Escalade Mag n°9 jan/fév 2007
Escalade Mag n°9 jan/fév 2007
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°9 de jan/fév 2007

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Press'Evasion

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 52

  • Taille du fichier PDF : 15,1 Mo

  • Dans ce numéro : les monts du désert.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 38 - 39  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
38 39
entree Russan pour cent 38 ibre L es es années 2000 marquent un nouveau chapitre dans l'histoire de la falaise. Une trentaine de lignes nouvelles sont créées principalement par François Tournois, Ludovic Pin, Laurent Pierret et Thomas Sandri. Tantôt majeures, tantôt critiquables, vite et bien équipées, régulièrement taillées et sikatées, ces lignes sont le reflet d'une pratique résolument moderne où escalade rime avec recherche de performance, plaisir immédiat et homogénéité des mouvements. La multiplication des itinéraires, combinaisons et variantes, est légion et fait parfois disparaître des lignes historiques comme Autoportrait (8b+), noyée au milieu d'Autoporteuse (8a) et Octographe (8b). L'activiste principal est François Tournois, qui a découvert la falaise dix ans plus tôt et s'installe proche d'Uzès. Moniteur d'escalade, il profite de cinq jours par semaine pour équiper toutes les lignes plus ou moins évidentes de la falaise et se fixer ainsi des objectifs à gravir. On retiendra entre autres Mulholland Drive (8a+), Commedia dell'arquée (8a), déjà imaginée et partiellement équipée par Médéric Tabard, La confusion du genre (projet) ou encore La confrérie du souffle (8a+). En hiver, il est régulièrement rejoint par le grenoblois Ludovic Pin qui crée sept voie. Sa plus belle réalisation est sans doute l'esthétique et suprenante Endymion (8a+). Les locaux Laurent Pierret et Thomas Sandri complètent cette dynamique en traçant à leur tour de belles lignes. L'intimiste et joli secteur Jour de Printemps est développé. Finalement en 2005, le jeune Thomas Sandri entreprend à son initiative et sur ses propres deniers de rééguiper trente voies historiques parcourues, et de remplacer une centaine de relais. Sa démarche courageuse et louable s'inscrit historiquement dans la volonté permanente des différentes générations d'équipeurs de Russan, de proposer à tous une falaise parfaitement équipée, prétexte à l'hédonisme quel que soit le niveau de pratique. années 2000 marquent un nouveau chapitre dans l’histoire de la falaise. Une trentaine de lignes nouvelles sont créées principalement par François Tournois, Ludovic Pin, Laurent Pierret et Thomas Sandri. Tantôt majeures, tantôt critiquables, vite et bien équipées, régulièrement taillées et sikatées, ces lignes sont le reflet d’une pratique résolument moderne où escalade rime avec recherche de performance, plaisir immédiat et homogénéité des mouvements. La multiplication des itinéraires, combinaisons et variantes, est légion et fait parfois disparaître des lignes historiques comme Autoportrait (8b+), noyée au milieu d’Autoporteuse (8a) et Octographe (8b). L’activiste principal est François Tournois, qui a découvert la falaise dix ans plus tôt et s’installe proche d’Uzès. Moniteur d’escalade, il profite de cinq jours par semaine pour équiper toutes les lignes plus ou moins évidentes de la falaise et se fixer ainsi des objectifs à gravir. On retiendra entre autres Mulholland Drive (8a+), Commedia dell’arquée (8a), déjà imaginée et partiellement équipée par Médéric Tabard, La confusion du genre (projet) ou encore La confrérie du souffle (8a+). En hiver, il est régulièrement rejoint par le grenoblois Ludovic Pin qui crée sept voie. Sa plus belle réalisation est sans doute l’esthétique et suprenante Endymion (8a+). Les locaux Laurent Pierret et Thomas Sandri complètent cette dynamique en traçant à leur tour de belles lignes. L’intimiste et joli secteur Jour de Printemps est développé. Finalement en 2005, le jeune Thomas Sandri entreprend à son initiative et sur ses propres deniers de rééquiper trente voies historiques parcourues, et de remplacer une centaine de relais. Sa démarche courageuse et louable s’inscrit historiquement dans la volonté permanente des différentes générations d’équipeurs de Russan, de proposer à tous une falaise parfaitement équipée, prétexte à l’hédonisme quel que soit le niveau de pratique.• Comprendre Russan Comprendre » Russan, c’est apprécier l’histoire et la trajectoire des différents protagonistes qui ont œuvré pour « vous offrir ce désormais vaste terrain de jeu. C’est prendre le temps de découvrir, loin des habitudes et des clichés, les différents secteurs qui s’étirent sur près de deux kilomètres au-dessus du Gardon. C’est enfin choisir « sa voie » en fonction de ses motivations et de son niveau parmi les 300 itinéraires dont 13% sont dans le 5 e degré, 47% dans le 6, 25% dans le 7 et enfin 10% dans le 8. Remerciements : Michel Bonni, Laurent Pierret, Roger Muller, Pierre Rouzo, Alain Roubineau, Médéric Tabard, François Tournois, Sebastien Hemery, Thomas Sandri ainsi qu’à tous les autres qui ont participé de près ou de loin à l’élaboration de cet article. -..,- (...dans la volonté permanente des différentes générations d'équipeurs de Russan, de proposer à tous une falaise parfaitement équipée, uel que prétexte à l'hédonisme q soit le niveau de pratique. …dans la volonté permanente des différentes générations d’équipeurs de Russan, de proposer à tous une falaise parfaitement équipée, prétexte à l’hédonisme quel que soit le niveau de pratique. I I• 4• r fr Violaine Tardy dans Le blues de Camille (6b+). I•
39.e



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :