Féminin Psycho n°40 nov/déc 2007
Féminin Psycho n°40 nov/déc 2007
  • Prix facial : 4,50 €

  • Parution : n°40 de nov/déc 2007

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (170 x 223) mm

  • Nombre de pages : 124

  • Taille du fichier PDF : 29,7 Mo

  • Dans ce numéro : s'ouvrir aux autres.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 92 - 93  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
92 93
MOI ET MOI VOS RÉSULTATS A B C 1 1 2 3 2 3 2 1 3 3 1 2 4 1 2 3 5 3 1 2 6 1 2 3 7 2 3 1 8 1 3 2 9 3 1 2 10 2 3 1 11 1 2 3 12 3 2 1 13 3 1 2 14 1 2 3 15 2 3 1 16 3 2 1 Vous avez entre 35 et 48 points VOTRE RÉGIME NE RIME PAS AVEC DÉPRIME ! Au contraire, votre programme fait la part belle au plaisir car maigrir de bonne humeur c’est maigrir dans de bonnes conditions. Votre nièce vous apprend qu’elle a eu son permis ? Vous dégusterez volontiers un petit-four avec elle pour fêter l’événement… et reprendrez ensuite le fil de votre programme, sans arrière-pensée, sans vous culpabiliser non plus ! Peut-être faites-vous également un peu de sport, et discutez-vous volontiers de votre démarche avec une amie qui vous soutient ou qui elle-même suit un programme minceur. Déjeuner en famille, aucun problème, votre régime vous le permet. Côté forme, beau fixe général, pas de fatigue et au contraire, vous sentez un mieux. Globalement vous vous sentez satisfaite et vos objectifs ont toujours été clairs. C’est vrai, un souci personnel vous a peut-être menée à entamer cette démarche. Mais aujourd’hui, vous vous sentez bien, et plus à l’aise. La déprime ? Connais pas ! 92 FÉMININPSYCHO Vous avez entre 26 et 34 points VOTRE PROGRAMME SEMBLE VOUS CORRESPONDRE PLUTÔT BIEN, OU ASSEZ BIEN… Bien, mais pas top, autrement dit ! Si vous pouvez par exemple manger en famille, vous calculez peut-être gramme pour gramme vos aliments. Ou alors peut-être ressentez-vous de la faim, de façon assez insistante parfois. Bref, certains éléments semblent vous correspondre totalement, mais d’autres paramètres sont peut-être à revoir. Peut-être une réflexion sur les éléments qui vous semblent négatifs pourrait vous aider à y voir plus clair pour optimiser au mieux votre programme. Un manque d’activité physique, ou de saveur peut-être ? Votre aliment favori grand absent du régime ? Petite frustration passagère ? Fatigue ? Stress ? Attention car ce type d’élément peut mener à une baisse de moral. Alors, à vous d’analyser quelles sont les lacunes de votre programme pour pouvoir les combler au mieux en en discutant, pour modifier ce qui peut l’être en vue d’un régime sans aucune déprime ! Vous avez entre 16 et 25 points AÏE, VOTRE RÉGIME SEMBLE UN PEU TRISTOUNET ! Vous vous sentez fatiguée, stressée, irritable, frustrée ? Peut-être votre régime est-il très strict, ne permet-il pas le moindre écart… Ou peut-être vous a-t-on expliqué que 100 grammes, c’est 100 grammes, et pas un de plus surtout ? Ressentez-vous du plaisir au sein de votre programme ? Votre aliment préféré fait-il partie de votre alimentation ? D’ailleurs, les aliments en général proposés par votre régime ne vous correspondent peut-être pas tout à fait.Ou alors vous vous sentez un peu débordée par l’organisation de votre programme que vous trouvez vraiment très compliqué à mettre en œuvre. Et tout ça tend à vous miner ! Mais il est possible de changer votre programme pour mieux l’adapter à votre personnalité. Et faire de votre régime un moment agréable ! Discutez-en, analysez quels éléments vous chagrinent particulièrement, pour aller vers un mieux général, vers un régime sans déprime. PHOTO : IMAGE LIBRARY. DR.
DOSSIER Faire le choix de l’optimisme Prendre la vie simplement... Et si, à force de courir après les biens de consommation, on passait à côté de l’essentiel ? Quand prenons-nous le temps de nous arrêter pour penser aux choses simples ? Selon Dominique Loreau, auteur de « L’art de la simplicité », publié chez Robert Laffont, pour atteindre la sérénité il faut appliquer le principe du « moins pour plus ». Moins de matériel pour plus de spirituel... Pourquoi faut-il, selon vous, se débarrasser du matériel superflu ? Pour évoluer dans d’autres domaines. Quand on se focalise sur des choses matérielles, on oublie l’essentiel. Vivre avec peu améliore la qualité de la vie. Plus on a de choses, plus on est encombré et on s’attache à des petits détails qui nous rendent malheureux. Moins on possède, plus on est libre et tranquille. La simplicité, c’est posséder peu pour laisser la voie libre à l’essentiel et à la quintessence des choses. Nous n’avons pas besoin de beaucoup pour vivre : une maison avec un lit, des vêtements, une planche à découper, un couteau, quelques bols et des assiettes, un ordinateur, éventuellement une télévision. Enrichissez plutôt votre corps de sensations, votre cœur d’impulsions et votre esprit de principes que votre vie d’objets ! C’est aussi une façon d’être davantage en phase avec soimême ? Oui, car lorsqu’on s’éloigne des préoccupations matérielles, on prend le temps de se connaître en méditant, en rêvassant sur son lit ou sur son canapé, en lisant... Les gens ne savent plus faire ça. C’est dommage, car cette réflexion permet de se poser les bonnes questions sur la façon dont on veut mener sa vie, sans compter sur l’extérieur. Que faut-il faire pour ne pas perdre de vue l’essentiel ? Il faut avoir un certain équilibre dans la vie : ne pas dramatiser les événements, préserver sa Les êtres humains ont besoin de vide pour être sereins santé, être calme et serein, ne pas être agressif. Quand on est vraiment bien à l’intérieur de soi, on n’a pas envie d’insulter les gens qui vous font une queue de poisson en voiture, par exemple. S’occuper de son corps est-il important ? Oui, car quand on se sent bien dans son corps, les effets se répercutent sur le mental. Cessez de trop posséder, vous aurez plus de temps à consacrer à votre corps. Et lorsque vous vous sentirez bien dedans, vous pourrez l’oublier et cultiver votre esprit, accéder à une existence pleine de sens. Vous serez heureuse ! Mais avant tout, n’oubliez pas que l’on est toujours dépendant de son corps. Si vous portez des chaussures qui vous font mal aux pieds, c’est obsédant et cela peut vous gâcher toute une journée. Il faut prendre soin de votre corps pour libérer votre mental. Cela veut dire manger peu, mais manger des choses saines, prendre un bon bain chaud tous les jours pour se détendre, faire du yoga, du stretching et marcher, prendre l’air... Comment lutter contre l’obsession des soucis matériels ? D’abord, il faut faire des économies, pour toujours avoir un peu d’argent devant soi et ne pas risquer de se retrouver dans une situation matérielle FÉMININPSYCHO 93



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 1Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 2-3Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 4-5Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 6-7Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 8-9Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 10-11Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 12-13Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 14-15Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 16-17Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 18-19Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 20-21Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 22-23Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 24-25Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 26-27Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 28-29Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 30-31Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 32-33Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 34-35Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 36-37Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 38-39Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 40-41Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 42-43Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 44-45Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 46-47Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 48-49Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 50-51Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 52-53Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 54-55Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 56-57Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 58-59Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 60-61Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 62-63Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 64-65Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 66-67Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 68-69Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 70-71Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 72-73Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 74-75Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 76-77Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 78-79Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 80-81Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 82-83Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 84-85Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 86-87Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 88-89Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 90-91Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 92-93Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 94-95Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 96-97Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 98-99Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 100-101Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 102-103Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 104-105Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 106-107Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 108-109Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 110-111Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 112-113Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 114-115Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 116-117Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 118-119Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 120-121Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 122-123Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 124