Féminin Psycho n°40 nov/déc 2007
Féminin Psycho n°40 nov/déc 2007
  • Prix facial : 4,50 €

  • Parution : n°40 de nov/déc 2007

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (170 x 223) mm

  • Nombre de pages : 124

  • Taille du fichier PDF : 29,7 Mo

  • Dans ce numéro : s'ouvrir aux autres.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 94 - 95  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
94 95
PHOTOS : IMAGE SOURCE. D.R. stressante. Il faut aussi éviter d’utiliser sa carte de crédit si on n’est pas sûr d’avoir de l’argent sur son compte. Aujourd’hui, la société nous rend esclaves en nous proposant des crédits pour tout. En réalité, il ne faut jamais s’endetter ni recourir au crédit, sauf pour un achat très important comme celui d’une maison. Nous vivons dans une société de consommation. Comment 94 FÉMININPSYCHO ce contexte agit-il sur notre équilibre individuel ? Les êtres humains ont besoin de vide pour être sereins. Malheureusement, il y a trop de choses autour de nous dans les villes : des affiches, des couleurs, des gens qui courent partout, beaucoup de bruit… C’est très fatigant. On n’accorde pas assez d’importance aux cinq sens qui sont si souvent agressés. Cette profusion d’images et de couleurs nous fait perdre de vue toutes les magnifiques petites choses de la nature. C’est comme lorsqu’on mange un plat composé de trop d’épices différentes : on ne reconnaît plus le goût de chaque aliment. Qu’est-ce qui nous fait perdre de l’énergie ? Rencontrer des gens qu’on n’apprécie pas vraiment et entretenir des rapports superficiels. Il faut garder du temps pour ses vrais amis, ceux que l’on a vraiment envie de voir. C’est comme pour les loisirs : mieux vaut sélectionner ce qu’on a profondément envie de faire et ne pas aller voir n’importe quel film au cinéma, simplement parce qu’il est à l’affiche. Suivre la mode pardessus tout, sans distinction, est aussi une grande perte d’énergie. Pour le shopping, préférez aller dans une petite boutique de qualité où vous
saurez trouver quelque chose de précis plutôt que dans un grand magasin où il y a trop de choix. On perd un temps précieux à décorer son salon suivant ce que l’on voit dans les magazines de décoration, à ranger, nettoyer, chercher… Quelles règles faut-il respecter pour parvenir à la simplicité dans notre intérieur ? Un intérieur idéal est tel qu’il nécessite un minimum d’entretien, de rangement et de travail, tout en apportant confort, Promettez-vous de ne garder que ce que vous adorez. Le reste n’a pas de sens calme et joie de vivre. Chez moi, les murs sont blancs. Dans mon salon, je n’ai qu’une table et deux fauteuils, un canapé, une télévision et quelques plantes vertes. Une pièce vide, nue, peut devenir très chaleureuse si elle est faite de matériaux chauds et doux tels que le bois, le tissus, le liège ou la paille. Le peu d’objet qu’on possède se transforme alors en décoration. Une tasse de thé dans une pièce dépouillée à l’extrême devient une présence, comme un livre posé sur la table, un bouquet de fleurs, un rayon de soleil… Les gens qui viennent chez moi sont surpris au début et très vite, ils ne veulent plus repartir, parce que c’est très reposant. Et pour la garde-robe ? Je fais partie des personnes pour lesquelles la garde-robe a de l’importance, mais qui ne le montrent pas. J’achète toujours des vêtements classiques qui en principe durent longtemps. J’investis par exemple dans un bon pull en cachemire une fois par an et j’essaie d’acheter un manteau pour l’hiver et une veste pour l’été. Une règle d’or : promettez-vous de ne garder que ce que vous adorez. Le reste n’a pas de sens. Possédez peu mais le meilleur de tout. De manière générale, je préconise de diviser le nombre de ses vêtements en catégories (hauts, bas, chaussures, accessoires) contenant chacune sept pièces différentes. L’ensemble tient dans une valise et c’est largement suffisant pour une année ! Quelles aptitudes faut-il avoir pour parvenir à cet idéal de simplicité ? Discipline et volonté sont les conditions nécessaires pour évoluer vers l’harmonie et la simplicité. Mais il s’agit d’une attitude globale, que l’on doit développer au fur et à mesure des années. Le minimalisme nécessite un grand souci du détail. Habituez-vous à définir, décrire, voir, nommer, évaluer, éprouver… cela vous aidera à prendre conscience du superflu. Le principe de base est qu’il faut toujours rechercher la qualité dans tout : dans les émissions de radio que l’on écoute ou de télévision que l’on regarde, les gens que l’on côtoie, les conversations… Peut-on se prémunir du stress ? Oui, si l’on prévoit tout bien à l’avance, dans la mesure du possible. Si vous devez remplir des papiers administratifs par exemple, essayez de le faire le jour même. Veiller à être ponctuel en se ménageant assez de temps entre deux rendez-vous élimine aussi une grande source de stress. Comment trouver l’équilibre entre le travail, parfois très prenant, et la vie personnelle ? De manière générale, je pense que les gens travaillent trop pour être sereins. Je sais que c’est difficile à appliquer car on a besoin d’argent pour vivre, mais je pense qu’il vaut mieux posséder moins d’argent et plus de temps que d’avoir un travail bien rémunéré qui ne nous laisse pas vivre. Comment accepter les changements de la vie ? En se disant que c’est naturel et normal et en essayant de ne pas trop y penser. Il faut être simple et s’occuper de soi en faisant de la marche et du sport, en lisant des choses positives, en dormant bien. On a tous assez de force en nous-même pour régler nos soucis, mais souvent on ne sait pas l’exploiter, parce qu’on vit dans une société où l’on est assisté pour tout. La peur de l’échec nous paralyse parfois dans nos projets. Comment lutter contre cette angoisse ? En mettant en pratique nos désirs. Si l’on a envie de dessiner sans savoir comment faire, on prend un crayon et on dessine jusqu’à ce qu’il sorte quelque chose de bon. Il ne faut pas être complexé car nous avons tous un don et quelque chose à apporter aux autres. Les conflits peuvent nous gâcher la vie. Est-ce inévitable ? Non. Lorsqu’on rencontre quelqu’un de désagréable, il vaut mieux oublier son ego, se dire que cette personne est malade et l’éviter le plus possible. Il ne faut pas rentrer dans le conflit. Quels sont les bienfaits de la solitude ? On recharge les batteries et ensuite on peut donner beaucoup plus aux autres. Même si l’on vit en couple, il faut absolument se ménager des moments de solitude. Personnellement, je passe des journées seule et je ne m’ennuie jamais. J’ai toujours des projets dans ma tête. ● PROPOS RECUEILLIS PAR IRÈNE NAJOVITS À LIRE L’art de la simplicité Dominique Loreau, Robert Laffont 260 p.19 €. FÉMININPSYCHO 95



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 1Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 2-3Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 4-5Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 6-7Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 8-9Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 10-11Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 12-13Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 14-15Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 16-17Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 18-19Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 20-21Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 22-23Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 24-25Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 26-27Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 28-29Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 30-31Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 32-33Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 34-35Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 36-37Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 38-39Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 40-41Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 42-43Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 44-45Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 46-47Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 48-49Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 50-51Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 52-53Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 54-55Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 56-57Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 58-59Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 60-61Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 62-63Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 64-65Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 66-67Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 68-69Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 70-71Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 72-73Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 74-75Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 76-77Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 78-79Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 80-81Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 82-83Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 84-85Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 86-87Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 88-89Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 90-91Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 92-93Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 94-95Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 96-97Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 98-99Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 100-101Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 102-103Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 104-105Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 106-107Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 108-109Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 110-111Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 112-113Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 114-115Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 116-117Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 118-119Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 120-121Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 122-123Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 124