Escalade Mag n°9 jan/fév 2007
Escalade Mag n°9 jan/fév 2007
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°9 de jan/fév 2007

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Press'Evasion

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 52

  • Taille du fichier PDF : 15,1 Mo

  • Dans ce numéro : les monts du désert.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 22 - 23  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
22 23
LynnHill Sam Bié 22nterview ne peux pas me limiter à une seule de ces pratiques. J’ai besoin de l’escalade libre et de la découverte, d’aller sur de nouveaux spots. Même chez moi, je ne connais pas toutes les voies. À 20 minutes de là où j’habite, il y a une falaise où il y a encore des choses à découvrir ! Il faut avoir la vision, savoir regarder pour voir. C’est peut-être plus motivant d’aller sur des parois lointaines, mais il ne faut pas oublier ce que l’on peut découvrir chez soi. F : As-tu encore des projets en montagne ? L : La montagne n’est plus pratique depuis que je suis mère, à la fois à cause du temps que cela demande et des risques encourus. Je ne veux pas mourir. C’est aussi pour cela que je n’ai jamais () Avoir un résultat, ce n’est pas penser à la croix, au sommet, c’est prendre conscience de l’instant présent, être totalement dans son escalade. Avoir un résultat, ce n'est pas penser à la croix, au sommet, c'est prendre conscience de l'instant présent, être totalement dans son escalade. fait d’himalayisme où le danger m’a toujours semblé excessif. J’ai essayé d’être raisonnable tout en sachant que nous ne pouvons pas non plus tout contrôler dans notre vie. Il y a suffisamment de possibilités de mourir, entre les accidents de voiture et les maladies, pour essayer de limiter les autres risques. Je veux rester en bonne santé pour grimper le plus longtemps possible. F : Certains grimpeurs pratiquent exclusivement une discipline. Par exemple, je connais peu de grimpeurs de compétition de bloc qui se lancent sur des big walls. Que penses-tu de cette spécialisation ? L : C’est un peu normal que les gens se spécialisent sur les disciplines qu’ils aiment. C’est aussi une question de temps et de là où tu habites. À Paris, il est logique que tu fasses surtout du bloc. Et le rythme de la vie est plus speed, trop speed sûrement. Quand je grimpais au Yosemite dans les années 70, nous savions prendre le temps. Les évolutions générales de notre société ont modifié notre pratique de temps et de là où tu habites. À Paris, - il est logique que tu fasses surtout du bloc. Et le rythme de la vie est plus speed, trop speed sûrement. Quand je grimpais au Yosemite dans les années 70, nous savions prendre le temps. Les évolutions générales de notre société ont modifié notre pratique de l'escalade. C'est surtout pour ça que l'esprit d'aventure et d'ouverture se perd. Mais je continue à croire que les grimpeurs, même à un tout petit niveau, sont attirés par l'aventure. S'il n'y avait pas cette attraction, ils feraient du tennis. l’escalade. C’est surtout pour ça que l’esprit d’aventure et d’ouverture se perd. Mais je continue à croire que les grimpeurs, même à un tout petit niveau, sont attirés par l’aventure. S’il n’y avait pas cette attraction, ils feraient du tennis. F : Les médias sont avides de cet esprit F : Les médias sont avides de cet esprit d’aventure, surtout quand il s’exerce aux confins des limites. Par l’exposition qu’ils offrent à des expériences dangereuses, encouragent-ils la prise d'aventure, surtout quand il s'exerce aux confins des limites. Par l'exposition qu'ils offrent à des expériences dangereuses, encouragent-ils la prise de risque ? de risque ? L : La nature humaine veut ça. Nous voulons tous voir des choses incroyables, et quand une personne se pousse à son maximum, il est intéressant de L : La nature humaine veut ça. Nous voulons tous voir des choses incroyables, et quand une personne se pousse à son maximum, il est intéressant de voir comme il fait. Certains prennent des risques uniquement pour attirer l'attention sur eux. Certains gagnent leurs vies