Essentielle Immo n°122 novembre 2014
Essentielle Immo n°122 novembre 2014
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°122 de novembre 2014

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : La Libre Belgique

  • Format : (235 x 335) mm

  • Nombre de pages : 80

  • Taille du fichier PDF : 9 Mo

  • Dans ce numéro : dossier spécial... architecture et métropolisation.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
04 ARCHITECTURE A33 ARCHITECTES, MAIS PLUS ENCORE FONDÉ EN 1994 PAR LUDO BEKKER ET JOHAN COKELAERE, A33 EST UN DE CES BUREAUX QUI NE SE RÉPAND PAS EN GRANDES THÉORIES. DURABLE, RATIONNELLE ET HONNÊTE, LEUR ARCHITECTURE NE CRIE PAS. ET LE SILENCE. QU’EST-CE QUE CA FAIT DU BIEN ! ENTRETIEN AVEC JOHAN COKELAERE. Voici un bureau d’architecture et d’urbanisme qui, aujourd’hui au stade de la maturité, ne se cherche plus un langage, une expression particulière. Ce n’est pas qu’il nie toute expression architecturale. Au contraire, celle-ci devra être la plus fine, la plus juste possible. « Une expression quotidienne » pour reprendre les mots de Johan Cokelaere, co-fondateur du bureau A33. Mais pour l’équipe, la question fondamentale de tout projet d’architecture est loin, tellement loin, du seul souci formel. « On attend de l’architecte qu’il réponde à toute une série de demandes urgentes. Qu’il résolve un lot de problèmes concrets, immédiats, par des réponses précises  : le programme, les délais de construction, le budget, le respect des prescriptions. » « Certes, reconnaissent les architectes du bureau A33 dans l’introduction du livre de leurs 20 ans, de l’urgence sont nés des bâtiments et des sites remarquables. Songeons par exemple à la Renaissance, à la révolution industrielle du XIX e ou encore à l’explosion de la construction survenue dans la période de l’après-guerre. » Mais pour Johan Cokelaere, la responsabilité de l’architecte va bien au-delà de ces impératifs de base. « Tous les architectes sont supposés être capables de gérer ces questions urgentes. Mais notre mission ne se limite pas à répondre à un cahier des charges. Nous devons dépasser cela, pousser un pas plus loin. L’architecte doit pouvoir apporter une valeur ajoutée. Il a le devoir de créer plus de qualité, plus de bien-être, un meilleur environnement qui passe par une attention au contexte, à la mobilité, à la durabilité. Nous devons anticiper des interrogations à long terme  : comment vieillit et évolue un bâtiment ? Comment s’adaptera-t-il aux missions qu’on lui attribuera dans 20 ans ? Comment pourra-t-il être réutilisé et offrir les mêmes qualités d’emploi ? » Durable… Le mot est malmené par tous ceux qui l’assimilent à l’économie énergétique ou à l’isolation. Or, la durabilité va bien au-delà. « Les gens ont tendance à simplifier les choses  : construire de façon durable, c’est installer des panneaux photovoltaïques, pensent-ils. Mais les choses sont bien plus complexes que ça. Chaque projet doit être appréhendé dans sa globalité  : il faut évaluer ce que consomme un matériau dans sa fabrication, sa mise en œuvre, prévoir ce qu’il deviendra dans 30 ans, gérer le chantier, ses déchets, et la qualité de vie qu’offre le bâtiment à long terme. La mobilité joue un rôle essentiel là-dedans. La relation à l’environnement est notre priorité, notre point de départ. Pour chaque projet, nous commençons par questionner le contexte, le paysage, l’environnement immédiat et nous le reconfigurons pour qu’il participe pleinement à la qualité de vie du projet. Avant même de commencer à dessiner une esquisse, nous voyons comment le projet peut impacter l’environnement et le requalifier. » Cette démarche implique une recherche historique importante. L’analyse de la relation des habitants à la terre, au paysage, à la faune MARIE POK _PHOTOS SERGE ANTON et à la flore livre des éléments qui nourrissent toute la réflexion autour du projet. Le sens de la collectivité est également revendiqué comme une valeur essentielle. Le bien-être collectif l’emporte sur l’expression singulière. Mais une bonne gestion de l’espace public ou partagé implique aussi qu’on en définisse les limites. L’identification individuelle est également indispensable à l’équilibre de l’habitat. » La planification urbaine suit la même direction. La ville doit conserver la mémoire collective et sa structure doit permettre une grande flexibilité. « Nous cherchons des solutions rationnelles et humaines qui permettent de trouver une qualité urbaine. » Pour atteindre cette qualité, ce bien-être, qu’il s’agisse d’une crèche, d’une école, d’une résidence pour personnes âgées, de logements individuels ou groupés, ou encore de l’aménagement de l’espace public, A33 insiste sur l’importance de la lenteur. « L’architecture est par définition lente. Elle est quasi statique et immuable dans le temps. (…) L’architecture survit à de nombreux changements sociétaux. Leur prise en compte qualitative demande de la lenteur et du temps. Du temps pour la consultation et la concertation, la mise en place d’une assise, du temps pour mûrir et voir le jour. » A33 architecten Fonteinstraat 1a à 3000 Leuven www.a33.be
Johan Cokelaere, co-fondateur du bureau A33 A33 est un bureau d’architecture et d’urbanisme dont les projets embrassent tant l’habitat individuel ou groupé que les commerces, les équipements collectifs et la planification urbaine.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Essentielle Immo numéro 122 novembre 2014 Page 1Essentielle Immo numéro 122 novembre 2014 Page 2-3Essentielle Immo numéro 122 novembre 2014 Page 4-5Essentielle Immo numéro 122 novembre 2014 Page 6-7Essentielle Immo numéro 122 novembre 2014 Page 8-9Essentielle Immo numéro 122 novembre 2014 Page 10-11Essentielle Immo numéro 122 novembre 2014 Page 12-13Essentielle Immo numéro 122 novembre 2014 Page 14-15Essentielle Immo numéro 122 novembre 2014 Page 16-17Essentielle Immo numéro 122 novembre 2014 Page 18-19Essentielle Immo numéro 122 novembre 2014 Page 20-21Essentielle Immo numéro 122 novembre 2014 Page 22-23Essentielle Immo numéro 122 novembre 2014 Page 24-25Essentielle Immo numéro 122 novembre 2014 Page 26-27Essentielle Immo numéro 122 novembre 2014 Page 28-29Essentielle Immo numéro 122 novembre 2014 Page 30-31Essentielle Immo numéro 122 novembre 2014 Page 32-33Essentielle Immo numéro 122 novembre 2014 Page 34-35Essentielle Immo numéro 122 novembre 2014 Page 36-37Essentielle Immo numéro 122 novembre 2014 Page 38-39Essentielle Immo numéro 122 novembre 2014 Page 40-41Essentielle Immo numéro 122 novembre 2014 Page 42-43Essentielle Immo numéro 122 novembre 2014 Page 44-45Essentielle Immo numéro 122 novembre 2014 Page 46-47Essentielle Immo numéro 122 novembre 2014 Page 48-49Essentielle Immo numéro 122 novembre 2014 Page 50-51Essentielle Immo numéro 122 novembre 2014 Page 52-53Essentielle Immo numéro 122 novembre 2014 Page 54-55Essentielle Immo numéro 122 novembre 2014 Page 56-57Essentielle Immo numéro 122 novembre 2014 Page 58-59Essentielle Immo numéro 122 novembre 2014 Page 60-61Essentielle Immo numéro 122 novembre 2014 Page 62-63Essentielle Immo numéro 122 novembre 2014 Page 64-65Essentielle Immo numéro 122 novembre 2014 Page 66-67Essentielle Immo numéro 122 novembre 2014 Page 68-69Essentielle Immo numéro 122 novembre 2014 Page 70-71Essentielle Immo numéro 122 novembre 2014 Page 72-73Essentielle Immo numéro 122 novembre 2014 Page 74-75Essentielle Immo numéro 122 novembre 2014 Page 76-77Essentielle Immo numéro 122 novembre 2014 Page 78-79Essentielle Immo numéro 122 novembre 2014 Page 80