Et la Santé, on dit quoi ? n°25 fév à sep 2019
Et la Santé, on dit quoi ? n°25 fév à sep 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°25 de fév à sep 2019

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Institut National de Prévention et d'Éducation pour la Santé

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 5,9 Mo

  • Dans ce numéro : la musique pour rassembler.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
k VOUS Grand frère, je dois t’avouer quelque chose. J’ai fait le test du dépistage du sida et je suis séropositif ! Je suis totalement perdu. LA PReP, LE TPE, QU’EST-CE QUE C’EST ? La PrEP (prophylaxie pré-exposition) est un moyen de prévention qui s’adresse aux personnes séronégatives. Elle consiste à prendre un médicament afin d’éviter d’être contaminé par le VIH. La PrEP est obtenue uniquement sur ordonnance et demande un suivi médical régulier avec la réalisation de dépistages. Le traitement est pris en charge à 100%. Plus d’infos sur  : www.sida-info-service.org/dossier-la-prepLe TPE (traitement post-exposition) est un traitement à prendre en urgence (si possible dans les 4 heures) après un risque d’exposition au VIH. Plus d’infos sur  : www.sida-info-service.org/traitement-post-exposition La PrEP et le TPE n’empêchent ni d’attraper, ni de transmettre d’autres IST (hépatite B ouC, syphilis, chlamydia, gonocoques, etc.). Seul le préservatif protège de ces IST. 12 N°25 FÉVRIER 2019 Petit frère, c’est très dur mais je suis là pour toi  : tu n’es pas seul ! Allons boire un café pour discuter. SOUTENIR LES PERSONNES SÉROPOSITIVES Le saviez-vous ? En France, les personnes séropositives peuvent mener une vie normale grâce à l’efficacité́ des traitements. L’espérance de vie d’une personne séropositive dépistée très tôt, bien traitée et suivie, est très proche de celle d’une personne séronégative. Elle peut travailler, avoir des enfants... Il est donc important de se faire dépister régulièrement du VIH, mais également des autres IST. La plupart des IST ne présentant pas de symptômes, seul un dépistage permet de les détecter. Vous connaissez une personne séropositive ? Aidez-la  : en partageant des moments simples du quotidien (un repas, des sorties…) pour qu’elle ne se sente pas seule et isolée, en l’écoutant lorsqu’elle a besoin de se confier, en la soutenant dans les moments de peur et de doutes, en lui proposant de contacter des associations de soutien aux personnes atteintes par le VIH. LE COMITÉ DES FAMILLES Il s’agit d’une association de personnes vivant avec le VIH qui propose  : des permanences d’accueil et d’écoute, notamment pour ceux et celles qui viennent d’apprendre leur séropositivité, des actions de soutien aux mères qui apprennent leur séropositivité en cours de grossesse, un accompagnement pour les couples sérodifférents (où un partenaire est séronégatif et l’autre séropositif), des soirées « séromantiques » pour favoriser les rencontres entre les célibataires séropositifs et ceux qui les aiment. Pour plus d’informations  : Site  : www.comitedesfamilles.net Tél.  : 01.40.40.90.25 E-mail  : contact@comitedesfamilles.net Illustration  : Olivier Turounet
J’ai acheté un test de grossesse en pharmacie. Je suis bien enceinte et je me sens en pleine forme. Toutes mes amies me disent d’aller voir le médecin mais je ne comprends pas pourquoi. Je ne suis pas malade ! D r Goudjo  : Chère Désirée, la grossesse n’est pas une maladie et vous avez raison d’être confiante. Mais la grossesse est aussi une période de grands changements qui nécessite un suivi de la part d’un professionnel de santé. Sachez que lorsque vous êtes enceinte, vous devez faire particulièrement attention à votre santé pour vous et votre bébé. Une alimentation variée et équilibrée est importante pour vos besoins nutritionnels mais aussi pour que votre bébé ait une croissance harmonieuse. Le médecin pourra vous accompagner et éventuellement vous prescrire des suppléments en vitamines (vitamines B9, vitamine D). Il pourra également vous dire quels aliments sont à favoriser ou à éviter pendant la grossesse pour réduire les risques d’infection comme la listériose ou la toxoplasmose. Vous fumez ? Vous consommez de l’alcool, même occasionnellement ? C’est le moment de vous faire accompagner par un professionnel pour arrêter. Pour vivre votre grossesse en toute tranquillité, 7 consultations prénatales sont proposées. Et n’oubliez pas, la première consultation prénatale, qui doit avoir lieu avant la fin du 3 e mois de grossesse, est obligatoire si vous voulez obtenir la prime de naissance. Enfin, si vous n’osez pas aborder certains sujets avec votre entourage (peur de l’accouchement, de l’allaitement etc.), un professionnel de santé pourra toujours vous écouter, vous informer et répondre à toutes vos interrogations. Plus d’infos sur  : www.ameli.fr/assure/sante/themes/grossesse/consultation-suivi-mensuel k QUESTIONS/RÉPONSES D R GOUDJO RÉPOND À VOS QUESTIONS Dans ce numéro, Et la santé, on dit quoi ? a sélectionné pour vous deux questions de santé qui vous préoccupent  : l’une sur le suivi médical de grossesse et l’autre sur le don du sang. Désirée, 22 ans J’ai vu une information de l’Établissement français du sang (EFS) qui demande aux personnes d’origine africaine de donner leur sang pour aider celles atteintes de la drépanocytose. Je suis intéressé mais pourquoi faut-il être d’origine africaine pour donner son sang ? Prince, 36 ans D r Goudjo  : Cher Prince, l’EFS cherche à mobiliser le plus de donneurs d’origines géographiques différentes, afin de pouvoir transfuser les malades avec des produits ayant idéalement les mêmes caractéristiques sanguines et diminuer ainsi les éventuels risques d’accidents liés à la transfusion. La drépanocytose est une maladie grave du sang dont le seul traitement est la transfusion régulière de globules rouges. Cette maladie touche plus particulièrement les populations d’origine afro-caribéenne. C’est pourquoi l’EFS s’adresse aussi à cette population. Toutes les personnes en bonne santé, âgées de 18 à 70 ans, pesant plus de 50 kilos et ayant un taux d’hémoglobine suffisant, peuvent donner leur sang partout en France*. Néanmoins, il existe des contre-indications au don**, liées notamment à des voyages ou à des pratiques sexuelles, qui contribuent à garantir la sécurité du donneur et la qualité des produits sanguins délivrés aux personnes transfusées. Donner son sang prend peu de temps. Il faut compter environ 1 heure sachant que le prélèvement dure en lui-même environ 10 minutes. Aidez les personnes atteintes de la drépanocytose, en donnant votre sang maintenant ! À noter  : pour un premier don, il est obligatoire de présenter une pièce d’identité avec photo (passeport, carte d’identité, carte de séjour, etc.). Il est recommandé de ne pas être à jeun. * Retrouvez les lieux de don (maisons du don ouvertes toute l’année et collectes organisées prochainement dans des communes) sur dondesang.efs. sante.fr/trouver-une-collecte ** L’EFS a mis en ligne un questionnaire afin que chacun puisse rapidement déterminer s’il peut ou non donner son sang  : dondesang.efs.sante.fr/test-aptitude-au-don. Néanmoins, les résultats du test ne remplacent pas l’entretien préalable au don. k k FÉVRIER 2019 N°25 13 Photographies Ranta Images - Alexei Zatevakhin/Shutterstock.com



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :