Féminin Psycho n°40 nov/déc 2007
Féminin Psycho n°40 nov/déc 2007
  • Prix facial : 4,50 €

  • Parution : n°40 de nov/déc 2007

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (170 x 223) mm

  • Nombre de pages : 124

  • Taille du fichier PDF : 29,7 Mo

  • Dans ce numéro : s'ouvrir aux autres.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 112 - 113  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
112 113
MOI ET LA VIE Être père : un combat de tous les instants Cette place de père ne s’attribue pas d’emblée. Les hommes doivent souvent se battre pour l’obtenir. Et quand les lois ne suffisent plus, ils trouvent toujours des solutions pour défendre leurs droits. Les mères ont acquis tous les pouvoirs sur leur progéniture. Mais les pères ont montré qu’eux aussi voulaient jouer un rôle auprès de leurs enfants. Ainsi depuis les années 2000, plusieurs lois ont vu le jour pour rétablir l’équilibre entre les mères et les pères. Pour favoriser l’égalité dans la parentalité. L’entrée en vigueur du congé de paternité depuis janvier 2002 proposé par Ségolène Royal, alors ministre déléguée à la Famille, à l’Enfance et aux Personnes Longtemps, j’ai cru qu’une mère comptait plus qu’un père. Un jour une femme m’a dit que je comptais autant qu’elle, et nous sommes devenus parents ensemble. Martin Winckler, médecin et écrivain 112 FÉMININPSYCHO handicapées, marque une étape importante. D’une durée de deux semaines, celui-ci vient remplacer le congé de solidarité qui n’accordait que trois jours au papa à la naissance de son enfant. Pris dans les quatre mois après l’accouchement, cette période est rémunérée de la même façon que le congé de maternité. Le père peut ainsi bénéficier de davantage de temps pour se faire une place aux côtés de la mère et de leur bébé. « Quand Théo est né, je ne voulais plus le quitter, raconte Pierre, 32 ans. J’ai pris un congé de paternité pour être là avec lui et sa mère dès les premiers temps. Je voulais créer une complicité avec mon fils, pour qu’il reconnaisse ma voix, mon odeur. » Le livret de paternité Pour aller encore plus loin et guider les pères, le ministère de la Famille a mis au point un livret de paternité dès 2001. Ses objectifs sont de valoriser la place et le rôle du père. De lui donner tous les outils nécessaires. Selon le ministère, « il convient aujourd’hui de reconnaître socialement cette place du père et de la soutenir, dans l’intérêt d’abord de l’enfant, mais aussi de la mère et du sien propre ». De nombreux experts et associations ont apporté leur aide pour réaliser ce document composé d’informations juridiques et pratiques et de conseils de spécialistes. Le psychiatre Boris Cyrulnik, le pédopsychiatre Marcel Rufo mais aussi de l’Union nationale des associations familiales (UNAF) ou encore de l’association SOS papa ont participé à son élaboration. Le livret est envoyé par les caisses d’allocations familiales (Caf) aux futurs papas dès la déclaration de la grossesse de leur compagne. Un guide des plus utiles même s’il reste encore léger au niveau du contenu. « La création d’un livret de paternité consacre un véritable tournant dans la manière de penser la parentalité. Les mères ellesmêmes auront beaucoup à gagner à ce rééquilibrage » soulignent la sociologue Christine Castelain-Meunier et la psychanalyste Geneviève Delaisi de Parseval dans un article de Libération (9 janvier 2002). Trouver des solutions En cas de divorce, les pères réclament aujourd’hui à être toujours aussi présents que les mères. Voir leur enfant un week-end sur deux ou pendant les vacances ne leur suffit pas. Ils refusent d’être des « papas du dimanche ». « Je ne voulais pas être le copain de mon fils, précise Luc, 35 ans. Il doit me considérer comme son papa. Je me devais donc d’être là pour les moments de tous les jours : quand il fait une bêtise et que je dois le gronder, quand il se fait mal, quand il n’arrive pas à dormir… Cela me permet d’être PHOTOS : IMAGE LIBRARY. DR.
plus proche de lui, de le comprendre et surtout de l’aider à grandir. » La loi du 4 mars 2002 réformant l’autorité parentale renforce le principe de coparentalité et n’évince pas le père si les parents se séparent. « Ce dispositif rendra le partage moins inégal après la séparation, avait déclaré Ségolène Royal devant le Parlement. C’est important : c’est dans les mille faits et gestes de la vie quotidienne que les parents transmettent leurs valeurs. » La garde alternée est favorisée car elle permet aux deux parents d’élever leur enfant. Et quand les parents ne parviennent pas à s’entendre sur la façon d’élever leur enfant, sur le domicile qu’il doit occuper, la médiation familiale les aide à communiquer et à trouver des solutions. « La médiation devient un espace de parole où l’intime peut se dire où la souffrance peut s’exprimer alors qu’elle est le plus souvent occultée dans l’espace du tribunal », note la psychologue Catherine Sellenet. QUELQUES CHIFFRES n enfant sur trois voit ses parents se séparer. 85% de ces Uenfants vivent avec leur mère, 9% avec leur père, 6% avec aucun des deux. Avant 2002, la résidence en alternance n'était demandée que dans 1,5% des procédures de divorce par consentement mutuel. En 2003, elle est demandée dans 7 à 15% des divorces selon que la procédure soit conflictuelle ou non. 20 à 25% des personnes en union libre qui se séparent se partagent équitablement les enfants. Ils développeraient des relations moins conflictuelles que les personnes divorcées. Sur l’ensemble des enfants vivant avec la mère : 20% voient leur père toutes les semaines, 20% tous les 15 jours, 5% une fois par mois, 18% moins ‘'une fois par mois, 24% ne le voient plus du tout, 8% sont de père inconnu. Source : Centre d’information sur les droits des pères (CIDP 31). Et quand ça se passe mal Même si certaines lois et initiatives favorisent la figure paternelle, la place du père est souvent délimitée par la mère. Quand celle-ci laisse à son homme tout l’espace nécessaire pour vivre sa paternité, tout se passe généralement sans souci. Mais quand la mère s’accapare