Faces B n°2 sep/oct/nov 2012
Faces B n°2 sep/oct/nov 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2 de sep/oct/nov 2012

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : facesb.fr

  • Format : (200 x 280) mm

  • Nombre de pages : 58

  • Taille du fichier PDF : 22,3 Mo

  • Dans ce numéro : art... Gérard Rancinan et Caroline Gaudriault.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 56 - 57  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
56 57
on a trippé sur... On trippe* ! Le Furet trippe sur… Le festival rock Marsatac, toujours aussi percutant et de bon goût dans sa programmation, qui se dédouble pour sa 14e édition, avec trois dates à Nîmes les 20, 21 et 22 septembre et trois à Marseille, les 27, 28 et 29 septembre. Étonnant ! http://www.marsatac.com/L’apéro à Paris Plages… Quelle belle idée de siroter une bière au soleil, allongé sur un transat face à l’élégante Conciergerie. Reste à trouver où prolonger ce plaisir dès septembre ! L’univers cinématographique pince sans rire d’Ari Kaurismäki : ultra fan des Leningrad Cowboys (toujours aussi malheureusement méconnus) – et ayant tristement raté son dernier film Le Havre -, je me rabats sur une superbe intégrale où L’Homme sans passé ou Au loin s’en vont les nuages déclinent leur poésie saine, simple et sans artifice. Laurence trippe sur... Les pop cakes sont une obsession vieille de quelques années, mais je ne me suis mise que récemment à les confectionner. Les résultats ont beau être médiocres et mes gâteaux trop secs, j’aime imaginer des décorations loufoques et ultra colorées. Berlin, pour son mélange de contre-cultures et d’ordre germanique, son âme encore déchirée mais d’autant plus forte, sa population hyper éclectique qui se déverse dans ses rues la nuit et son amour des plages urbaines. Le Bescherelle. Plus de dix ans d’expatriation et il commence à me devenir indispensable. Il me rappelle à la fois ma fascination, petite, pour les conjugaisons, ma nostalgie des vieux cahiers qui sentent le renfermé et le bien piètre état du français qui est devenu le mien. Il est d’autant plus essentiel que mon fils risque très vite de répéter mes fautes… André trippe sur Redécouvrir Tchekhov, ses nombreuses nouvelles en quelques pages : un condensé de justesse et d’émotion, à lire à l’ombre, seul ou avec tout le monde. La voix « bluesy » de Madeleine Perroux, notamment sa reprise de J’ai deux amours qui donne envie d’en avoir davantage (des amours). Je trippe grave sur mon poisson rouge bleu, assez silencieux ces derniers temps et toujours assoiffé. 56• Faces B On a trippé sur... Anthony trippe sur... La délicieuse voix de la chanteuse Lianne la Havas. Des mélodies suaves et une énergie diffusée avec douceur ! Un tout nouvel opus vient de sortir cet été Is your love big enough. Notre amour ne peut que grandir pour cette nouvelle artiste à suivre ! L’application pour téléphone BREF. La série à succès de Canal+ a eu l’intelligence de s’arrêter au moment où les nombreuses parodies et autres gimmicks lancinants devenaient... lassants ! L’application du même nom nous entraîne dans le téléphone du personnage principal. Si vous avez suivi la vie saccadée de Bref, vous risquez de vous prendre au jeu, à fouiller dans son répertoire, ses sms, … Bref, téléchargez-la ! L’annonce de la sortie du film d’animation La mécanique du cœur. C’est un superbe conte écrit par Mathias Malzieu, le leader du groupe Dionysos. C’est l’histoire de Jack, un jeune garçon dont le cœur a été remplacé par une horloge... tic, tac, tic tac... ! Ce roman est imprégné de douces métaphores poétiques. Son adaptation ciné est prévue pour octobre 2013. Tic, tac,... Les strips de l’illustratrice Vaïnui de Castelbajac. Un dessin pertinent accompagné d’un humour décalé à découvrir sur son Tumblr : http://vainui.tumblr.com/Claire trippe sur... Le dernier album de Metronomy. J’ai beau l’écouter, je ne m’en lasse pas. Il n’y a vraiment rien de meilleur que de se réveiller, boire son café matinal et renouer avec la réalité dans la chaleur toute estivale de The English Riviera. C’est tout doux, moelleux, ensoleillé. Haruki Murakami. Je dévore la trilogie 1Q84, et me replonge dans Kafka sur le rivage, La course au mouton sauvage ou encore sa nouvelle intitulée Sommeil. Je me laisse gagner par son étrange univers et mon quotidien se teinte d’un délicieux malaise. Une exposition qui se monte au Forum des Arts de Talence, qui confronte les talents de jeunes créateurs autour du « vertige de la lumière », thématique de cet enthousiasmant projet. C’est l’exposition Frictions. Elle s’ouvrira au public dès la mi-septembre http://expositionfrictions.com/*Tripper : verbe propre au langage populaire québécois, dérivé de l’anglais « trip ». Tripper c’est s’amuser, s’emballer, prendre du plaisir.
Véronique trippe sur... « L’engagement du gouvernement en faveur du mariage homosexuel voulant faire reculer les préjugés et mettre un terme aux discriminations et aux violences... » (sic) et la même chose chez Barack Obama, parce qu’on est en 2012 « bordel » ! Mon fils, le petit, qui ne sait pas que le verbe « aimer » existe, il ne sait conjuguer que le verbe « taimer ». C’est à cause de moi, je le t’aime beaucoup… (et entre nous, j’ai trippé sur le dézippage de sweat-shirt des nageurs aux JO). Cyril trippe sur... « La vie, c’est du théâtre et des souvenirs » *, mes places pour les deux concerts d’Alain Souchon le 14 décembre et le 24 janvier prochains à l’Olympia d’Arcachon et au Pin Galant de Mérignac. « E lecevan le stelle » **, sur la dramaturgie du sport avec le légendaire « France-RFA » lors de la coupe du monde 1982. 30 ans déjà. Pour la première fois, le football me paraissait aussi beau qu’un aria de Tosca. « Paparazzi » ***, Sur mes filles qui se prennent pour Lady Gaga... euh, ça, je ne sais pas si c’est un good trip ou un very bad trip... « Amen Omen » ****, l’expo photographique d’Helmut Newton et Alice Springs à la Vieille église de Mérignac. Les anges ne sortent jamais sans leur appareil photo. * Alain Souchon, « Rive gauche » extrait de l’album Au ras des pâquerettes, EMI 1999. ** Extrait de Tosca, opéra de Giacomo Puccini et livret de Luigi Illica et Giacomo Giacosa, 1900. *** Extrait de l’album The Fame de Lady Gaga, Polydor, 2008. **** Extrait de l’album Diamonds on the inside de Ben Harper, Virgin, 2005. Caroline trippe sur.. David Bowie, sa capacité à se réinventer, son charisme et sa longévité. Je réécoute en boucle Space Oddity (1969), Changes (1971) et Heroes (1977). We can be heroes, just for one day ! Faire la planche dans la mer, savourer la flottaison et faire le vide en écoutant les bruits sourds et mystérieux de l’océan. La Peugeot RCZ. Je rigole ! Enfin non, pas tant que ça… Mais encore eût-il fallu que je m’intéressasse aux voitures ! Loïc trippe sur... Pierre Etaix, c’est un réalisateur/acteur/scénariste contemporain de Tati. Les quelques films que j’ai vu de lui sont en noir et blanc, et très décalés par rapport à ce qui se faisait à l’époque. Avec très peu de dialogues, son œuvre est essentiellement basée sur du comique de situation. Le soupirant reste pour l’instant mon film préféré. James Yuill. Depuis que j’ai découvert Bon Iver, je traverse une période un peu folk. James Yuill, on va dire que c’est folk-électronique (?). En tout cas c’est bizarre comme mélange pour moi, mais ça marche bien. Les mélodies me touchent. Mes préférées sont No Pins Allowed, Sing Me A Song, This Sweet Love, et No Surprise. Elles ont une saveur particulière pour moi puisque je les ai beaucoup écoutées lors d’un KO sentimental récent. Je trippe sur ce que je fais pousser sur ma terrasse. Il m’arrive de passer 10 minutes à regarder en détail comment les choses poussent, comment les branches grimpent à la barrière en lançant leurs petits bras torsadés, à compter les tomates et les guindaillas (espèce de poivrons), à voir si des embryons de melons ou courgettes apparaissent, à observer les coccinelles bouffer des pucerons ou les bourdons butiner mes tournesols. L’idée de me faire pousser ma propre bouffe m’enchante. Ma dernière tentative : de la Stevia. Ça y est, ça germe, j’ai très bon espoir. Nicolas trippe sur... on a trippé sur... La danse de Pina Bausch, celle qui dénonce les codes de la séduction, la solitude et travaille sur les rapports hommes-femmes, celle qui s’intéresse au vécu avant de s’attacher au corps, de cette danse qui s’apparente à la vie, en nous permettant de marcher les yeux fermés vers l’être que nous sommes. Les papiers découpés d’Henri Matisse, ceux qui simplifient les formes, épure le réel, en ne gardant que l’essentiel. En somme, autant de signes et d’invitations pour percevoir la vie plus simplement, porter un regard différent. Entre nous, quand ils s’inspirent du cirque ou du jazz, ces papiers déchirent ! L’univers décalé des 3Somesisters qui sont manifestement dotées d’une beauté outrancière et chamarrée, affublées d’une détermination mystérieuse et d’un swing on ne peut plus intergalactique. Avec leur musique elles ont l’intention de bousculer nos codes, nos repères, nos us en profondeur. Une chose est sûre : avec moi, ça marche ! Et vous, vous trippez sur quoi en ce moment ? (courrier@facesb.fr) Faces B• 57



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :