Faces B n°1 jun/jui/aoû 2012
Faces B n°1 jun/jui/aoû 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°1 de jun/jui/aoû 2012

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : facesb.fr

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 54

  • Taille du fichier PDF : 5,6 Mo

  • Dans ce numéro : portfolio Bruno Michaud et Romann Ramshorn.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 42 - 43  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
42 43
évasions Les Philippines, entre sourire et soupir île de Balicasag, Bohol photo Caroline Simon Cet archipel lointain aux 7000 îles tropicales, pas encore saturé de touristes, regorge de plages idylliques, de paysages volcaniques saisissants et de rizières verdoyantes. Mais il mérite tout autant d’être connu pour sa population ô combien accueillante. Même la pauvreté n’altère pas la bonne humeur de ce peuple qui prend la vie comme elle vient, selon la fataliste mais sage expression bahala na, « c’est comme ça ». 42• Faces B
Une fois à Manille, passez votre chemin ! Cette capitale étouffante et grouillante ne présente que peu d’intérêt. En revanche, sa situation permet de rejoindre nombre d’îles paradisiaques en moins d’une heure de vol. Palawan, Mindoro, Bohol, Negros, Cebu : on a l’embarras du choix. Quelle que soit la destination finale, le meilleur moyen de visiter les îles est de louer un scooter. C’est ainsi qu’en roulant tranquillement, on s’imprègne du pays, de ses odeurs. On découvre les modes de vie des Philippins, leur habitat, leurs moyens de transport, leur travail, leurs loisirs, leur vie de famille. Aucun risque de tomber en panne d’essence : de nombreuses échoppes le long des routes vendent la « gazoline » rougeâtre, stockée dans des bouteilles de Coca- Cola (l’un des signes de la forte influence exercée par les Américains qui ont dirigé le pays pendant 45 ans). Et si l’on ne se sent pas de chevaucher une petite moto, on peut opter pour d’autres modes de transports typiques : les jeepneys ou les tricycles. Les premiers sont de vieilles jeeps de l’armée américaine, trafiquées et rallongées. Elles arborent chrome et couleurs éclatantes, ainsi que des inscriptions en tous genres, souvent religieuses. Généralement bondés, ils sont utilisés pour des trajets de courte ou longue durée. Quant au tricycle, c’est l’équivalent local du rickshaw : un side-car attaché à une moto et recouvert d’un auvent, qui peut transporter jusqu’à six personnes (bien qu’il soit légitime de se demander comment on va rentrer dans l’engin, même à deux !). Parcourir les routes permet d’admirer les paysages. Dans les rizières d’un vert vif, buffles et aigrettes cohabitent paisiblement. Chaque traversée de village est l’occasion de croiser des enfants autour de l’école qui nous saluent joyeusement, des marchés aux étals parfois insolites, des églises récentes ou vestiges des trois siècles d’occupation évasions Les rizières de Batad, Luzon photo Caroline Simon espagnole. Cet héritage a fait des Philippines le seul pays majoritairement chrétien d’Asie. La religion catholique y exerce une influence importante, aussi bien sur la vie de famille que sur la politique. Sur la route, la prudence est de mise. On peut frôler des chiens errants, mais attention à ne pas écraser de coq. Car ici il est érigé au rang de sportif de haut niveau ! Les Philippins sont connus pour leur passion des jeux d’argent et le combat de coqs constitue le passe-temps favori des hommes. Ils y engloutissent une partie de leurs économies, tant en paris qu’en nourriture sur-vitaminée pour leurs animaux de basse-cour. Le moindre village possède son « cockpit », une véritable arène dédiée à ces jeux violents. Autre héritage des États-Unis, les plus jeunes jouent au basket. Là encore, pas un village sans son terrain couvert, lieu de rendez-vous des adolescents après l’école. Mais le loisir le plus fédérateur est le karaoké, autour duquel se retrouvent toutes les générations le soir pour chanter à tuetête, avec un volume poussé au maximum. Seules les adolescentes ont parfois l’air désabusé propre à cet entre deux âges. Certaines sont prêtes à tout pour accéder à un avenir meilleur, même au pire. La prostitution gangrène les Philippines, à cause des clients occidentaux pour la plupart. Dans les grandes villes, les filles peuvent être « louées » pour la soirée dans des bars, discothèques ou clubs, mais souvent pour quelques jours. Sur les plages ou dans les restaurants, des couples jouent aux amoureux : des hommes de tous âges, souvent d’un âge certain, occidentaux, bedonnants et/ou tatoués pour la plupart, avec des jeunes filles qui pourraient être les leurs, voire leurs petites-filles. Le sexe tarifé, officiellement illégal mais pourtant affiché sans vergogne, est assurément l’aspect le plus choquant des « coutumes » locales. Faces B• 43



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :