Faces B n°2 sep/oct/nov 2012
Faces B n°2 sep/oct/nov 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2 de sep/oct/nov 2012

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : facesb.fr

  • Format : (200 x 280) mm

  • Nombre de pages : 58

  • Taille du fichier PDF : 22,3 Mo

  • Dans ce numéro : art... Gérard Rancinan et Caroline Gaudriault.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 10 - 11  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
10 11
Créé il y a plus de trente ans par un décret du Conseil Général, le CAUE de la Gironde a pour vocation de promouvoir gratuitement la qualité de l'architecture, de l'urbanisme et de l'environnement sur l’ensemble du département. Ainsi, en s’appuyant sur une équipe pluridisciplinaire, cette structure associative conseille aussi bien les collectivités locales que les particuliers, pour qu’ils puissent par la suite mener à bien leur projet. Toutefois, outre sa force de conseil et ses actions d’information et de formation, cet organisme répond aussi à de vraies ambitions pédagogiques et culturelles. C’est d’ailleurs dans ce contexte que le CAUE a édité en 2009 et 2010, en partenariat avec Le Festin, les « Maisons de Gironde », ouvrages dans lesquels sont dépeints différents types de maisons que l’on peut croiser sur notre territoire. En dépassant les ambitions des guides pratiques, ces livres permettent de nous guider simplement vers la connaissance des lieux, en donnant des clés d’observation pour apprécier les caractéristiques des architectures et des paysages girondins. Une exposition à la rencontre des habitants Convaincu qu’une maison porte en elle l’empreinte de celles et ceux qui l’habitent, le CAUE les a invités à partager leurs expériences. Suivant un principe simple et ludique : « pour chaque panneau, une maison ; pour chaque maison, un témoignage », ces ambassadeurs partagent les faits marquants et les histoires personnelles qu’ils entretiennent 10• Faces B architecture Echoppe bordelaise CAUE de la Gironde - co-avril 2012 Quand les Girondins nous invitent dans leurs maisons Durant l’été, pour répondre à sa mission de sensibilisation au cadre de vie et comme une suite logique à ses ouvrages « Maisons de Gironde », le Conseil d’Architecture, d’Environnement et d’Urbanisme (CAUE) de la Gironde a lancé son exposition itinérante : « Maisons de Girondins : les habitants racontent ». Retour sur ce projet singulier. avec leur « chez-soi ». Au-delà du simple exercice de lecture par une interaction avec les habitants, l’exposition itinérante « Maisons de Girondins », qui a sillonné plus d’une vingtaine de communes, a trouvé un plus large public. Ce lien entre l’homme et le bâti, qui s’illustre au cœur même des actions du CAUE est donc devenu le moteur de cette nouvelle aventure. Ainsi, de la maison art-déco à celle des années cinquante, en passant par la girondine et la maison contemporaine, on retrouve Bruno, Mylène, Sylvie, François et les autres… Au gré de la visite, nous avons répondu à l’invitation de la famille de Claire et Eric dans leur échoppe. L’échoppe, véritable esthétique bordelaise L’échoppe, figure de l’habitat bordelais, servait à loger à partir de 1850, les nouveaux citadins arrivant de la campagne. C’était l’époque de l’industrialisation massive et du délaissement progressif des zones rurales au profit de la ville. En ce sens, cette maison s’inscrit aujourd’hui dans le patrimoine local, en prenant également sa place dans l’histoire nationale, puisqu’elle témoigne d’une vaste période ouvrière présente sur tout le territoire. Alignée le long d’une rue ou isolée, c’est une maison construite en périphérie du Bordeaux classique et dans les communes avoisinantes. Les échoppes sont dites "simples" ou "doubles" selon leur taille. Avec leurs façades en pierre côté rue, modestes ou richement décorées, elles revendiquent leur
appartenance à une classe sociale. À l’origine, l’échoppe se prolonge à l’arrière par une véranda et s’ouvre le plus souvent sur un petit jardin vivrier. « On est bien dans notre maison de Bordeaux » Claire et Eric nous racontent sans équivoque leur attachement à leur maison et au mode de vie bordelais. Ayant tous deux connus une expérience bordelaise lors de leurs études, ces deux Parisiens avaient depuis longtemps l’idée de revenir pour s’y implanter. Ambitieux, ils rêvaient d’une échoppe. On les avait pourtant mis en garde : « ne cherchez pas d’échoppes, c’est ce que tout le monde cherche, c’est impossible à trouver et généralement surévalué. » On oublie effectivement que si les échoppes étaient initialement habitées par une certaine classe populaire, elles sont aujourd’hui souvent coûteuses et lourdes à entretenir. Malgré les réticences de certains de leurs amis et avec persévérance, ils ont fini par trouver leur coup de cœur : « on l’a acheté dans l’heure ! » S’ils reconnaissent avoir eu « de la chance, et l’aide d’un réseau d’amis », Claire et Eric ne déméritent pas pour autant. Inhabitée depuis 25 ans, la maison a nécessité d'importants travaux de rénovation. Comme un moyen supplémentaire de s’approprier un lieu de vie, ces changements ont également permis à l’échoppe de prendre une nouvelle jeunesse. Et ce, sans pour autant renier les caractéristiques historiques propres à ce type de maison : « on a voulu conserver tout ce qui était viable, les cheminées, les parquets, et tous les détails typiques de la construction bordelaise. » Heureux, ces habitants semblent l’être. « Je m’étais imaginé que je vivrais toujours en appartement, et en arrivant ici, je me promène dans le jardin, je regarde les palmiers, le ciel et je me dis : c’est bizarre ça doit être un peu trop beau, ça ne peut pas durer… », nous confie Eric. Et pourtant huit ans après leur arrivée, le bonheur de cette famille perdure : « on est bien dans notre maison de Bordeaux ! » L’histoire de cette échoppe en est une parmi d’autres que le CAUE a souhaité faire découvrir ou redécouvrir, sur la route de « Maisons de Girondins ». Or, si chacune des maisons témoigne d’un lieu, d’une époque, d’une manière de vivre, toutes présentent une architecture de qualité adaptée à notre territoire. Et peut être autant de sources d’inspiration pour vos projets… ● Amaury PAUL architecture Exposition « Maisons de Girondins » Anthony Rojo Claire et Eric devant leur échoppe. CAUE de la Gironde - co-avril 2012 Si vous n’avez pas eu le temps de découvrir l’exposition, vous pourrez encore la retrouver cet automne : à GUJAN- MESTRAS (31 août au 14 septembre), STE FOY LA GRANDE (31 août au 14 sept), BRANNE (7 au 21 septembre), LIBOURNE (7 au 21 sept), LEGE-CAP- FERRET (journées européennes du patrimoine le 15 septembre, exposition jusqu’au 28 septembre), CASTILLON (21 sept au 2 octobre), SALLES (21 sept au 28 sept), BIGANOS (21 sept au 5 octobre), ST JEAN D’ILLAC (14 sept au 5 octobre), au cœur de Salon Conforexpo BORDEAUX LAC (1er au 11 novembre), avec le Réseau Départemental des Bibliothèques dans les communes de CUSSAC, VERTHEUIL, AUDENGE, PAUILLAC… Information : CAUE de la Gironde 05 56 97 81 89 – caue33@wanadoo.fr www.cauegironde.com Faces B• 11



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :