Féminin Psycho n°40 nov/déc 2007
Féminin Psycho n°40 nov/déc 2007
  • Prix facial : 4,50 €

  • Parution : n°40 de nov/déc 2007

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (170 x 223) mm

  • Nombre de pages : 124

  • Taille du fichier PDF : 29,7 Mo

  • Dans ce numéro : s'ouvrir aux autres.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 34 - 35  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
34 35
DOSSIER Réussir à changer L’accident est cet événement extérieur qui survient et qui nous oblige à une prise de conscience ou à une décision 34 FÉMININPSYCHO Les bienfaits du changement Nombre de livres et de magazines vous recommandent de changer. Oui, mais pourquoi ? Tout simplement parce que c’est en opérant certains changements que l’on devient qui l’on est. Changer : une décision qui demande certes des efforts mais dont l’aboutissement est l’épanouissement. Et pour vous accompagner dans cette voie, voici quelques éléments pour vous aider à comprendre le changement, à ne plus le craindre et à l’entreprendre. Jamais « je n’aurais cru qu’un changement pouvait se révéler aussi positif ! » Caroline, qui travaille aujourd’hui dans une galerie d’art parisienne, n’a pas toujours eu vocation à évoluer dans un milieu artistique et, qui plus est, dans un pays qui n’est pas le sien. Car si cette jeune femme de 38 ans parle parfaitement le français, un zeste d’accent nous rappelle qu’elle est d’origine américaine. Alors qu’elle occupait un « bon poste » à New York, ville où elle est née, le besoin de changements s’est fait sentir : « J’adorais ma vie mais j’avais besoin d’avoir de nouvelles perspectives, je sentais qu’il me manquait quelque chose. » Caroline a donc décidé de quitter son existence new-yorkaise et de faire un virage à trois cent soixante degré, ce qu’elle ne regrette pas une seconde. Changer demande des efforts Bien sûr, opérer un tel changement ne se fait pas sans la contribution d’un important effort. Lorsque Caroline a pris sa décision de changer de vie, elle a fait l’effort de quitter un travail qui lui plaisait, de rendre l’appartement dans lequel elle vivait depuis plusieurs années, de quitter ses amis, de trouver un nouveau logement en France, un nouvel emploi et de nouvelles relations. Bref, elle a fait l’effort de ne pas « se limiter à un quotidien matériel, facile, conforme à l’homme vivant en société, grand consommateur de biens de production et de contemplation télévisuelle, et d’essayer plutôt d’aller derrière les choses, chercher, se poser des questions ». Et pour Patrick Estrade, psychologue et psychothérapeute, ces efforts occasionnent une "récompense", celle de « faire émerger et découvrir en soi une foule de sensations, de sentiments, de connaissances, de perceptions et d’images dont on n’aurait jamais soupçonné l’existence auparavant et qui non seulement enrichissent notre vie mais nous fournissent des outils supplémentaires pour mieux vivre avec soi-même et avec les autres ». Car quel est le but de tout changement si ce n’est d’être épanouie… Une recherche d’épanouissement « Je deviendrai moi-même si je parviens à examiner et à évaluer ce qui me constitue », avance le psychologue. En d’autres termes, c’est en explorant ses diverses facettes que l’on arrive à savoir qui l’on est réellement et par là même à s’épanouir vraiment. Or, « lorsque nous arrivons à l’âge adulte, c’est comme si nous nous trouvions devant un vaste océan dont nous connaissons à peu près les rivages mais dont nous ignorions les richesses. Rapporté à notre personnalité, cela signifie que nous connaissons certes une partie de nousmême, mais qu’il en est d’autres que nous délaissons ou que nous ignorons simplement ». Reste alors à explorer PHOTOS : ABLESTOCK. D.R.
ces autres parties qui nous composent. Et c’est en changeant notre manière d’être ou carrément un pan entier de notre vie que nous pouvons réussir à nous découvrir complètement. Après avoir divorcé de son mari et s’être réorientée professionnellement, Noémie assure aujourd’hui avoir la sensation d’être en phase avec elle-même et d’être épanouie : « Depuis que tous ces changements ont eu lieu dans ma vie, j’ai l’impression de vivre en adéquation avec ce que je suis et pour la première fois depuis bien longtemps je me sens bien. » Qu’à l’origine de cette envie de changement se trouve la frustration, le sentiment d’être passée à côté de quelque chose ou celui d’avoir pris les mauvaises orientations, le but est identique : s’accomplir pour découvrir qui nous sommes vraiment afin d’être épanouie. Ces « accidents » qui occasionnent un changement... Les changements proviennent donc du besoin de modifier quelque chose dans sa vie afinde devenir une personne « complète ». « Deviens qui tu es », disait Nietzsche… Il arrive que des événements inattendus surviennent et qu’ils soient à l’origine d’un changement, nous aidant ainsi à nous connaître davantage. Patrick Estrade l’affirme : « Les accidents de parcours, malgré les douleurs qu’ils causent, peuvent être riches d’enseignements, ils peuvent même conduire à de nouveaux comportements, oui, disons-le, à changer de vie : il y a des personnes en nous que nous n’aurions, sans certains deuils, jamais rencontrées. » L’accident, « cet événement extérieur qui survient et qui nous oblige à une prise de conscience ou à une décision », peut être un événement négatif (deuil, échec, perte d’objets sentimentaux...), comme positif (naissance, mariage, réussite à un examen…). Ainsi, un objet que l’on aime particulièrement qui se casse, un conflit inattendu avec un voisin, une rupture amicale ou amoureuse, constituent autant d’« accidents » pouvant être à l’origine d’un changement. Pour Caroline, l’élément déclencheur qui l’a poussée à divorcer de son mari et à commencer une nouvelle vie fut la mort de sa propre mère. « Lorsque j’ai perdu ma mère, j’étais anéantie, mais c’est cette épreuve qui m’a fait comprendre qu’il fallait que je change certaines choses. » Caroline a donc décidé de quitter son mari et de mener une tout autre vie. « Sans le décès de ma mère, je serais encore sûrement avec mon ex-mari et ma vie serait aujourd’hui comme elle l’était à l’époque, c’est-àdire en désaccord avec ce que je suis », assure-t-elle. Et « même si j’ai vécu des moments difficiles, je ne regrette pas une seule seconde mon choix »... ● CAPUCINE JUNGUENET À LIRE Comment je me suis débarrassé de moi-même Patrick Estrade Robert Laffont 222p., 19 €. FÉMININPSYCHO 35



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 1Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 2-3Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 4-5Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 6-7Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 8-9Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 10-11Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 12-13Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 14-15Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 16-17Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 18-19Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 20-21Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 22-23Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 24-25Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 26-27Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 28-29Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 30-31Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 32-33Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 34-35Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 36-37Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 38-39Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 40-41Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 42-43Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 44-45Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 46-47Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 48-49Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 50-51Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 52-53Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 54-55Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 56-57Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 58-59Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 60-61Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 62-63Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 64-65Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 66-67Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 68-69Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 70-71Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 72-73Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 74-75Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 76-77Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 78-79Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 80-81Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 82-83Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 84-85Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 86-87Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 88-89Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 90-91Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 92-93Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 94-95Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 96-97Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 98-99Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 100-101Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 102-103Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 104-105Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 106-107Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 108-109Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 110-111Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 112-113Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 114-115Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 116-117Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 118-119Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 120-121Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 122-123Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 124