Faces B n°2 sep/oct/nov 2012
Faces B n°2 sep/oct/nov 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2 de sep/oct/nov 2012

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : facesb.fr

  • Format : (200 x 280) mm

  • Nombre de pages : 58

  • Taille du fichier PDF : 22,3 Mo

  • Dans ce numéro : art... Gérard Rancinan et Caroline Gaudriault.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 48 - 49  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
48 49
musique 48• Faces B musique Dominique A : Ombre et lumières/49 Longueur d’Ondes : 30 ans d'activisme musical/50 L’éMIXion du Furet/52 Anthony Rojo
Dominique A : Ombre et lumières Vingt ans de carrière, vingt ans d’un amour immodéré des mots, posé sur des notes minimales, réarrangées mille fois au gré de prestations scéniques jamais anodines. Il n’aura pas fallu vingt ans pour que Dominique A s’impose comme chef de file d’une chanson française décomplexée. Et bien qu’il s’en dédie, l’artiste reste aujourd’hui pour beaucoup un exemple. Cri d’amour. Dominique A DR -www.magcentre.fr Un beau jour de 1991. Dans un appartement d’Angoulême, où l’on m’héberge pour mon premier stage de journalisme, j’écoute religieusement, comme presque chaque soir, l’émission Le soir c’est Lenoir sur France Inter (à l’époque où la radio comptait encore parmi elle des défricheurs en tous domaines). Ce soir-là, je reçus deux chocs consécutifs… Le premier, percutant, percussif même, avec Smells like teen spirit de Nirvana, qui allait vite devenir l’hymne de toute une génération perdue (la génération X). Le second, plus intime mais non moins symbole de fraîcheur et de créativité, me mit tout autant sur les genoux : Le Courage des oiseaux, chanson elle aussi vouée à être promue hymne minimaliste. « Si seulement nous avions le courage des oiseaux, qui chantent dans le vent glacé » Explorateur des sons comme des sens, Dominique A est un géant… d’humanité, de générosité, d’humilité, d’inventivité, qui a su tisser au fil du temps une œuvre singulière, personnelle, à chaque coup touchante, bien qu’elle ne se laisse apprivoiser que pas à pas. Album après album, il, a ainsi apporté à la chanson française des lettres d’une rare et émouvante noblesse. Sa principale arme : sa plume ! Pas une plume qui chatouille, encore moins qui gratouille, non (bien que Dominique A ait l’humour fin et toujours présent aux entournures) ! Mais une plume au style fort, une plume de tous les sensibles, qui en deux mots peut vous faire fondre, vous révéler une vérité intérieure, dessiner les traits d’un caractère, posséder la force de l’envie, dépeindre les faiblesses de l’ennui, brosser le portrait d’un amour brisé, crier la vie ou vous presser d’en profiter… Que de chemin parcouru depuis le premier album La Fossette (paru en 1992)… Des terres enchantées de La Mémoire neuve (1995) aux chemins chaotiques de Remué (1999), de l’humour mâtiné de désinvolture de Si je connais Harry (1993) aux grands espaces de L’horizon (2006), des horizons cléments d’Auguri (2001) aux expérimentations lettrées de Tout sera comme avant (2004), l’artiste a su étoffer ses sentiers, trouver de nouvelles pistes, pour créer un univers à part entière, entraînant dans son sillage un beau noyau de fans inconditionnels. « Je suis sorti des rues, des jardins anxiogènes, mais je ne parviens pas jusqu’aux vallées sereines » Reconnu par ses pairs pour avoir décomplexé une génération complète d’artistes français, à une époque où le tout anglais était roi, Dominique A s’impose aujourd’hui comme une référence incontournable, avec dans ses bagages une dizaine d’albums (dont un live) et des collaborations remarquées (YannTiersen, Françoiz Breut, Philippe Katerine, Vincent Delerm, Jane Birkin…). Passés les ténèbres du début, il réclame aujourd’hui la lumière… À travers son dernier opus Vers les lueurs, Dominique A joue la carte de l’ouverture : aux instruments classiques d’abord, à une vision plus optimiste du monde environnant et de ses propres failles. Cette transition, tangible lors de sa dernière tournée - où le sieur a eu l’originalité d’aligner la totalité de son premier et dernier album, sans oublier quelques bonus bien sentis (pas loin de trois heures de concert) -, laisse entrevoir encore de belles années d’écriture. Pour finir Dominique, comme je n’ai jamais osé te le crier en concert, alors aujourd’hui j’ose te le dire : j’aime ton vibratoooooooooooo ! ● Album Vers les lueurs (Cinq7/Wagram) Livre Y revenir (éd. Stock Laforêt) En tournée dans toute la France http://www.commentcertainsvivent.com/musique Le Furet Faces B• 49



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :