Faces B n°4 mar/avr/mai 2013
Faces B n°4 mar/avr/mai 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°4 de mar/avr/mai 2013

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : facesb.fr

  • Format : (200 x 280) mm

  • Nombre de pages : 58

  • Taille du fichier PDF : 10,5 Mo

  • Dans ce numéro : dossier « s'engager »... we can do it!

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 42 - 43  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
42 43
évasions Tibet Frédéric Linget Tibet Frédéric Linget 42• Faces B « Un an, ce n’est pas très engageant. des années, on en vit plein. » Pour un déplacement de cette nature, il faut arriver à bien caler le départ, de façon à éviter un hiver dans l’Himalaya. Les premiers coups de pédales ont été accompagnés par des amis à l’été 2008 au milieu de la circulation dangereusement stressante de Bangkok. Mais il semble que quand on a 20 000 kilomètres à parcourir à vélo, on aborde les choses avec philosophie. Le trafic a rapidement laissé place au calme des paysages de rizière. Et les sourires des thaïlandais accompagnent Fred jusqu’à son arrivée au Laos, dont la traversée jusqu’au Vietnam prend quelques jours. Il reste dans ces pays des traces de « la guerre américaine », selon l’appellation locale, des bombes qui tuent encore. Les premières montagnes apparaissent sur le parcours, mais à vélo la mauvaise qualité des routes est source de plus de tracas que leur pente. Il n’est nul besoin de connaître parfaitement une langue pour communiquer avec quelqu’un quand on en a l’envie et le temps. Le mime est bien sûr une compétence indispensable qui permet de s’en sortir dans toutes les situations, même en Chine, le pays des pertes de repères. C’est après cette mise en jambe de quelques 4 000 kilomètres que Frédéric rejoint le « toit du monde sous occupation ». Au Tibet qu’il a traversé en un petit mois (et 26 000 m de dénivelé !), il a apprécié la modération des Tibétains face à la nature, nature rude à cette altitude. Il a rencontré sur sa route des voyageurs bien étranges : une famille de pèlerins en route pour Lhassa : « Tout d’abord il y a ces sortes de semelles en bois qu’ils se mettent autour des mains, ils les claquent bruyamment devant leur front, puis devant leur poitrine, et ils se jettent ensuite à terre avec une réelle souplesse. Avec l’élan ils glissent sur environ 30 à 40 cm, d’où la protection généralement en cuir sur le devant de leur corps et en
pneu sur le bout de leurs chaussures. Ils restent ainsi à terre quelques secondes, puis se relèvent, puis font deux pas, puis recommencent … sur des centaines de kilomètres, pendant des mois, parfois pendant des années. » « S’attendre à l’inattendu, prévoir l’imprévisible » A vélo, le mot voyage prend tout son sens. Les distances parcourues sont à taille humaine, les paysages traversés se substituent les uns aux autres à un rythme compréhensible. Les mutations s’opèrent de façon graduelle. Ce constat pour la végétation, le relief, le climat s’applique aussi aux visages. Avec une exception lors du passage du Tibet au Népal : une descente et c’est le même dépaysement qu’après un trajet en avion, même les formes et couleurs des visages sont radicalement différentes ! C’est aussi un retour dans la chaleur, l’humidité et le tumulte. Après quelques jours au milieu des couleurs et de la poussière indienne, Fred a appris la patience au Pakistan, l’attente de son visa iranien l’ayant contraint à la sédentarité. Les fêtes de l’Aïd el Kebir et la richesse culturelle de Lahore ont été de bons passe-temps. Les Pakistanais se révèlent curieux. « Ils ont soif de comprendre le monde et que le monde les comprenne ». Sous prétexte d’assurer sa sécurité, les policiers imposent escortes et nuits dans des postes de police : « Ma première escorte, un groupe de huit policiers des forces spéciales dans une camionnette, chacun armé d’une mitraillette ! Voilà qui me parait un peu excessif, ou alors vraiment je me rends dans une zone de guerre… mais non, l’escorte suivante ne comporte que trois policiers, et je finirai même la journée avec seulement deux policiers sur une mobylette. Tout va bien, ils sont charmants et ils me laissent pédaler. » ► évasions Bandipur Frédéric Linget Multan Frédéric Linget Faces B• 43



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :