Féminin Psycho n°39 sep/oct 2007
Féminin Psycho n°39 sep/oct 2007
  • Prix facial : 4,50 €

  • Parution : n°39 de sep/oct 2007

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (170 x 223) mm

  • Nombre de pages : 124

  • Taille du fichier PDF : 70,8 Mo

  • Dans ce numéro : le goût du bonheur, profiter de la vie s'apprend.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
seule pour réfléchir, faire le point, méditer, me resituer. Je suis très active dans de nombreux domaines, dont le bénévolat, mais je suis toujours contente de me retrouver chez moi, au calme, pour faire le point. Je ne suis ni une ourse, ni un ermite, j'ai beaucoup d'amis, mais il arrive un moment où je dois retourner à ma solitude pour rester en équilibre à l'intérieur de moi... » Les enfants aussi Dès l'enfance, la solitude n'est pourtant pas bien vue. Les parents s'inquiètent quand leur bambin ou leur ado s'isole de trop, n'invite personne et paniquent lorsqu'il claironne un lancinant « j'sais pas quoi faire... », comme si sans les autres, il n'était rien, n'existait pas. Les enfants aussi pourtant ressentent ce besoin d'être seuls, de se retrouver, de suivre leur rythme sans être surboo- É La solitude vivifie, l'isolement tue 5 5 kés du matin au soir, partagé entre école et activités artistiques ou sportives. S'ils se sentent dépourvus, c'est aux parents de les aider à trouver en eux les ressources qui leur permettront de s'occuper tout en se faisant plaisir, sans rechercher à tout prix une intervention extérieure. « C'est dès l'enfance que nous devrions éduquer ceux qui nous sont confiés à supporter et à aimer la solitude », confirme Nicole Fabre, auteur de La solitude, ses peines et ses richesses « Ne pas leur donner en pâture les groupes d'amis qui, en retour, les absorberont. Supporter de les voir parfois s'ennuyer ou perdre du temps afin que naissent les désirs, que se développe le rêve, leur rêve. » Etre seul et heureux est donc possible. La solitude vue sous cet angle est synonyme de liberté. Liberté de faire ses propres choix de vie sans rester accroché aux autres, dépendre d'eux et craindre leur jugement. Liberté d'être responsable de son existence, d'assumer ses forces et ses faiblesses. Accepter d'être "hors norme" Mais à découvrir ce que l'on pense et ce que l'on veut vraiment, sans se calquer sur les autres, sur la mode ou les courants ambiants, sans chercher à plaire ou à être accepté, en allant à contre-courant de l'esprit grégaire actuel, on risque de ne plus être populaire, de ne plus entrer dans la norme et ce n'est pas forcément toujours facile à vivre. La bonne solitude ne serait-elle réservée qu'aux tempéraments forts capables de supporter cette mise au ban ? Joseph Roux, Abbé et poète français 8 FÉMININPSYCHO Ne la regarde-t-on pas de façon un peu bizarre, cette personne seule au cinéma ou déambulant dans une exposition ? Ne fait-elle pas un peu pitié de ne pas avoir apparemment trouvé quelqu'un avec qui partager ses journées ? Ne sommesnous pas un peu trop pressés d'en conclure qu'elle doit avoir quelques gros défauts cachés, que personne ne s'intéresse à elle, si elle n'est pas accompagnée ? « Ma famille supporte assez mal cette solitude choisie, témoigne Liliane. Ils craignent que je m'ennuie alors que ce n'est jamais le cas, et cela depuis ma petite enfance, déjà très solitaire. Ils redoutent aussi que je déprime alors que je stresse ALINE, 30 ANS "J'ai maîtrisé mon complexe " Pendant mon adolescence, de 13 à 15 ans à peu près, j'ai pesé jusqu'à 87 kg pour 1,75m. Au départ, je mangeais trop parce que je me sentais seule. Je suis devenue grosse et les autres se moquaient de moi. C'était un cercle vicieux car plus je me sentais rejetée, plus je mangeais et plus je détestais mon image dans le miroir. J'avais un problème par rapport à l'image idéale que je voulais avoir, alors je m'interdisais d'aller dans les soirées et j'étais toujours toute seule. Je me punissais parfois en ne mangeant plus du tout, mais la privation entraîne très rapidement l'aigreur. Un jour, j'ai compris que je ne pouvais plus continuer comme ça, que je me faisais beaucoup de mal. J'ai décidé de ne plus me priver de manger et de faire du sport. J'ai me suis découvert une passion et ça a tout changé ! Aujourd'hui, je peux dire que je maîtrise mon complexe. J'ai toujours peur de redevenir comme avant, mais j'ai trouvé un moyen de lutter sans me gâcher la vie. énormément dans une foule ou dans un milieu où justement je m'ennuie parce que les conversations sont peu intéressantes. Souvent considérée comme asociale, sauvageonne, je ne pense pas être du tout cela car je ne vis pas en dehors du monde. Je suis au contraire très à l'écoute de ce qui s'y passe mais, sans aucun doute, de façon quelque peu contemplative... » Vivre seul apprend à choisir ses relations au lieu de les supporter. Paradoxalement en effet, les moments de solitude améliorent nos rapports avec les autres. Mieux se connaître, et pouvoir cerner ses limites permet de créer des contacts plus sereins, qui n'ont pas pour but de se protéger ou de s'appuyer sur quelqu'un, sans attente particulière autre qu'une relation simple et sincère. Il en est de même au sein du couple. Il s'agit, dans la vie à deux, de ne pas essayer d'absorber l'autre, de le posséder, mais au contraire de le respecter dans toute sa singularité, sa différence, tenir compte de son espace privé, de ses jardins secrets et garder toute la distance nécessaire à une relation harmonieuse, qui ne doit rien avoir d'étouffant. « L'expérience de la solitude apparaît de plus en plus comme une nécessité, trop souvent négligée dans ce monde agité, excité, qui sans cesse nous sollicite. Quelle sagesse que celle de ces couples qui veillent à se donner des moments de séparation pleine, des temps de "désert", où chacun respecte le silence et le secret de l'autre ! » écrit Nicole Fabre. Encore faut-il être tenté de se lancer au préalable dans la formidable aventure que constitue la rencontre avec soimême...• À LIRE Lasnfinmie La solitude, ses peines et ses richesses de Nicole Fabre nain Michel (2004) 186 p., 15 €. L'esprit de solitude de Jacqueline Kelen Albin Michel (2005) 246 p., 15 €. La grâce de solitude Ouvrage collectif. Albin Michel (2006, disponible en poche) 132 p., 6E.
Il me trompe sur Internet ! Depuis l'apparition des sites de dialogue et de rencontre sur Internet, on parle de plus en plus d'infidélité virtuelle. Mais peut-on vraiment tromper son partenaire avec un simple clic de souris ? Une aventure amoureuse en ligne peut-elle avoir de réelles conséquences sur la vie de couple ? Décryptage. Loïck ROCHE est docteur en psychologie et en philosophie et diplômé de l'ESSEC. L'année dernière, il a coécrit In bed with the Web : Internet et le nouvel adultère (Chiron). Toutes les nuits, pendant que vous dormez, votre conjoint part la rejoindre. Chaque soir, votre époux s'appelle domjuan75 et fait chavirer le cœur de poupoule59. Ils ne se sont jamais vus mais qu'importe... Un clic, quelques mots tapotés à la va-vite et voici déjà que ces deux anonymes font leur entrée sur la scène Internet. Le rôle qu'ils y interprètent est taillé sur mesure. Ils sont jeunes, beaux, dispos, bien dans leur corps et dans leur tête. Séduire et une seconde nature et côté sexualité, ils n'ont jamais autant assuré. r Depuis le boom des chats, sites de rencontre et autres forums de discussion, finis les amants dans le placard ou les mots doux retrouvés au fond d'une poche 5'Un scénario comme celui-ci n'a rien d'inhabituel. Depuis le boom des chats, sites de rencontre et autres forums de discussion, finis les amants dans le placard ou les mots doux retrouvés au fond d'une poche. Aujourd'hui, pour prendre votre tendre moitié en flagrant délit d'adultère, il suffit de consulter l'historique des sites visités sur le Web. Vous y découvrez de longs échanges passionnés, des allusions coquines, des détails sur la sexualité de votre mari que vous n'auriez jamais imaginés, bref ce goujat flirte avec une inconnue qu'il ne verra peut-être jamais. Infidélité ou pas ? Faire l'amour par messagerie interposée, ça compte ? Cliquer, c'est tromper ? Loïck Hoche, docteur en psychologie, a coécrit l'année dernière un ouvrage au titre accrocheur : In Bed with the Web. L'une de ses formules chocs : "cliquer c'est tromper". En clair : lorsqu'il y a interaction, lorsqu'on va chercher un véritable individu derrière un ordinateur, alors il y a tromperie dans le couple. Rien à voir avec les fantasmes « qui vous tombent dessus, qu'on ne choisit pas ». Ceux qui surgissent au hasard d'une rencontre, à partir d'une scène de film ou d'un passage de roman et qui reviennent régulièrement vous mettre dans tous vos états ! Rien à voir non plus avec les images por- nographiques de la toile qui nourrissent l'imaginaire de Monsieur. L'infidélité sur le Net, c'est « lorsqu'on dialogue avec quelqu'un, même si on ne le verra jamais, il y a une relation qui se crée, une relation que je cache à l'autre. C'est là où je dis cliquer c'est tromper ». À chacun sa définition de l'infidélité... Mais au-delà de cette définition, somme toute très théorique de l'infidélité virtuelle, l'important est surtout d'être en accord avec sa propre définition. Pour certaines, tomber sur son conjoint en pleine action devant un site peu catholique est déjà un signe d'infidélité en soi. Pour d'autre, le fait de juste offrir un verre à une inconnue peut se payer très cher dans le couple. Alors, pour éviter les malentendus, demandez-vous ce que tromper signifie réellement pour vous. Qu'est-ce qui vous fait souffrir ? Si l'idée que votre moitié surfe sur des sites de rencontres, même si c'est « juste pour rigoler », vous rend chèvre, il ne faut pas hésiter à en parler. « Tout dépend du contrat de base entre les conjoints » déclare Loïck Roche. Même si dans le FÉMININPSYCHO 9



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 1Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 2-3Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 4-5Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 6-7Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 8-9Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 10-11Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 12-13Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 14-15Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 16-17Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 18-19Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 20-21Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 22-23Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 24-25Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 26-27Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 28-29Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 30-31Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 32-33Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 34-35Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 36-37Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 38-39Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 40-41Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 42-43Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 44-45Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 46-47Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 48-49Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 50-51Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 52-53Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 54-55Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 56-57Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 58-59Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 60-61Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 62-63Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 64-65Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 66-67Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 68-69Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 70-71Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 72-73Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 74-75Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 76-77Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 78-79Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 80-81Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 82-83Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 84-85Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 86-87Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 88-89Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 90-91Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 92-93Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 94-95Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 96-97Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 98-99Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 100-101Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 102-103Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 104-105Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 106-107Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 108-109Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 110-111Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 112-113Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 114-115Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 116-117Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 118-119Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 120-121Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 122-123Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 124