Féminin Psycho n°39 sep/oct 2007
Féminin Psycho n°39 sep/oct 2007
  • Prix facial : 4,50 €

  • Parution : n°39 de sep/oct 2007

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (170 x 223) mm

  • Nombre de pages : 124

  • Taille du fichier PDF : 70,8 Mo

  • Dans ce numéro : le goût du bonheur, profiter de la vie s'apprend.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 68 - 69  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
68 69
DOSSIER Comment faire bouger son couple Gérard LELEU est psychothérapeute de couple, thème qu'il a abordé dans ses ouvrages comme L'intimité et le couple et La fidelité et le couple. 68 FÉMININPSYCHO Apprendre à cultiver vos différences "À force de se voir, on ne se voyait plus", disait la chanson. Comment arriver à se surprendre encore alors que le "je" s'est fondu dans le "on" ? À partager un quotidien souvent très pragmatique, on en oublie que nos expériences personnelles nourrissent notre duo amoureux et nous permettent de garder la distance nécessaire au désir. La vie est comme un voyage où l'on part chaque jour à la conquête de l'océan, et d'où l'on revient le soir, enrichi par notre exploration. Si l'on reste au port, on se prive de ces trésors qui nous font grandir. » C'est en ces termes allégoriques que le psychologue Patrick Estrade énonce l'importance de rechercher ailleurs que dans le couple les stimuli intellectuels, spirituels et affectifs nécessaires à l'épanouissement de notre personnalité. La fusion du début Si vivre à deux implique de renoncer à une partie de sa liberté, il ne s'agit pas de tomber dans ce que le psychothérapeute de couple Gérard Leleu nomme avec humour "la concession à perpétuité". Au début, on le sait, pendant la période "cui-cui les p'tits oiseaux", notre équilibre est chamboulé : le sport passe aux oubliettes, l'envie de voir les copains se fait moins pressante, notre présence aux cours de peinture a tendance à s'espacer, voire on se retrouve un dimanche dans les gradins d'un stade de foot... Pourtant, si l'on veut avoir des choses à se dire une fois passée cette période enchanteresse, on aurait tout intérêt à reprendre nos esprits et à cultiver justement ce pourquoi Jules est tombé amoureux de nous. Non seulement pour ne pas sombrer nous-même dans la frustration, mais aussi pour nourrir GÉRARD LELEU Psychothérapeute Pourquoi est-il si important de ménager du temps pour soi, en dehors du couple ? C'est un devoir vis-à-vis de soi-même. Faire des choses de son côté permet de se ressourcer, de progresser, de faire évoluer sa conscience. D'autant plus qu'on ne peut recevoir de l'autre tout ce qu'on attend. On est fait de tellement de facettes I Pourtant, il existe des couples qui ont l'air heureux l'échange et maintenir la relation vivante. Cultiver son jardin intérieur Ce que l'on vit à l'extérieur alimente notre couple par ricochet, précise Gérard Leleu, puisque celui-ci se nourrit de nos deux individualités., , En se coupant de cet influx nourri- 44 Souvent, l'un des deux a renoncé à son individualité... » de faire tout ensemble ? Oui, effectivement, il y en a. Mais souvent, l'un des deux a renoncé à son individualité. En général, un jour ou l'autre, l'un des deux se réveille et on arrive au clash. En quoi la fusion est-elle néfaste pour le couple ? Lorsqu'elle est permanente, elle fait le vide en soi et autour de soi. Il est bon de pouvoir en sortir pour la retrouver, par séquences.
cier, le spectre de l'ennui n'est jamais loin, affirme Patrick Estrade : « En consultation, j'entends souvent les gens se plaindre que leur compagnon (ou compagne) est devenu(e) archi prévisible, qu'il (elle) ne les étonne plus. » Quant aux amis, leur présence redevient vite nécessaire à notre équilibre, comme le rappelle Claire Pinson dans son livre Le couple heureux : « avoir des amis permet d'affirmer sa personnalité, de partager ses émotions avec d'autres personnes. Ils constituent une source d'enrichissement perpétuel, une manière différente de se sentir aimé et de voir le monde. » Le manque crée le désir Et puis un couple, ça s'aère. Comment avoir le plaisir de se retrouver si l'on reste accroché l'un à l'autre, telle la moule à son rocher ? Catherine, 36 ans, vit avec le père de ses enfants depuis une dizaine d'années, mais cela a récemment nécessité une petite mise au point. « À un moment, j'ai commencé à étouffer car mon mari n'avait plus de vie en dehors de notre famille et de son travail. Il ne voyait plus ses amis, ne jouait plus de guitare alors qu'il adore la musique. Je ne pouvais plus le désirer puisqu'il était tout le É É Ce que l'on vit à l'extérieur alimente notre couple par ricochet 5 temps là, c'était trop acquis. Je l'ai poussé à retrouver ce qu'il aimait faire, à sortir, pour ressentir un peu de jalousie et la peur de le perdre. Enfin, un peu, pas trop ! » s'esclaffe-t-elle. Raviver de temps en temps le fameux principe du désir ("Suis-moi, je te fuis ; fuis-moi, je te suis..."), reste une manière de tonifier un lien quelque peu ramolli par une chaude sécurité. Trouver la bonne distance Naturellement, comme pour beaucoup de choses dans la vie, tout est une question de dosage. Pour Raphaëlle, respecter le hobby de son amoureux n'est pas une sinécure, puisque c'est au golf qu'il passe tous ses dimanches, quand ce n'est pas tous ses week-ends. Patrick Estrade reprend une autre métaphore : « En art, pour pouvoir apprécier une peinture à sa juste valeur, cela demande de trouver la bonne distance, "le point du tableau", selon la formule consacrée. De la même façon, il est bon de trouver "le point du couple", entre épanouissement personnel et compromis pour la vie à deux. » Ni trop loin, ni trop près. Celles dont l'amoureux vibre pour le tour du monde à la voile auront néanmoins quelques concessions supplémentaires à faire... Pourquoi on s'accroche Selon Patrick Estrade, « il faudrait apprendre à ahner la distance qui nous sépare, ne pas en avoir peur. C'est un des drames de la vie conjugale. Pour beaucoup "je t'aime" signifie "tu m'appartiens". » Cela n'est en effet pas donné à tout le monde de dépasser son insécurité affective, souvent liée à un manque de confiance en soi. Pour d'autres, l'amour fusionnel est une échappatoire agréable pour ne pas avoir à se frotter à la vie, ou prendre la peine de se définir. Dans leur livre J'aime mon couple et je le soigne, Hubert Jaoui et Laura Bulleri évoquent ces cas de dépendance où « le partenaire ou la relation agit comme un excitant qui aide à supporter une réalité imparfaite. » À l'heure où les notions d'individualité et d'épanouissement personnel prennent beaucoup de place, on pourrait croire que c'est au détriment du couple. Pas forcément. Rappelons que le meilleur moyen de rendre quelqu'un heureux est d'être heureux soi-même.• À LIR..›•■■• J'aime mon couple et je le soigne Hubert Jasai et Laura Bulleri, Interedibons, 140 p, 15E Le couple retrouvé Patrick Estrade, sangles, 352 p, 22,50E FÉMININPSYCHO 69



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 1Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 2-3Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 4-5Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 6-7Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 8-9Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 10-11Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 12-13Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 14-15Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 16-17Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 18-19Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 20-21Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 22-23Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 24-25Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 26-27Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 28-29Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 30-31Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 32-33Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 34-35Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 36-37Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 38-39Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 40-41Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 42-43Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 44-45Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 46-47Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 48-49Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 50-51Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 52-53Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 54-55Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 56-57Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 58-59Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 60-61Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 62-63Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 64-65Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 66-67Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 68-69Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 70-71Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 72-73Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 74-75Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 76-77Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 78-79Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 80-81Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 82-83Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 84-85Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 86-87Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 88-89Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 90-91Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 92-93Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 94-95Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 96-97Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 98-99Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 100-101Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 102-103Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 104-105Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 106-107Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 108-109Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 110-111Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 112-113Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 114-115Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 116-117Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 118-119Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 120-121Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 122-123Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 124