Escape n°44 déc 12/jan-fév 2013
Escape n°44 déc 12/jan-fév 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°44 de déc 12/jan-fév 2013

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Free Presse

  • Format : (200 x 250) mm

  • Nombre de pages : 84

  • Taille du fichier PDF : 24,1 Mo

  • Dans ce numéro : l'hiver free rando... 24 tenues techniques au banc d'essais.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 66 - 67  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
66 67
66 ALPINISME rencontre Escape #44 Je me souviens de la dernière fois où nous nous sommes croisés, par hasard à Kleine Scheidegg, au pied de l’Eiger. Ueli était tranquillement en train de se changer après 30 km de course à pied sur 1500 m de dénivelée. Une routine pour cet homme que des heures et des heures d’entraînement n’effraient pas plus qu’un solo dans une des monstrueuses faces Nord des Alpes. A quelques jours de participer au Marathon de New York (finalement annulé à la dernière minute suite aux dégâts causés par l’ouragan Sandy) rencontre avec cet alpiniste hors norme qui ne cesse de faire évoluer l’alpinisme et d’en marquer son histoire. Comment as-tu commencé ta carrière d’alpiniste et comment en es-tu venu au solo et aux ascensions ultra rapides ? J’ai commencé avec l’escalade. J’ai même fait des compétitions. J’étais donc vraiment un pur grimpeur. Apres deux ou trois ans je me suis tourné vers l’alpinisme. Et en alpinisme il est important d’avancer aussi vite que possible. Donc « Speed », la vitesse, a toujours été quelque chose d’important. Pour le solo, je l’ai pratiqué dès le départ. C’est toujours quelque chose que j’ai fait. Au début en escalade j’ai fait beaucoup de voies en solo. Ensuite, quand j’ai commencé l’alpinisme j’ai aussi commencé à faire de la cascade de glace et des grandes faces sans corde. J’ai toujours aimé ces journées dehors, où j’étais vraiment tout seul. Tu étais charpentier avant, comment as-tu basculé vers une carrière d’alpiniste ? Tu ne peux pas planifier de faire carrière en alpinisme. Ce n’est pas un travail. Cela vient avec les années. Je grimpais toujours beaucoup. C’était ma grande passion. Je passais plus de temps en montagne qu’à travailler. Et puis j’ai eu un premier sponsor qui m’a aidé dans mon parcours. Jusqu'à ce que je réalise que je pouvais gagner ma vie en grimpant. Si ton objectif est de devenir un grimpeur professionnel tu n’en seras jamais un. C’est quelque chose qui t’arrive ou pas. Tout le monde t’appelle la Swiss Machine. Tu es un vrai athlète, avec une planification et des heures d’entraînements quasiment quotidiennes. Tu enchaînes réalisations dans les Alpes et expéditions en Himalaya avec succès et sans relâchement. Quel est ton moteur, ta motivation ? Pour moi c’est fondamental d’évoluer dans la vie, d’avancer. Je suis toujours en quête de nouveaux challenges. C’est ce qui me fait avancer. Je pense à des choses qui n’ont jamais été faites auparavant. Cela devient une obsession, une pure fascination. Alors je commence à m’entraîner pour cela. J’essaie d’évaluer ce qu’il me faut pour mener à bien mon projet et ensuite je fonce ! J’aime foncièrement m’entraîner. Cela m’apporte beaucoup dans ma vie. J’ai besoin de beaucoup travailler, cela me procure un certain bien être. Eprouves-tu des fois de la lassitude ? Comment gères-tu les périodes de fatigue où l’on perd la motivation ? Oui je connais cela et c’est normal. Il faut juste laisser passer. C’est un signe qu’il faut accepter. Et aussi je sens qu’avec les années qui passent je ne suis pas dans les mêmes dispositions qu’il y a dix ans. Mais c’est bien. J’ai plus d’objectifs et d’idées que je vais grimper qu’avant… Tu passes des voies dures en rocher au sommet de l’Everest sans oxygène. Comment arrives-tu à gérer une telle polyvalence poussée à son extrême ? J’aime grimper et j’aime l’alpinisme. Pour moi grimper en libre une voie sur El Cap*** et atteindre le sommet de l’Everest sans oxygène ont toujours été deux rêves. Pour atteindre cela tu dois séparer les choses. Tu dois savoir ce que tu veux. Si tu veux faire l’Everest, tu n’as pas besoin de grimper du 8c. Tu dois focaliser ton entraînement sur le cardio. C’est la même chose si tu veux faire une voie sur El Cap. Là tu dois te concentrer sur l’escalade. Et de cette manière, « grimper » avec tout ce que cela comporte, ne devient jamais ennuyeux. Qu’est-ce que tu trouves le plus dur à maintenir ? Ton niveau en escalade ? Ton niveau d’endurance physique ? Je pense que pour moi je dois davantage travailler mon cardio. Cela
demande beaucoup d’efforts et consomme énormément de temps. S’entraîner en escalade c’est plus facile et plus fun. Tu pratiques à présent le parapente que tu combines avec l’alpinisme comme le prouve ton enchaînement Eiger-Monch-Jungfrau en moins de 12h. Comment cela s’est passé ? Le parapente était quelque chose de complètement nouveau pour moi. J’ai commencé tel un débutant il y a un an. Ensuite j’ai beaucoup progressé. Chaque jour où je volais je comprenais de nouvelles choses. C’était très excitant. Je vole depuis maintenant un peu plus d’un an et j’ai aux alentours des 400 vols. Au final c’est toujours la même chose : si je suis intêressé par quelque chose alors j’y vais franchement. En revanche, avec toutes ces heures de vols, je ne suis plus un grimpeur fort maintenant… T’es-tu déjà blessé ? J’ai eu des petites blessures. Je me suis cassé une fois le poignet et une fois la cheville. Autrement, j’ai un corps assez robuste. Je peux m’entraîner très dur sans avoir de soucis de blessures. Mais je dois avouer que ces deux dernières années je commence à sentir l’âge. Un évènement marquant dans ta carrière ? Mon premier shooting photo au cours duquel j’ai fait une chute au sol au bout de 30 minutes de shooting. Est-ce qu’il y a des compagnons de cordée qui ont été particulièrement importants pour toi ? Markus Iff avec qui j’ai grandi. Nous nous sommes mis ensemble à « Pour moi, grimper en libre une voie sur El Cap et atteindre le sommet de l’Everest sans oxygène ont toujours été deux rêves. » l’escalade puis à l’alpinisme. Et bien sûr grimper avec Erhard Loretan a été un grand honneur pour moi. Quels sont tes projets pour 2013 ? Je n’aime pas parler de mes projets. D’abord je les fais et après je peux en parler. Mais ce qui est sûr c’est que je retournerai en Himalaya… Si tu t’imagines dans dix ans tu te vois comment ? Je pense que je grimperais toujours, que je ferais toujours des vols en parapente et que le soir je mangerais bien avec un bon verre de vin ! As-tu un message à faire passer aux lecteurs ? Tout ce que tu imagines est possible. * la machine Suisse ** John Harlin, alpiniste Américain, installé à Leysin en Suisse. Il est mort de façon tragique en 1966 (âgé de 31 ans) en tentant la première ascension de la directissime de la face nord de L’Eiger. Il avait par ailleurs déjà gravi cette face Nord par la voie Heckmair en 1962. ***le fameux big wall El Capitan du Yosemite en Californie



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Escape numéro 44 déc 12/jan-fév 2013 Page 1Escape numéro 44 déc 12/jan-fév 2013 Page 2-3Escape numéro 44 déc 12/jan-fév 2013 Page 4-5Escape numéro 44 déc 12/jan-fév 2013 Page 6-7Escape numéro 44 déc 12/jan-fév 2013 Page 8-9Escape numéro 44 déc 12/jan-fév 2013 Page 10-11Escape numéro 44 déc 12/jan-fév 2013 Page 12-13Escape numéro 44 déc 12/jan-fév 2013 Page 14-15Escape numéro 44 déc 12/jan-fév 2013 Page 16-17Escape numéro 44 déc 12/jan-fév 2013 Page 18-19Escape numéro 44 déc 12/jan-fév 2013 Page 20-21Escape numéro 44 déc 12/jan-fév 2013 Page 22-23Escape numéro 44 déc 12/jan-fév 2013 Page 24-25Escape numéro 44 déc 12/jan-fév 2013 Page 26-27Escape numéro 44 déc 12/jan-fév 2013 Page 28-29Escape numéro 44 déc 12/jan-fév 2013 Page 30-31Escape numéro 44 déc 12/jan-fév 2013 Page 32-33Escape numéro 44 déc 12/jan-fév 2013 Page 34-35Escape numéro 44 déc 12/jan-fév 2013 Page 36-37Escape numéro 44 déc 12/jan-fév 2013 Page 38-39Escape numéro 44 déc 12/jan-fév 2013 Page 40-41Escape numéro 44 déc 12/jan-fév 2013 Page 42-43Escape numéro 44 déc 12/jan-fév 2013 Page 44-45Escape numéro 44 déc 12/jan-fév 2013 Page 46-47Escape numéro 44 déc 12/jan-fév 2013 Page 48-49Escape numéro 44 déc 12/jan-fév 2013 Page 50-51Escape numéro 44 déc 12/jan-fév 2013 Page 52-53Escape numéro 44 déc 12/jan-fév 2013 Page 54-55Escape numéro 44 déc 12/jan-fév 2013 Page 56-57Escape numéro 44 déc 12/jan-fév 2013 Page 58-59Escape numéro 44 déc 12/jan-fév 2013 Page 60-61Escape numéro 44 déc 12/jan-fév 2013 Page 62-63Escape numéro 44 déc 12/jan-fév 2013 Page 64-65Escape numéro 44 déc 12/jan-fév 2013 Page 66-67Escape numéro 44 déc 12/jan-fév 2013 Page 68-69Escape numéro 44 déc 12/jan-fév 2013 Page 70-71Escape numéro 44 déc 12/jan-fév 2013 Page 72-73Escape numéro 44 déc 12/jan-fév 2013 Page 74-75Escape numéro 44 déc 12/jan-fév 2013 Page 76-77Escape numéro 44 déc 12/jan-fév 2013 Page 78-79Escape numéro 44 déc 12/jan-fév 2013 Page 80-81Escape numéro 44 déc 12/jan-fév 2013 Page 82-83Escape numéro 44 déc 12/jan-fév 2013 Page 84