l’enfant, les pères se retrouvent démunis. Séparations difficiles et divorces obligent les pères à se battre. « C’est dans un premier temps sur le terrain de la garde de l’enfant que va se jouer le premier combat », souligne Catherine Sellenet. Un combat qui est loin d’être facile à mener. Les chiffres parlent d’eux-mêmes. En cas de divorce, la garde n’est accordée au père que dans 10% des cas. Les pères n’ont pas souvent la préférence des juges. « La majorité des juges pour enfants sont des femmes, elles ont donc tendance à donner raison aux mères », explique le psychanalyste Didier Dumas. En 1980, Daniel Balavoine exprimait déjà les difficultés des pères divorcés dans sa chanson Mon fils, ma bataille : « Je t’écoute démonter ma vie, En pleurant, Si j’avais su qu’un matin, Je serais là, sali, jugé, sur un banc, Par l’ombre d’un corps, Que j’ai serré si souvent, Pour un enfant, Tu leur dis que mon métier, C’est du vent, Qu’on ne sait pas ce que je serai dans un an. » En 2005, le chanteur Cali reprend le même thème et en fait la trame de son dernier album (voir interview pages 114-115). Se regrouper pour mieux défendre ses droits Seul : difficile de faire face. Pour ne pas être évincé et défendre leur droit de s’occuper de leur enfant, les pères luttent et se regroupent. Plusieurs associations de papas ont ainsi vu le jour, dont SOS Papa, l’une des plus importantes. Créée en 1990 par des ingénieurs dont Michel Thizon, président de SOS PAPA Ile-de-France, l’association s’attache à défendre les droits des pères devant les tribunaux et cherche à promouvoir la résidence alternée. Le dynamisme des associations de pères a permis différentes avancées. Ainsi depuis 2001, les bulletins scolaires sont envoyés aux deux domiciles, père et mère et depuis 2004, le parent isolé peut participer à l’élection des délégués des parents d’élèves et se faire élire. ● Les différentes associations SOS Papa : www.sos-papa.net. Tél : 01 39 76 07 07. Jeune papa.com : www.jeune papa.com. Un site riche en conseils pour les futurs et nouveaux pères. Centre d’information sur les droits des pères (CIDP 31) : http://cidp31.free.fr. 05 34 41 38 18. Créé à Toulouse en 1994 par quelques pères divorcés. Elle agit en direction des élus, des organismes, du public, pour faire évoluer la loi, les pratiques et les mentalités. FÉMININPSYCHO 113



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 1Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 2-3Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 4-5Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 6-7Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 8-9Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 10-11Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 12-13Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 14-15Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 16-17Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 18-19Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 20-21Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 22-23Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 24-25Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 26-27Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 28-29Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 30-31Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 32-33Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 34-35Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 36-37Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 38-39Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 40-41Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 42-43Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 44-45Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 46-47Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 48-49Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 50-51Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 52-53Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 54-55Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 56-57Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 58-59Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 60-61Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 62-63Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 64-65Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 66-67Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 68-69Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 70-71Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 72-73Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 74-75Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 76-77Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 78-79Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 80-81Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 82-83Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 84-85Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 86-87Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 88-89Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 90-91Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 92-93Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 94-95Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 96-97Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 98-99Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 100-101Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 102-103Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 104-105Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 106-107Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 108-109Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 110-111Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 112-113Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 114-115Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 116-117Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 118-119Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 120-121Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 122-123Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 124