Féminin Psycho n°39 sep/oct 2007
Féminin Psycho n°39 sep/oct 2007
  • Prix facial : 4,50 €

  • Parution : n°39 de sep/oct 2007

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (170 x 223) mm

  • Nombre de pages : 124

  • Taille du fichier PDF : 70,8 Mo

  • Dans ce numéro : le goût du bonheur, profiter de la vie s'apprend.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 108 - 109  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
108 109
MOI ET MA FAMILLE Famille nombreuse Objet de curiosité ou gage de bonheur ? Loin de l'individualisme ambiant et de l'épanouissement personnel pratiquement élevé au rang d'obligation, les couples qui choisissent de fonder une famille nombreuse font assurément figure d'exception et de curiosité.Quelles sont leurs valeurs ? Pourquoi ont-ils choisi d'élever quatre, cinq... voire dix enfants ? Quel est leur quotidien ? Nicole PRIEUR est psychothérapeute familiale, auteur de plusieurs ouvrages, dont Grandir avec ses enfants et Arrêtez de vous disputer. 108 FÉMININPSYCHO Martine a du mal à comprendre l'intérêt qu'elle suscite en annonçant qu'elle est la mère de six enfants. Pour elle, c'est un cheminement logique qui l'a conduite à fonder une grande famille et elle n'a jamais remis ce choix en ques- don. « J'ai toujours su que je voulais beaucoup d'enfants, explique-telle. J'ai préféré donner la priorité à ma famille e
je me suis arrêtée de travailler de façon tout à fait naturelle pour atteindre le "but" que je m'étais fixé. Pour moi, le bonheur est auprès de mes petits bouts.'Autrefois courante, les familles de plus de quatre enfants sont aujourd'hui une exception (5.4%) et seulement une famille sur cinq passe le cap du troisième enfant. Contraception, recul de l'âge moyen à la naissance du premier enfant, augmentation de l'investissement des femmes dans la vie professionnelle, envie d'épanouissement autre que dans un rôle de mère, incertitude économique... autant de facteurs qui font que la taille des familles s'est amenuisée au fil des décennies. Les couples qui choisissent de donner naissance à un nombre élevé d'enfants le font donc, de nos jours, en toute connaissance de cause. Reposant sur un projet commun qui soude et garantit les liens, ils déci- dent de se consacrer à ce qui est prioritaire pour eux : leur famille, leurs enfants, avec une volonté évidente de donner, transmettre et partager. Une maison remplie de cris, de rires, de disputes, d'allées et venues, bref... rien n'est plus important que la vie aux yeux des parents éblouis. Pour eux, le bonheur vient avant tout des enfants, alors que dans la société actuelle, le bonheur, c'est d'abord "Moi" avec priorité donnée à "son" épanouissement, "sa" liberté, "son" territoire... Côté enfants, être six, huit ou dix à table et plus généralement sous le même toit, impose forcément une idée de partage, un apprentissage précoce de la notion de socialisation, du sens des responsabilités et l'acquisition d'une certaine richesse due aux nom- Des règles indispensables de vie en collectivité... 5 breuses rencontres faites au sein de la famille, constituant ainsi un avantage évident pour appréhender les relations avec les autres, d'abord à l'école, puis dans le monde professionnel. Débarrasser la table, ranger ses affaires, au besoin partager sa chambre, constituent le quotidien des enfants de famille nombreuse et ces règles indispensables de vie en collectivité (certainement plus prononcées que dans les autres familles), et l'aspect contraignant qui les accompagne sont apparemment largement compensées par le bonheur d'être ensemble, la chaleur dégagée par le foyer et l'affection qu'on y trouve. Difficultés en vue... Mais tout n'est pas aussi simple qu'il y parait pour les familles qui ont choisi d'élever un peu plus des 1,9 enfants de moyenne que les Françaises ont aujourd'hui. Il est constaté en effet que plus le nombre d'enfants augmente au sein d'une famille et moins les femmes travaillent : elles sont 51% à rester au foyer lorsqu'elles ont trois enfants, et 87% lorsqu'elles en ont cinq par exemple Ceci implique donc un certain renoncement à toute activité professionnelle, à toute implication dans le inonde du travail pouvant ainsi conduire à un repli sur soi, un manque d'ouverture vers l'extérieur. Cependant, cette situation choisie n'est pratiquement jamais vécue comme une contrainte. Un investissement au niveau associatif et parfois une reprise d'activité lorsque les enfants ont grandi permettent de ne pas être totalement "déconnectées". « J'ai fait une croix sur mon évolution professionnelle sans aucun regret, confirme Magali. Alors que je laissais mon fils chez une nounou pendant que je travaillais, FÉMININPSYCHO 109



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 1Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 2-3Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 4-5Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 6-7Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 8-9Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 10-11Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 12-13Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 14-15Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 16-17Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 18-19Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 20-21Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 22-23Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 24-25Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 26-27Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 28-29Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 30-31Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 32-33Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 34-35Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 36-37Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 38-39Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 40-41Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 42-43Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 44-45Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 46-47Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 48-49Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 50-51Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 52-53Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 54-55Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 56-57Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 58-59Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 60-61Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 62-63Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 64-65Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 66-67Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 68-69Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 70-71Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 72-73Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 74-75Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 76-77Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 78-79Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 80-81Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 82-83Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 84-85Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 86-87Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 88-89Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 90-91Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 92-93Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 94-95Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 96-97Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 98-99Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 100-101Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 102-103Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 104-105Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 106-107Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 108-109Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 110-111Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 112-113Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 114-115Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 116-117Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 118-119Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 120-121Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 122-123Féminin Psycho numéro 39 sep/oct 2007 Page 124