à travers les dangers qu'ils prennent et qu'ils montrent. voir comme il fait. Certains prennent des risques uniquement pour attirer l’attention sur eux. Certains gagnent leurs vies à travers les dangers qu’ils prennent et qu’ils montrent. J’ai côtoyé beaucoup de ces personnes, J'ai côtoyé beaucoup de ces personnes, mais je ne leur ai jamais dit « attention, tu vas trop loin ». Même la femme d'Alex Lowe (NDLR : Lynna fait une expédition au Kirghizstan avec lui, il est mort en 1999 au Shishapangma) ne pouvait lui dire cela... Il avait trois enfants et était en expé 90% du temps, ce n'est pas équilibré. mais je ne leur ai jamais dit « attention, tu vas trop loin ». Même la femme d’Alex Lowe (NDLR : Lynna fait une expédition au Kirghizstan avec lui, il est mort en 1999 au Shishapangma) ne pouvait lui dire cela… Il avait trois enfants et était en expé 90% du temps, ce n’est pas équilibré. F : À t’entendre, on a l’impression que les meilleurs grimpeurs sont inéluctablement égoïstes… Est-ce que tu essaies de t’ouvrir plus aux autres F : À t'entendre, on a l'impression que les meilleurs grimpeurs sont inéluctablement égoïstes... Est-ce que tu essaies de t'ouvrir plus aux autres maintenant ? maintenant ? L : Bien sûr. Notamment en transmettant L : Bien sûr. Notamment en transmettant mon expérience à travers les séjours d'escalade que j'organise. J'apprends beaucoup sur la pédagogie, sur les différentes façons d'enseigner. Finalement, je n'ai pas un rapport trop excessif à la grimpe. Les gens doivent penser que je passe tout mon temps à cela mais ce n'est pas vrai. J'aimerais grimper plus, tout en gardant un équilibre. J'en ai sans doute trop fait à certains moments de ma vie. Si tu as une passion, tu as tendance mon expérience à travers les séjours d’escalade que j’organise. J’apprends beaucoup sur la pédagogie, sur les différentes façons d’enseigner. Finalement, je n’ai pas un rapport trop excessif à la grimpe. Les gens doivent penser que je passe tout mon temps à cela mais ce n’est pas vrai. J’aimerais grimper plus, tout en gardant un équilibre. J’en ai sans doute trop fait à certains moments de ma vie. Si tu as une passion, tu as tendance
à la suivre en oubliant tes proches. C’est trop facile. Avec l’âge, ce déséquilibre est devenu très clair : ça ne faisait du bien ni à moi ni aux autres. F : Mais comment regretter ces moments d’euphorie que tu as eu en libérant le Nose, en gagnant une coupe du monde ou en enchaînant Masse critique ? L : On ne peut pas regretter. Quand j’ai fait tout cela, j ‘étais professionnelle : c’était mon métier, ma passion et je trouvais ça normal de réussir en m’impliquant à 100%. Mais maintenant, j’ai 46 ans et je ne recherche plus l’exploit quand je grimpe. J’aime toujours autant l’expérience de la grimpe, partager avec des amis, mais je n’éprouve plus le besoin de pousser aussi loin mes limites que par le passé. Là, je me concentre plutôt à faire une vidéo d’apprentissage gestuel et technique pour les grimpeurs. Ce que j’imagine pour ce film, je ne l’ai jamais vu ailleurs. J’ai aussi des idées de jeux, pour enfants et adultes, qui auraient le même objectif qu’une discipline comme le yoga : celui d’ouvrir les gens à leur propre corps. F : Est-ce pour cela que tu insistes beaucoup sur le mental qu’il t’a fallu mobiliser quand tu as fait tes meilleures performances ? L : Oui, c’est indispensable. Il faut commencer par pouvoir s’écouter. Saisir ses intuitions, prendre conscience de ce que l’on veut. Être un peu zen… Avoir un résultat, ce n’est pas penser à la croix, au sommet, c’est prendre conscience de l’instant présent, être totalement dans LynnHill Lynnlors de le compétition d'Arco en 1989 Lynnlors de la compétition d’Arco en 1989 Sandy Stewart (L'escalade L’escalade de compétition est une spécialité qui ne représente pas beaucoup par rapport à tout le champ de l’escalade. de compétition est une spécialité qui ne représente pas beaucoup par rapport% Lynndans (landais (7e), Genk& à tout le champ de l'escalade. son escalade. Il faut savoir d’où vient ta motivation. Celle qui se construit autour de la volonté d’être fort, d’avoir une image de soi élevée ne vaut pas la motivation intérieure, profonde, celle qui te dit d’être là, présent, et de profiter au mieux de ces moments d’escalade. J’ai souvent choisi mes objectifs par les opportunités qu’ils m’offraient d’évoluer, notamment au niveau spirituel. Certaines fois, ce sont des amis qui m’ont donné l’idée comme John Long qui a incité pour que j’essaye le Nose en libre ! F : La spontanéité qui semble avoir dicté une partie de ta vie semble assez éloigné de l’activisme de certains qui veulent, par exemple, faire de l’escalade une discipline olympique. Quel est ton opinion su ce point ? L : Je ne sais pas. L’escalade de compétition est une spécialité qui ne représente pas beaucoup par rapport à tout le champ de l’escalade donc pour moi ce combat n’est pas essentiel. Mais j’ai conscience qu’intégrer le rang des disciplines olympiques valoriserait certainement l’escalade aux yeux du grand public. Il faudra aussi déterminer au mieux les règles et les formats (voies, blocs, vitesse…) ce qui ne sera pas évident. F : Ta carrière en compétition n’a pas été très longue, juste assez pour gagner les principaux titres. Qu’estce que cette pratique t’a apporté le plus ? Lynndans Vandals (7c), Gunks. LynnHill L : D’être capable de faire une performance au moment où on te dit « c’est L : D'être capable de faire une performance au moment où on te dit « c'est ton tour ». Savoir réunir toute la concentration possible alors que les distractions sont nombreuses. C'est un bon challenge mental que de rester tranquille, pas trop excité, dans des conditions de compétition. Les fois où je gagnais, c'est aussi lorsque j'ai pu capter l'énergie de la salle et du public, m'élever à leurs attentes. En solo, c'est différent, on doit canaliser la peur de la chute pour ne pas chuter, et donc rester en vie. ton tour ». Savoir réunir toute la concentration possible alors que les distractions sont nombreuses. C’est un bon challenge mental que de rester tranquille, pas trop excité, dans des conditions de compétition. Les fois où je gagnais, c’est aussi lorsque j’ai pu capter l’énergie de la salle et du public, m’élever à leurs attentes. En solo, c’est différent, on doit canaliser la peur de la chute pour ne pas chuter, et donc rester en vie. F : Pour revenir à ce que tu disais sur l’égoïsme du passionné : le solo ne serait-elle pas la pratique la plus : Pour revenir à ce que tu disais sur l'égoïsme du passionné : le solo ne serait-elle pas la pratique la plus égoïste qui soit ? égoïste qui soit ? L : Quand tu fais du solo devant les caméras, c’est clair que tu ne fais pas ça L : Quand tu fais du solo devant les caméras, c'est clair que tu ne fais pas ça pour être en communion avec la nature ou en contact avec toi-même. C'est du show et je n'aime pas cette approche. Il s'agit surtout de soigner leur image de marque. pour être en communion avec la nature ou en contact avec toi-même. C’est du show et je n’aime pas cette approche. Il s’agit surtout de soigner leur image de marque. F : Quand tes amis faisaient du solo au F. yuoilu faisaient du solo au Yosemite, il n’y avait pas de caméra, mais n’était-ce pas aussi pour épater Yosemite, il n'y avait pas de caméra, mais n'était-ce pas aussi pour épater les autres grimpeurs ? les autres arimneurs ? ) L : C’est sûr, ils faisaient aussi cela pour L : C'est sûr, ils faisaient aussi cela pour attester de leur courage, et pour avoir quelque chose à raconter le soir autour du feu ! À Intersection Rock (Joshua Tree), il y avait régulièrement John Bachar qui faisait du solo, toujours dans les mêmes voies et devant un maximum attester de leur courage, et pour avoir quelque chose à raconter le soir autour du feu ! À Intersection Rock (Joshua Tree), il y avait régulièrement John Bachar qui faisait du solo, toujours dans les mêmes voies et devant un maximum LynnHill lors de la première ascension à vue de Passage to insaney, Australie. LynnHill lors de la première ascension à vue de Passage to insanity, Australie. 23



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :