Escalade Mag n°8 nov/déc 2006
Escalade Mag n°8 nov/déc 2006
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°8 de nov/déc 2006

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Press'Evasion

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 52

  • Taille du fichier PDF : 28,1 Mo

  • Dans ce numéro : interview de Jacky Godoffe

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 36 - 37  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
36 37
entree Conclusion 36 ibre Texte : Hélias Millerioux Bleau : paradis en perdition ? L a forêt de Bleau tout entière souffre de problèmes mal visibles liés à notre société de plus en plus individualiste et peu intéressée par ces problèmes. Certains massifs, le Cuvier, Apremont ou les Trois Pignons, sont des chefs-d’oeuvre de l’escalade à Bleau, ils ont une histoire qui a contribué à construire la renommée de ce lieu extraordinaire unique au monde. Les blocs y sont mythiques, certains grimpeurs peuvent passer tout une vie à grimper sur les blocs du Cuvier. Ce qui est dommage dans cette histoire est que Bleau ne se limite pas à ces quelques massifs légendaires, mais est bien un terrain de jeu gigantesque où une vie ne suffit pas à un grimpeur pour connaître tous les blocs. Ces lieux sont victimes de leurs succès, on y voit de plus en plus de dégradations liées à la surfréquentation, ils ne peuvent plus absorber le nombre croissant de grimpeurs qui s’y retrouvent. À terme nous sommes en train de détruire ces massifs. À côté de ça, des massifs où règnent quiétude et tranquillité, meurent abandonnés ; les circuits se perdent, la mousse reprend ses droits, en attendant les promoteurs... Pourtant ils valent autant que les autres ; c’est à nous, grimpeurs, de dévoiler leur potentiel et de construire leurs légendes. C’est un des moyens de protéger notre patrimoine, je dis bien protéger notre patrimoine car celui-ci est bel et bien en danger. Il y a quelques années, les Trois Pignons et de nombreux lieux de la forêt ont échappé de justesse à l’urbanisation croissante. Tout n’a pas été sauvé, il suffit d’aller dans la vallée de L’Essonne pour voir les dégâts. En effet, il existe un peu partout dans la forêt, des vallons, des petits coins de paradis, des blocs d’utilité publique interdits d’accès à cause de l’accaparement par une minorité de ces lieux d’intérêt majeur. Une solution se présente à nous : donner de l’intérêt aux massifs en les valorisant. C’est seulement lorsque l’on se rend compte de l’intérêt qu’à un endroit qu’on se demande s’il faut le protéger. Il est sûr que si on disait aux grimpeurs que le Cuvier serait un jour domaine privé, un souffle de contestation se lèverait. Faisons de même avec les autres sites moins connus pour protéger cette forêt magnifique. Or, dans cette forêt, il y a beaucoup de consommateurs d’un simple produit qui n’en est pas un ; c’est pas une salle de mouving ! En échange, il existe peu d’acteurs agissant pour le bien-être de la forêt et de ceux qui l’aiment. Cela passe par l’entretien des circuits en zone peu parcourue. Parfois, lorsque l’on entend dire : « Je ne grimpe pas ici, c’est trop vert », ça dégoûte vraiment, alors qu’il suffirait de donner un coup de chiffon sur les blocs pour faire partir les feuilles mortes ou donner un coup de brosse sur les prises qui reverdissent ; ça prend quelques secondes et ne fatigue pas. En fait, la communauté grimpante est grave individualiste, nombriliste et consommatrice. J’entends de nombreux bloqueurs dire : « Moi, je fais du bloc, je partage avec mes potes le bloc, c’est une super activité, on se prend pas la tête et c’est trop bien ». Mais derrière leur parole, rien ! Ils pourrissent tout sur leur passage : magn, strap, papier en tout genre même oublié par inadvertance, et au final peu ramassent les pourritures des autres. Parfois il y aurait moyen de penser que dans cette forêt il y a beaucoup trop de cons. Mais c’est une vision beaucoup trop réductrice ; cette forêt est à nous tous, c’est un bien presque public, protégeons-la de toutes les agressions, faisons preuve de responsabilité. Nous formons une communauté qui partage un centre d’intérêt commun : l’escalade de bloc dans un espace magnifique. Alors respectons-le et investissonsnous pour lui. Adoptons un nouveau point de vue et devenons des acteurs de notre terrain de jeu au lieu de rester de simples consommateurs de ce que nos anciens ont bâti.
Fontainebleau - infos pratiques Par Où ? Fontainebleau se trouve à environ 70 km au sud-est de Paris. Autour de cette ville se répartissent les différents secteurs de bloc (environ une 100n pour une 15n de massifs). Quand ? On peut grimper toute l’année à Fontainebleau : l’été, l’adhérence est moindre mais on peut tout de même trouver des secteurs ombragés où l’escalade reste possible (et agréable). Le problème reste la pluie, assez fréquente dans la région. Heureusement, certains secteurs sèchent vite, en particulier quand le vent souffle. Un bon site pour la météo (précisant notamment les taux d’humidité) : www.pleinchamp.com Avec quoi ? En plus de votre paire de chaussons (affûtés car les prises de pieds peuvent être très délicates à charger !), pensez à prendre une brosse (brossez systématiquement avant et après votre passage dans un bloc), un paillasson et des chiffons (pour bien nettoyer la semelle de vos chaussons, indispensable ! !), du pof (à utiliser avec parcimonie, tout comme la magnésie, car cela dégrade le rocher). Enfin, un crash-pad est conseillé (possibilité d’en louer un à La Maison du grimpeur, à Paris -01 40 16 59 42-) mais ne dispense nullement d’une parade très attentive (toutes les infos sur www.zebloc.com/articles/parade/parade.php). La forêt de Fontainebleau étant très fréquenté or c’est un milieu très sensible. Pensez à ramener tous vos déchets (voir les autres !). Derrière les champs, le Paradis, invisible… Florent Wolff Dormir : L’idéal est de s’adresser à l’Office du Tourisme de Fontainebleau (01 60 74 99 99) ou de la Seineet-Marne (01 60 39 60 39). De nombreux gîtes sont également recensés sur www.grimporama.com/francais/bleau/bl_dorm.htm Web : Les site incontournables (topos, accès, photos, vidéos, actu…) : www.grimporama.com - www.xavier-langlois.com - www.bleau.info (7500 photos, 1000 vidéos, juste sur Bleau !) - www.bleau.org (avec, notamment, les topos détaillés du Paradis et de Videlles) - Et bien sûr www.escalademag.com avec les photos « bonus » de cet article ! Topos : La liste complète des topos est sur www.grimporama.com : de nombreux ouvrages sont disponibles à Paris, Au Vieux Campeur et à La Maison du grimpeur. En cas de pluie… : Direction l’une des salles d’escalade franciliennes : Bloc’age (au cœur de la forêt, 01 60 69 27 16), Mur Mur (Pantin ou Issy, 01 58 88 00 22), Antrebloc (Villejuif, 01 47 26 52 44) ou encore Le Nautile (Pontault Combault, 01 60 34 62 62). Vous pouvez aussi choisir de faire un peu de tourisme : célèbre château royal à Fontainebleau, fameuses galeries de l’école de Barbizon, la ville de Jean Cocteau (Milly-la-Forêt) ou bien sûr Paris… Bref, difficile de s’ennuyer ! Plus de photos sur www.escalademag.com 37



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :