Faces B n°4 mar/avr/mai 2013
Faces B n°4 mar/avr/mai 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°4 de mar/avr/mai 2013

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : facesb.fr

  • Format : (200 x 280) mm

  • Nombre de pages : 58

  • Taille du fichier PDF : 10,5 Mo

  • Dans ce numéro : dossier « s'engager »... we can do it!

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 18 - 19  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
18 19
dossier l'engagement 19 22 25 26 28 31 32 We can do it : osons l'engagement ! 3 questions à 4 engagés Jeunesse et engagement politique La liberté d’expression sur Internet, un engagement complexe L’engagement, non merci ! Marseille-Provence 2013 : la culture comme engagement capital(e) ! Nos clics et nos claques Photos de Anthony Rojo Modèle : Sophie Briand 18• Faces B
We can do it : osons l'engagement ! Cette fois, c’est décidé, on arrête de se concentrer sur sa petite personne et de se regarder le nombril. L’heure est venue de remonter nos manches et de passer à l’action, de s’engager pour une cause qui nous tient à cœur ou pour se mettre au service des autres. Oui mais… Comment faire ? Le bénévolat est la forme d’engagement la plus répandue, mais de multiples autres possibilités s’offrent à nous, tant le champ de l’engagement est vaste. Le terme engagement évoque d’emblée l’idée d’un contrat qui lie une personne à une autre ou à une entité juridique. On pense mariage, contrat de travail, vœux religieux, engagements militaire ou financier. Bref, de prime abord, il y a de quoi avoir peur. Mais passé ce cap, la satisfaction d’accomplir une « bonne » action (ou simplement en accord avec nos valeurs) prend inévitablement le dessus. Contribuer au bonheur des autres, c’est aussi se faire plaisir à soi-même. Alors, pourquoi hésiter ? J’y vais ou j’y vais pas ? L’une des principales motivations pour s’engager, c’est l’altruisme. La plupart des bénévoles sont profondément humanistes. Certains sont animés par le besoin d’aider leurs prochains parce qu’ils ont eux-mêmes trouvé des mains secourables quand ils en ont eu besoin. Être un bénévole requiert un certain nombre de qualités : une capacité d’écoute, de l’empathie, un équilibre affectif et, surtout, savoir rester à la bonne distance pour laisser toute la place à celui qu’on vient aider. Car le bénévolat ne sert ni à se mettre en valeur, ni à se donner bonne conscience, ni à régler ses propres conflits personnels. Pour autant, il ne s’agit pas de se mettre une pression inutile, car on aurait vite fait de baisser les bras si on ne se sent pas à la hauteur de la tâche. Tout engagement a le goût de l’aventure, avec ses corollaires : les risques, l’excitation et bien souvent, à la clé, la satisfaction. Engagée sur tous les fronts au fil de sa vie, Ginette Lemaitre* considère qu’« il n’y a pas d’engagement sans une certaine confrontation à l’inconnu et au danger. S’engager, c’est partir sur un chemin dont on ne peut pas savoir avec certitude où il mène. » Ça donne envie de se jeter fissa dans la marmite de l’engagement ! La génération Y est engagée ! DOSSIER À l’heure des offres « sans engagement » des opérateurs téléphoniques, d’un abstentionnisme croissant scrutin après scrutin et des contrats de travail à durée déterminée, on pourrait croire que notre société a pris la voie du désengagement. Que nenni ! S’il est un secteur qui ne connaît pas la crise, c’est bien celui du bénévolat. Nous sommes plus de 14 millions de Français à donner de notre temps pour une ou plusieurs des 880 000 associations déclarées, qu’elle vise une mission humanitaire, sportive, culturelle ou sociale. L’engagement associatif est en pleine mutation, selon une étude du CNRS parue début 2012**. Contrairement aux idées reçues, même si les seniors sont majoritaires, les jeunes ne sont pas absents. Ils seraient en effet 35% à avoir moins de 25 ans. Pour les chercheurs, cette génération serait à la fois particulièrement sensible « au fondement profondément égalitaire du bénévolat » et profiterait de cette expérience pour acquérir des compétences de plus en plus reconnues par des employeurs potentiels. Enfin, toutes les classes sociales s’engagent dans l’associatif. Mais la deuxième découverte réside dans l’impact du bénévolat sur l’épanouissement personnel. Faces B• 19



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :