Emmet, conférencière spécialiste de la procrastination. Le monde dans lequel nous vivons n’est pas parfait et personne n’est parfait. Ce qui n’implique pas de se contenter de la médiocrité ambiante. Visez plutôt l’excellence. Vous pouvez l’atteindre. Pas la perfection. » Mille et une peurs L’ajournement perpétuel peut être aussi le fruit d’une série de peurs. La plus courante : celle de l’échec. Une éducation trop exigeante en est aussi à la source. Par peur de s’apercevoir qu’ils ne sont pas à la hauteur, les individus reculent face à l’action. Ils refusent de se confronter au réel. Pour
PHOTOS : ABLESTOCK. DR. d’autres, c’est le contraire, ils redoutent la réussite. Ils ne veulent pas paraître trop parfaits, ni trop intelligents et s’attirer la jalousie de leurs collègues. Ils craignent aussi que leurs bons résultats leur valent de nouvelles responsabilités qu’ils ne sont pas prêts à assumer. Ne pas accepter le refus et le rejet est aussi une raison de repousser des décisions. « Je suis attirée par Nicolas, confie Laure, 29 ans. Mais à chaque fois que je m’apprête à lui proposer de prendre un verre, je bloque. Je me dis que j’essayerais plutôt le lendemain, qu’il est très occupé aujourd’hui, qu’il n’a pas l’air de bonne humeur… En fait, j’ai surtout peur qu’il me dise non. » La situation de Laure est à la fois pathétique et ridicule. En effet, si elle avait le coura- FÉMININPSYCHO 55



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Féminin Psycho numéro 42 mar/avr 2008 Page 1Féminin Psycho numéro 42 mar/avr 2008 Page 2-3Féminin Psycho numéro 42 mar/avr 2008 Page 4-5Féminin Psycho numéro 42 mar/avr 2008 Page 6-7Féminin Psycho numéro 42 mar/avr 2008 Page 8-9Féminin Psycho numéro 42 mar/avr 2008 Page 10-11Féminin Psycho numéro 42 mar/avr 2008 Page 12-13Féminin Psycho numéro 42 mar/avr 2008 Page 14-15Féminin Psycho numéro 42 mar/avr 2008 Page 16-17Féminin Psycho numéro 42 mar/avr 2008 Page 18-19Féminin Psycho numéro 42 mar/avr 2008 Page 20-21Féminin Psycho numéro 42 mar/avr 2008 Page 22-23Féminin Psycho numéro 42 mar/avr 2008 Page 24-25Féminin Psycho numéro 42 mar/avr 2008 Page 26-27Féminin Psycho numéro 42 mar/avr 2008 Page 28-29Féminin Psycho numéro 42 mar/avr 2008 Page 30-31Féminin Psycho numéro 42 mar/avr 2008 Page 32-33Féminin Psycho numéro 42 mar/avr 2008 Page 34-35Féminin Psycho numéro 42 mar/avr 2008 Page 36-37Féminin Psycho numéro 42 mar/avr 2008 Page 38-39Féminin Psycho numéro 42 mar/avr 2008 Page 40-41Féminin Psycho numéro 42 mar/avr 2008 Page 42-43Féminin Psycho numéro 42 mar/avr 2008 Page 44-45Féminin Psycho numéro 42 mar/avr 2008 Page 46-47Féminin Psycho numéro 42 mar/avr 2008 Page 48-49Féminin Psycho numéro 42 mar/avr 2008 Page 50-51Féminin Psycho numéro 42 mar/avr 2008 Page 52-53Féminin Psycho numéro 42 mar/avr 2008 Page 54-55Féminin Psycho numéro 42 mar/avr 2008 Page 56-57Féminin Psycho numéro 42 mar/avr 2008 Page 58-59Féminin Psycho numéro 42 mar/avr 2008 Page 60-61Féminin Psycho numéro 42 mar/avr 2008 Page 62-63Féminin Psycho numéro 42 mar/avr 2008 Page 64-65Féminin Psycho numéro 42 mar/avr 2008 Page 66-67Féminin Psycho numéro 42 mar/avr 2008 Page 68-69Féminin Psycho numéro 42 mar/avr 2008 Page 70-71Féminin Psycho numéro 42 mar/avr 2008 Page 72-73Féminin Psycho numéro 42 mar/avr 2008 Page 74-75Féminin Psycho numéro 42 mar/avr 2008 Page 76-77Féminin Psycho numéro 42 mar/avr 2008 Page 78-79Féminin Psycho numéro 42 mar/avr 2008 Page 80-81Féminin Psycho numéro 42 mar/avr 2008 Page 82-83Féminin Psycho numéro 42 mar/avr 2008 Page 84-85Féminin Psycho numéro 42 mar/avr 2008 Page 86-87Féminin Psycho numéro 42 mar/avr 2008 Page 88-89Féminin Psycho numéro 42 mar/avr 2008 Page 90-91Féminin Psycho numéro 42 mar/avr 2008 Page 92-93Féminin Psycho numéro 42 mar/avr 2008 Page 94-95Féminin Psycho numéro 42 mar/avr 2008 Page 96-97Féminin Psycho numéro 42 mar/avr 2008 Page 98-99Féminin Psycho numéro 42 mar/avr 2008 Page 100-101Féminin Psycho numéro 42 mar/avr 2008 Page 102-103Féminin Psycho numéro 42 mar/avr 2008 Page 104-105Féminin Psycho numéro 42 mar/avr 2008 Page 106-107Féminin Psycho numéro 42 mar/avr 2008 Page 108-109Féminin Psycho numéro 42 mar/avr 2008 Page 110-111Féminin Psycho numéro 42 mar/avr 2008 Page 112-113Féminin Psycho numéro 42 mar/avr 2008 Page 114-115Féminin Psycho numéro 42 mar/avr 2008 Page 116-117Féminin Psycho numéro 42 mar/avr 2008 Page 118-119Féminin Psycho numéro 42 mar/avr 2008 Page 120-121Féminin Psycho numéro 42 mar/avr 2008 Page 122-123Féminin Psycho numéro 42 mar/avr 2008 Page 124