Faces B n°5 jun/jui/aoû 2013
Faces B n°5 jun/jui/aoû 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°5 de jun/jui/aoû 2013

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : facesb.fr

  • Format : (200 x 280) mm

  • Nombre de pages : 60

  • Taille du fichier PDF : 12,8 Mo

  • Dans ce numéro : portfolio Elizerman, Miguel Ramos.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
alternatives Liberté, égalité, mariage pour tous ! 23 avril 2013. Après plus de 136 heures d’échanges à l’Assemblée nationale et au Sénat, au terme de quatre mois d’un débat tendu, irradié par la haine d’une poignée de conservateurs, la loi sur le mariage pour tous est adoptée. Il devient possible de se marier pour un couple de même sexe. Et d’adopter. L’homosexualité est désormais reconnue comme une normalité. L’égalité marque un point. Un pas de géant pour le progrès social, encore difficile à digérer pour certains. Au-delà de la violence de propos indigents qu’il aura fallu supporter pour parvenir à cette nouvelle avancée dans les droits humains, ces débats auront eu une vertu : resserrer les liens d’une communauté souvent délitée. Exemple avec le collectif Oui oui oui. Place Jacques-Bainville. Parvis de la mairie du IV e arrondissement. Au cœur du quartier parisien du Marais. Au soir de l’adoption de la loi sur le mariage pour tous, symbole d’égalité durement gagné, la liesse populaire fait plaisir à voir. L’ambiance est détendue. Enfin on peut se mettre à fêter le droit de vivre ensemble, avec les mêmes droits, sans considération de sa sexualité. Une journée qui fera assurément date dans une histoire proche [la promulgation des premiers mariages depuis le 29 mai en est l’une des étapes essentielles], mais une victoire que d’aucuns considèrent comme amère. Insultes répétées. Pensées réactionnaires étalées en place publique. Retour du « mal » et du « diable ». En quelques mois, la parole homophobe s’est libérée, relayée sans scrupule par des membres de l’ancienne majorité, ravis de trouver là de quoi 14• Faces B OUIliberte Anthony Rojo rebondir après leur échec cuisant à l’élection présidentielle. Une parole amplifiée également par le truchement de la voix médiatique qui préfère s’attarder sur le fantastique et l’horreur des propos véhiculés, plus « visuels » au final que la banalité d’une manifestation pro-mariage pour tous. Face à cela, deux solutions : l’ignorance ou l’action ! Pour Béatrice Nègre de Montpellier : « Une loi qui passe et qui ajoute des droits à certains sans en enlever à d’autres est forcément quelque chose de positif. De mon côté, en tant que lesbienne et en couple, je préconise le droit à l’indifférence. Je préfère donc laisser les petits roquets brasser de l’air en leur accordant tous les égards qu’ils méritent : c’est-à-dire l’indifférence. » Pour d’autres, impossible de laisser seuls les « anti » occuper le terrain…
Manifestation pro-mariage pour tous en décembre 2012 à Bordeaux. Anthony Rojo Oui oui oui : un cri d’orgasme contre l’homophobie C’est le cas du collectif parisien Oui oui oui, mouvement spontané né de l’union de plusieurs associations, à l’initiative d’un groupe féministe, mixte, auquel participe une grande variété de personnes, dont de nombreuses lesbiennes. L’objectif : porter et faire entendre leurs revendications, le tout dans un esprit positif, optimiste, en utilisant l’humour comme arme contre l’homophobie et pour l’égalité. Leur slogan phare : « Mariage, oui ! Adoption, oui ! PMA, oui ! Oui oui oui oui oui oui oui… » est un cri orgasmique aujourd’hui bien connu des manifestants. Distribution de pancartes et actions ciblées sont au centre de leurs préoccupations, l’idée étant aussi de créer le buzz par ces messages décalés. Parmi ses actions choc : La « demande d’asiles pour nos moules » … devant Léon de Bruxelles ; « Moins de ballerines, plus de gouines », à la suite de la perte d’une ballerine par une militante « anti » ; « Homophobie partout, égalité nulle part » place Édouard-Herriot ; « Qui a peur de la PMA ? » devant l’Assemblée nationale, objet encore aujourd’hui de toutes les attentions ! PMA : la grande oubliée des débats alternatives Les « anti » mariage pour tous jurent n’avoir pas été écoutés. Pourtant les crispations de ces derniers mois auront eu raison d’un élément majeur de l’égalité : la PMA (procréation médicalement assistée), qui correspond aux techniques d’insémination artificielle et de fécondation in vitro, dont l’usage est strictement réservé en France aux couples hétérosexuels, pour raisons médicales. Une femme seule ne peut y prétendre. « En l’absence de cet élément, point d’égalité en vue », entend-on dans les rangs des associations lesbiennes et pour cause : retirer aux femmes leur droit à la procréation sous prétexte de leur homosexualité s’apparente à leur retirer un droit essentiel. Le Monde.fr, dans son édition du 24 avril 2013 - au lendemain du vote de la loi -, résumait ainsi la situation : « C’était un engagement clair du PS, écrit noir sur blanc page 39 de son projet présidentiel [ndlr : disparu ensuite dans celui du candidat Hollande] : « Pour assurer l’égalité des genres et des familles, nous ouvrirons pour tous les couples le droit au mariage, à l’adoption et à l’accès à l’assistance médicale à la procréation. » Mais si le mariage homosexuel a été voté, le 23 avril, après des mois de débats houleux et de manifestations hostiles, l’assistance médicale à la procréation (AMP, plus souvent appelée PMA), elle, pourrait bien être sacrifiée sur l’autel du nécessaire apaisement des esprits. » Les associations homosexuelles, en particulier Oui oui oui, en première ligne desquelles les Gouines Comme Un Camion, ne comptent pas en rester là. Et l’on entend déjà résonner ce slogan : « Taubira pas la loi sur la PMA » ! « Nous devrions reprendre les actions à la rentrée », attestait mi-avril Patrick Cormoy, l’un des membres fondateurs de Oui oui oui. « That’s not all folks » indique justement le blog du collectif, histoire de rappeler qu’il reste encore un combat à mener pour parvenir à une réelle égalité. ● Le Furet ♦ www.ouiouioui.org ♦ Dessin sur ce thème à voir sur www.laptiteblan.fr ♦ Pour en savoir plus sur la coquille vide que sont les associations anti-mariage pour tous. www.lemonde.fr/societe/article/2013/03/21/manif-pour-tous-lagrande-illusion_1850515_3224.html#1 Paris, 23 avril 2013. La fête après le vote de la loi. Nadège Murez Faces B• 15



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :