Féminin Psycho n°40 nov/déc 2007
Féminin Psycho n°40 nov/déc 2007
  • Prix facial : 4,50 €

  • Parution : n°40 de nov/déc 2007

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (170 x 223) mm

  • Nombre de pages : 124

  • Taille du fichier PDF : 29,7 Mo

  • Dans ce numéro : s'ouvrir aux autres.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 10 - 11  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
10 11
MOI ET MOI EXPERT HÉLÈNE BLANCHARD Enseignante à l’IFPNL « Nous avons souvent besoin d’un éclairage extérieur » Peut-on faire un travail de décisions avec une amie ? Si l’amitié le permet, oui, nous avons souvent besoin d’un éclairage extérieur. Ainsi, on peut peser entre amies le pour et le contre de solutions. La démarche PNL peut aussi permettre d’aider ses propres enfants, afin qu’ils puissent dire en quoi leurs choix sont bons ou non pour eux. À partir de quand peut-on prendre conscience de son problème ? On en prend conscience, en général, à cause de son aspect récurrent, s’il empêche de bien vivre. Cela peut également venir de remarques de l’entourage, parfois. Ou dans le cadre d’un bilan professionnel. Parfois, les personnes s’en 10 FÉMININPSYCHO fin de cet exercice, nous trouvons une valeur commune aux deux choix : cela prouve que les deux parties de la personne défendant des choix différents convergent en réalité vers un même but et ne sont ni ennemies, ni antagonistes. Le conflit intérieur dépassé, le sujet se trouve alors dans un cadre d’ouverture où il recherche pour lui de nouvelles solutions, devenant ainsi plus créatif. C’est ici le modèle des parties de aperçoivent vraiment d’ellesmêmes, mais le plus souvent, elles viennent en thérapie en ne sachant pas très bien où se situe leur problème et le découvrent de façon progressive. Arriver à choisir, est-ce déplacer son symptôme ? Cela peut arriver, si on ne prend pas en compte l’intention positive du problème posé. Par exemple, un enfant qui vole peut avoir besoin d’écoute, d’attention… Si on comprend cela, on réfléchit à partir de cette intention sans risque de déplacer le symptôme. Ne pas décider, c’est éviter de renoncer à quelque chose d’important pour nous, pour ne pas être mal. Comment être bien tout en décidant ? C’est toute la question. Pour des tas de choses, je suis indécise, je ne m’en rends parfois même pas compte. En dehors de mon avenir professionnel, totalement flou, si on me propose tu veux qu’on s’installe dans un café ou qu’on aille ailleurs ?, je laisse les autres décider pour moi. Et quand je suis obligée de choisir, je me torture l’esprit ! Je suis tellement curieuse dans la vie, que je crois vouloir tout découvrir, ne fermer aucune porte. Par exemple, l’an dernier je voulais faire du sport, et je me suis inscrite dans quatre clubs différents, car je ne savais pas laquelle de ces quatre activités je choisirais… Résultat, j’ai laissé tomber les quatre, car je n’arrivais pas à me fixer sur l’une d’entre elles ! Aujourd’hui, si côté profession je ne sais pas ce que je veux, je sais au moins ce que je ne veux pas, alors je procède par éliminations, pour le moment… la personne qui est employé : partant du principe que nos comportements sont sous-tendus par une intention positive, il permet de réfléchir à partir de ces intentions au lieu de réfléchir en partant du conflit. Jacques Dechance, pour sa part, fait travailler ses groupes à partir de la motivation, du renoncement (aux autres choix) et de la permission. Il passe par une méthodologie impliquant le corps (faire des mouvements tranchants, par exemple, pour apprendre à trancher, à décider). « Je propose cet exercice aux personnes qui suivent mes séances : partir avec un sac, ramasser des galets plats et revenir chez soi, poser son fardeau de galères. Poser la pierre fondatrice du changement, puis faire dans sa vie une première prise de risque, quitte à se tromper, une chose au début que l’on est quasiment sûr de réussir. Poser alors sa seconde pierre et célébrer sa réussite (faire la fête avec ses amis, par exemple !) ainsi de suite, relever ces défis, ces prises de risques successives : poser la troisième, et célébrer… Car célébrer, c’est informer au fur et à mesure son CÉCILE, 21 ans « Je ne veux me fermer aucune porte » cerveau qu’il y a réussite. À la quatrième pierre, ne plus faire une prise de risque mais une prise de chance : car le but est de former une pyramide de galets, son capital confiance, qui grandit. Au bout de celle-ci, la personne a suffisamment informé son cerveau, et n’a plus de problème d’hésitations, car elle comprend qu’elle peut se faire confiance » conclut le spécialiste. Il semble donc possible de pouvoir trouver des méthodes pour retrouver son pouvoir de décision. Néanmoins Antoine Spath soulève une question : « On ne peut pas dire à une personne de se décider, car on engage son désir à sa place… Si on lui indique une voie à suivre, on se substitue alors à elle. » Car montrer à quelqu’un qu’il n’arrive pas à choisir, n’est-ce pas choisir pour lui du fait qu’il ne parvient pas à choisir ? « La personne doit d’abord commencer à se poser la question elle-même. Sinon, ce n’est pas lui rendre service, cela ne lui permet pas de la libérer de sa difficulté… On peut juste lui poser le problème », conclut le psychothérapeute. ●
TEST Petite ou grande indécise ? Hésiter entre deux robes une fois de temps en temps ou se torturer l’esprit à chaque possibilité offerte par la vie ? De l’un à l’autre, où se situe votre degré d’indécision ? Testez votre capacité à choisir avec notre petit questionnaire… 1 On vous invite à une soirée. ❏ A Vous ne savez pas quelle tenue vous porterez et hésitez jusqu’à la dernière minute. ❏ B Vous ne savez pas quelle tenue vous porterez et annulez car le choix est trop dur ! ❏ C Vous trouvez ce que vous porterez après essayages ! 2 On dit de vous : ❏ A Que vous êtes une personne de caractère ! ❏ B Que vous êtes facile à vivre. ❏ C Que vous êtes discrète, un peu « suiveuse ». 3 Pour vous choisir c’est : ❏ A Renoncer. ❏ B Trouver la meilleure possibilité. ❏ C Peser le pour et le contre d’une situation. 4 Votre choix effectué : ❏ A Vous regrettez sincèrement de n’avoir pas opté pour l’autre solution. ❏ B Vous considérez les avantages de votre solution, par rapport à l’autre possibilité. ❏ C Vous avez une hésitation sur le bienfondé de votre décision. Vous avez plus de 25 points VOUS DÉCIDEZ DE TOUT ! Apparemment, choisir entre thé ou café, prof de yoga ou secrétaire comptable, jupe verte ou rose, n’est pas un grand problème pour vous… Vous testez, vous décidez ! Attention toutefois à ne pas pour autant choisir pour votre entourage. À chacun de faire ses choix, des plus petits aux plus grands. Quoi qu’il en soit vous ne restez pas indécise en ce qui vous concerne, et s’il vous arrive d’avoir des doutes, vous analysez la situation et établissez votre choix. 5 Choisir un métier, c’est : ❏ A Facile, une vocation de toujours vous anime. ❏ B Un brin complexe, vous êtes attirée par plusieurs domaines… ❏ C Un calvaire ! Si vous êtes médecin, vous ne serez jamais architecte ! 6 Il vous est arrivé de décider : ❏ A Pour vous-même. ❏ B Pour vous-même et pour les autres, parfois. ❏ C Ni pour vous ni pour personne. 7 En amour : ❏ A Vous hésitez : cet homme est-il bien fait pour vous ? Ce qui donne parfois des relations à pauses ! ❏ B Vous êtes sûre de vous : c’est lui l’homme de ma vie ! ❏ C Vous vous laissez le temps d’apprécier la situation et d’en prendre en compte tous les paramètres. 8 Vanille ou chocolat ? ❏ A Vanille ! ❏ B Vanille ET chocolat, sinon rien ! ❏ C Un instant, vous réfléchissez… Vous avez entre 15 et 25 points VOUS CHOISISSEZ… LA PLUPART DU TEMPS. Il vous arrive néanmoins de ne pas trop savoir ce que vous désirez, de laisser les choses se faire un peu d’elles-mêmes au lieu de choisir clairement une voie. Prenez confiance, parfois choisir pour de petites choses peut peut-être faciliter des décisions plus importantes ! 9 Entre amis, on vous propose un ciné OU un restau. ❏ A Vous avez votre avis sur la question et le faites savoir. ❏ B Vous penchez peut-être légèrement pour l’une ou l’autre des solutions. ❏ C Vous laissez les autres décider pour vous. 10 Qui choisit pour vous ? ❏ A Vous-même ! ❏ B Un peu vous-même, un peu les autres. ❏ C La vie. VOS RÉSULTATS A B C 1 2 1 3 2 3 2 1 3 1 2 3 4 1 3 2 5 3 2 1 6 2 3 1 7 1 3 2 8 3 1 2 9 3 2 1 10 3 2 1 Vous avez moins de 15 points CHOISIR… QUEL CALVAIRE POUR VOUS ! Vous préférez peut-être laisser filer les choses plutôt que de décider, et vous vous laissez un peu porter par les événements, par les décisions prises par vos proches. Peut-être une amie peut-elle vous aider à y voir plus clair, vous aider à peser le pour et le contre d’une situation ? Faire le point sur un choix donné ? FÉMININPSYCHO 11



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 1Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 2-3Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 4-5Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 6-7Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 8-9Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 10-11Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 12-13Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 14-15Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 16-17Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 18-19Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 20-21Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 22-23Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 24-25Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 26-27Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 28-29Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 30-31Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 32-33Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 34-35Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 36-37Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 38-39Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 40-41Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 42-43Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 44-45Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 46-47Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 48-49Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 50-51Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 52-53Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 54-55Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 56-57Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 58-59Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 60-61Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 62-63Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 64-65Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 66-67Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 68-69Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 70-71Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 72-73Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 74-75Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 76-77Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 78-79Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 80-81Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 82-83Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 84-85Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 86-87Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 88-89Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 90-91Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 92-93Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 94-95Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 96-97Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 98-99Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 100-101Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 102-103Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 104-105Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 106-107Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 108-109Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 110-111Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 112-113Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 114-115Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 116-117Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 118-119Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 120-121Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 122-123Féminin Psycho numéro 40 nov/déc 2007 Page 124