Féminin Psycho n°39 sep/oct 2007
Féminin Psycho n°39 sep/oct 2007
  • Prix facial : 4,50 €

  • Parution : n°39 de sep/oct 2007

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (170 x 223) mm

  • Nombre de pages : 124

  • Taille du fichier PDF : 70,8 Mo

  • Dans ce numéro : le goût du bonheur, profiter de la vie s'apprend.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 86 - 87  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
86 87
MOI ET MON TRAVAIL Comment vivre mon licenciement ? D'abord, le choc, et après ? Le licenciement est pour certains une période d'abattement qui s'annonce, pour d'autres, l'occasion de rebondir. Existe-t-il une bonne attitude à adopter ? Gérard Roudaut, responsable du site internet www.assistance-orientation.fr, Monique Soucy, psychosociologue et Raymonde Ferrandi, psychologue spécialiste de la réinsertion socioprofessionnelle, nous donnent les clés de ce moment particulier. est psychologue. e licenciement est toujours vécu de prime abord par la personne écartée comme un contrôle drastique sur sa vie et sur son choix. C'est une forme de rejet. Cela crée spontanément une blessure narcissique proportionnelle à l'estime de soi de la personne remerciée », débute Monique Soucy, psychosociologue et auteur de J'ai mal à mon travail, jusqu'où tolérer l'insatisfaction. L'annonce d'un licenciement provoque presque toujours la même réaction de la part du salarié : un sentiment d'abandon. Et ce, quelle que soit la raison de ce départ, selon Un poste sur deux se trouve par le bouche-à-oreille... 86 FÉMININPSYCHO Raymonde Ferrandi, psychologue : « On peut penser qu'un licenciement économique sera mieux accepté car la responsabilité du salarié n'est pas mise en cause, mais je constate en entretien que le motif ne fait pas vraiment de différence, car au fond, il est toujours question d'être congédié. » Un premier choc Pourquoi existe-t-il cette première période d'abattement ? Vit-on cette période comme une fatalité ? Gérard Roudaut, responsable du site Internet vvww.assistance-orientation.fr, et Raymonde Ferrandi le soulignent tous deux : dans les pays du Nord de l'Europe, changer de travail fait partie de la vie de tous les jours, et il est très facile à quelqu'un de dire à son entourage qu'il a été licencié... En France il en va autrement : se présenter comme personne à la recherche d'un travail n'a rien d'évident « Parce que l'on sait que le chômage va durer », explique la psychologue. « Ce qui n'est pas vrai au Nord de L'Europe, où l'on peut perdre et retrouver très vite un poste. » S'il existe des raisons sociologiques à cette première réaction, il faut aussi considérer celles qui sont propres à la personne : « L'entreprise était pour le remercié un lieu où il se sentait bien ou mal, mais qui ryth- mait quand même son quotidien. 11 y voyait des collègues, amis ou non, qui faisaient quand même partie de sa vie. Un licenciement est toujours l'occasion d'une prise de conscience de ce que représente le travail dans notre vie, analyse Gérard Roudaut. C'est pourquoi il existe toujours une période pendant laquelle on se sent différent, un peu perdu, en manque de repères. » « On peut éprouver un sentiment d'étrangeté, approuve Raymonde Ferrandi. On ne fait plus partie de la catégorie des actifs, les événements qui rythmaient notre vie ne seront plus les mêmes à l'avenir. La perte intense ressentie peut être vécue sur le mode dépressif ou sur celui de la révolte. » Cette situation « occupe toutes les sphères, poursuit la psychologue. Amicale, familiale, professionnelle... On prévoit une restriction de son niveau de vie, on ne sait pas ce qui va nous arriver par la suite ». Puis un bilan... « On ne peut parler de vivre un licenciement sans parler de
deuil. Il y a un deuil à faire, cet endroit était un deuxième lieu de vie, un monde social, un contexte de valorisation et d'expression de soi », explique Monique Soucy. Car après une période d'abattement, il faut pouvoir rebondir. Prendre le licenciement du bon coté est la solution, approuve Monique Soucy. Il peut même permettre un bilan et 1.m repositionnement qui de toute façon s'imposait. C'est une occasion de "connaissance de soi" qui peut s'avérer riche et constituer un virage positif. Reconnaître avec humilité ses forces et ses limites pour cibler un nouveau poste est la réac- tion la plus saine et profitable pour tourner la situation à son avantage. » Dresser un bilan de son expérience professionnelle au sein de l'entreprise que l'on vient de quitter peut être une solution pour ne pas tomber dans un mauvais engrenage. En effet, Raymonde Ferrandi met en garde contre ce que peut devenir cette période de chômage : FÉMININPSYCHO 87



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 1Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 2-3Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 4-5Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 6-7Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 8-9Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 10-11Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 12-13Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 14-15Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 16-17Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 18-19Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 20-21Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 22-23Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 24-25Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 26-27Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 28-29Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 30-31Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 32-33Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 34-35Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 36-37Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 38-39Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 40-41Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 42-43Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 44-45Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 46-47Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 48-49Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 50-51Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 52-53Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 54-55Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 56-57Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 58-59Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 60-61Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 62-63Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 64-65Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 66-67Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 68-69Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 70-71Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 72-73Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 74-75Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 76-77Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 78-79Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 80-81Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 82-83Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 84-85Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 86-87Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 88-89Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 90-91Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 92-93Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 94-95Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 96-97Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 98-99Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 100-101Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 102-103Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 104-105Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 106-107Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 108-109Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 110-111Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 112-113Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 114-115Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 116-117Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 118-119Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 120-121Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 122-123Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 124