Faces B n°3 déc 12/jan-fév 2013
Faces B n°3 déc 12/jan-fév 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°3 de déc 12/jan-fév 2013

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : facesb.fr

  • Format : (200 x 280) mm

  • Nombre de pages : 58

  • Taille du fichier PDF : 11,0 Mo

  • Dans ce numéro : l'art de Sophie Pawlak.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 28 - 29  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
28 29
dossier Et l’on pourrait ainsi lister nombre d’exemples qui prouvent que le dépassement de soi permet de franchir ce que l’on considérait jusqu’alors comme des limites. Mais prudence : si l’envie de repousser les bornes peut conduire au meilleur, elle peut également être source de danger et engendrer d’importantes prises de risque. L’autodestruction et les addictions font partie intégrante de certains itinéraires borderline. De Françoise Sagan à Mickael Jackson, beaucoup ont fini par ignorer totalement les limites et perdre leurs repères, en sombrant progressivement dans la spirale des drogues et autres psychotiques. D’autres, pour échapper au conformisme d’une société codifiée à outrance, grimpent toujours plus haut sur l’échelle de la provocation. La télévision se fait le reflet de cette dérive, à l’image de cette émission britannique diffusée sur Channel 4, Drugs live : The Ecstasy Trial * « Qu’est-ce qu’on va faire de toi ? Des romances nerveuses/Qu’est-ce que t’as dans la tête ? Des romances Extrait de la chanson Qu’est-ce qu’on va faire de toi, de Alister 28• Faces B Anthony Rojo (Drogues en direct : le test de l’ecstasy), dans laquelle des volontaires (un scientifique, un écrivain, un acteur, un ancien soldat….) ingèrent de l’ecstasy et relatent cette expérience en direct. Sous couvert de recherches scientifiques (les volontaires subissent une batterie de tests médicaux et passent une IRM pendant leur « montée »), on peut légitimement se demander ce qui motive ces personnalités à participer à une telle émission, transformant un événement relevant de la vie privée en une saga publique, diffusée en plusieurs épisodes, telle une série américaine à suspense. Dans la même veine, l’émission Spuiten en Slikken (Injecter et avaler) a démarré en 2005 sur la chaîne publique néerlandaise. Il s’agit d’un divertissement au cours duquel les journalistes testent tous types de drogues et d’alcools, ainsi que des pratiques sexuelles en tous genres. Dans la mesure où ces expériences n’illustrent pas des déviances comportementales largement répandues, elles traduisent une volonté des chaînes de télévision de montrer ce qui est hors normes, au-delà des limites, dans le but de choquer et de faire de l’audience. À défaut de pouvoir être reconnues pour ce qu’elles sont intrinsèquement (notre société le permet-elle toujours d’ailleurs ?), certaines personnes préfèrent ainsi être jugées pour ce qu’elles sont capables de faire, à l’aune des règles qu’elles sont capables de transgresser. Mais ce qui choque les uns ne heurte pas toujours les autres. On en vient alors à s’interroger plus précisément sur la nature des limites en général, et des nôtres en particulier. Qui sont ceux qui définissent les cadres, fixent les règles et tracent les lignes à ne pas franchir ? Quelles limites, selon quelles références ? Comme se plaît à le chanter Julien Doré, « je dépasse et j’aime en faire des tonnes, ça irrite, les braves gens plein de raison qui respectent les limites ». Si nous partageons des normes qui se réfèrent à une règle de conduite dans une société, nous ne partageons pas tous les mêmes valeurs, ni les mêmes désirs qui influencent nos actions. Même si la liberté des uns s’arrête là où commence celle des autres, chacun est libre de faire ce qu’il veut de sa vie, dès lors que cela ne nuit qu’à lui-même. Les autres constituent-ils une limite ou une condition de liberté ? Est-on d’autant plus libre qu’on est indifférent au jugement d’autrui ? Sans doute, car ce sont bien les normes et notre rapport avec les autres qui déterminent nos propres limites et, de fait, notre condition borderline.
Borderline, et vous, où en êtes vous ? Nous l’avons vu, entre non-transgression et nonobéissance, il n’est pas chose aisée que d’encadrer une notion borderline. En effet, s’il nous faut choisir un camp (entre le bien, le mal et toutes leurs dérives), on peut se demander si l’on préfère la liberté, l’ordre et la sécurité, ou bien l’insouciance. Vient alors la litanie des autres questions qui en découlent. Qu’est-ce qui pourrait nous procurer le plus de plaisir ? Dans quel état nous sentonsnous vraiment bien ? Quels risques sommes-nous capables de prendre pour vivre des « expériences limites » ou comprendre les limites de l’expérience ? Les réponses seront sans doute pleineS de mesure (il ne s’agirait pas de prendre des risques...) : cela dépendra du temps, du lieu, de l’heure ou du moment. Finalement, être ou devenir borderline, c’est certainement vivre une expérience pour soi-même, face au regard des autres. dossier nerveuses/De quoi as-tu envie ? De romances nerveuses/De quoi as-tu besoin ? De romances nerveuses », Anthony Rojo Ainsi, si l’expérience semble se référer au fondement même de notre personnalité, l’aspect borderline apparaît comme un phénomène englobant : inutile de se demander si on est borderline ou non, c’est un peu comme si nous essayions de cerner le devenir de notre être en perpétuelle évolution. Vivre « l’état limite » semble inévitable à un moment donné, puisque cela dépend uniquement du curseur où nous plaçons nos propres limites. Le comportement borderline paraît alors intimement lié à notre vécu, à nos motivations et positionnements par rapport à la ligne : derrière, devant ou sur la frontière. Mais nous ne pouvons pas le dissocier de l’idée de conscience de l’autre par rapport à son jugement, son regard ou les rapports que nous entretenons avec lui. Finalement, être borderline, n’est-ce pas tenter de relever un grand défi : maintenir l’équilibre en réussissant à dompter nos envies et besoins de « romances nerveuses * ». ● Nicolas Chabrier Faces B• 29 Anthony Rojo



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :