Escalade Mag n°8 nov/déc 2006
Escalade Mag n°8 nov/déc 2006
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°8 de nov/déc 2006

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Press'Evasion

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 52

  • Taille du fichier PDF : 28,1 Mo

  • Dans ce numéro : interview de Jacky Godoffe

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 32 - 33  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
32 33
32ntree libre 4'y%. 4 Maeva Petiot dans un bloc au 1- r*• début du circuit du Rocher Saint-Germain. 4'4 r 4• I Texte : Ludovic Laurence - Photos : Florent Wolff Bleau Kids Project Cet article est une œuvre humanitaire et une action sociale. Par ces quelques mots, je vais, en toute modestie, sauver la vie de couple de certains ! Et oui, ces pages s’adressent à ceux qui n’ont pas le bonheur de partager leur passion de l’escalade avec leur moitié. Ceux qui doivent lutter pour obtenir la permission d’aller grimper le dimanche, dont la vie oscille entre moments de pur bonheur et compromissions absolues sous la forme d’après-midi consacrés à Ikea ou de sombres heures devant le Diable s’habille en Prana, euh, en Prada. Ceux qui, dans un dernier espoir tentent le : « Pourquoi ne viendrais-tu pas grimper avec nous » , et se voient crucifiés par un regard venimeux et une réponse lapidaire : « t’as perdu la boule ? Il fait 6°C, il faut marcher 1h, tout ça pour arriver dans un endroit glacial et venteux qui ne voit le soleil qu’au 15 août des années bissextiles. En plus, tu ne m’aides jamais, tu fais rien qu’à m’engueuler. » Voici, expliquée par le menu, la recette miracle pour changer votre ménagère revêche et escaladophobe en grimpeuse acharnée et grèsophile. Ôtez de votre esprit tous les mots qui pourraient l’effaroucher, tels que : falaise, marche d’approche, baudrier, dégaine, grimper en tête, plomb, et surtout, cessez de vouloir lui faire comprendre le concept de « force de choc ». Choisissez une belle après-midi ensoleillée, résignez-vous à ne pas tâter de rocher : consolez-vous à la pensée que vous êtes
Hugo Petiot au Rocher Saint-Germain. 44.• ap. en train d’investir. Munissez-vous d’une paire de chaussons (pointure de votre aimée +1, sachez que la gent féminine n’accepte de souffrir dans des escarpins à talon aiguille seulement 8h par jour pour aller bosser, et refusera de subir le même traitement pour grimper), d’un tapis (pas besoin de se traîner un pad, car la chute est peu probable, voire même peu souhaitable si on veut conserver une ambiance détendue) et d’un sac à pof. Sélectionnez un circuit enfant parmi les multiples existants dans la forêt, mais n’allez surtout pas lui révéler qu’il s’agit d’un parcours enfant ! Expliquez-lui que sont balisés des parcours dont la difficulté va croissant (l’analogie avec les pistes de ski peut être utile), et que le niveau débutant est blanc. S’ensuivent dans l’ordre jaune, orange, bleu, rouge, noir et blanc pour le très dur, mais n’ayez crainte, aucun risque de confusion n’est possible entre les deux circuits blancs. Ces parcours sont assez anciens, puisque cela fait plus de 30 ans que décision a été prise de ne plus en créer. Régulièrement, les bénévoles les retracent, car la peinture a tendance à s’effacer. Les avantages de ces circuits sont multiples : en dehors de l’absence quasi totale de marche d’approche (qui caractérise l’escalade bleausarde dans son ensemble), ces parcours sont très ludiques (passage dans des trous, des tunnels naturels, des couloirs, toboggans), d’une faible hauteur, et -faut-il le préciser ? - très faciles. En général, un circuit comprend entre 30 et 50 passages, et trouver le bloc suivant est aisé grâce à un fléchage discret mais efficace. Lors de la séance, qui devrait durer entre 1h30 et 3h, n’envisagez même pas de proposer des challenges du genre : boucler 50 blocs blancs en 1h, faire le circuit en courant, réussir les blocs sans les mains. Ne fixez pas d’objectif, ce qui vous permettra de féliciter votre poulain en fin de parcours, quel que soit le résultat : « Wahou, 5 blocs blancs, mais c’est super pour une première fois ! ». Soyez un minimum prévenant et attentionné, rassurez-là en la parant de près, et en l’aidant à faire les sauts de 80 cm parfois nécessaires pour redescendre des rochers. Faites une croix (la seule que vous ferez en cette si belle journée, qui aurait été parfaite pour aller taper quelques runs dans votre projet secret) sur les petites phrases telles que : - « Où est-ce qu’il faut que je mette le pied là ? - Au bout de ta jambe ma chérie, toujours au bout de ta jambe ! ». Ou encore : - « Je vais tomber, là, j’ai trop mal aux doigts, qu’est-ce qu’il faut que je faaasse ? » - « Mais monte les pieds au lieu de bourriner, bon sang ! ! Je te l’ai déjà dit mille fois, monte les pieds ! ». Ou encore : - « Je vais tomber, là, j'ai trop mal aux doigts, qu'est-ce qu'il faut que je faaasse ? » - « Mais monte les pieds au lieu de bourriner, bon sang il Je te l'ai déjà dit mille fois, monte les pieds Au contraire, ne mollissez pas sur le compliment : - « Super, mon amour, quelle méthode originale ! Je n’y avais même pas pensé ! » - « Tu es vraiment impressionnante, tu me fais penser parfois à Jérôme Meyer ». Au contraire, ne mollissez pas sur le compliment : - « Super, mon amour, quelle méthode originale I Je n'y avais même pas pensé I » - « Tu es vraiment impressionnante, tu me fais penser parfois à Jérôme Meyer ». Suivre tous ces conseils devrait conduire Dulcinée à vous faire déclarer dans la voiture : - « C’était vraiment trop trop bien » - « On pourrait revenir demain s’il fait beau » - « En combien de temps tu penses que j’arriverais au circuit rouge ? » - « Je vais pouvoir épater ma copine Yolande ce week-end, elle ne va pas en revenir que je vienne grimper avec vous ». Suivre tous ces conseils devrait conduire Dulcinée à vous faire déclarer dans la voiture : - « C'était vraiment trop trop bien » - « On pourrait revenir demain s'il fait beau » - « En combien de temps tu penses que j'arriverais au circuit rouge ? » - « Je vais pouvoir épater ma copine Yolande ce week-end, elle ne va pas en revenir que je vienne grimper avec vous ». Attention ! ! Ne vous relâchez pas sur la fin, un instant de décontraction peut tout faire capoter. Ravalez ce sourire moqueur satisfait qui vous démange, et répondez respectivement : - « Ça me fait plaisir que ça t’ait plu, mon cœur » - « Mais tout à fait, tout à fait » - « Oh, ben, en t’y mettant sérieusement, d’ici peu de temps » (cette réponse ne vous engage à rien, et vous garantit une fidélisation totale de la cible, alors que Attention ! ! Ne vous relâchez pas sur la fin, un instant de décontraction peut tout faire capoter. Ravalez ce sourire moqueur satisfait qui vous démange, et répondez respectivement : - « Ça me fait plaisir que ça t'ait plu, mon coeur » - « Mais tout à fait, tout à fait » - « Oh, ben, en t'y mettant sérieusement, d'ici peu de temps » (cette réponse ne vous engage à rien, et vous garantit une fidélisation totale de la cible, alors que 33



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :