Escalade Mag n°8 nov/déc 2006
Escalade Mag n°8 nov/déc 2006
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°8 de nov/déc 2006

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Press'Evasion

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 52

  • Taille du fichier PDF : 28,1 Mo

  • Dans ce numéro : interview de Jacky Godoffe

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 18 - 19  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
18 19
entree De Videlles au Paradis ibre F. Wolff 18 Blandine Mallet dans le 23 de l’Osange (orange-rose sur fond losange noir), sans nom (4+), Videlles. videlles : une randonnée vertigineuse suite A l’époque où la « grimpe » prenait ses titres de noblesse, il y a même eu un retournement de valeurs : la falaise équipée « béton » devenait un lieu sûr et, paradoxalement, par contraste, Bleau craignait un peu. Surtout que les performances montaient et devenaient exigeantes, y compris en virtuosité dans les chutes. On a inventé le pad. Sauf qu’à Videlles, je ne vois pas trop comment, parfois, on peut le disposer. Je préfère ne pas voir. Quoi qu’il en soit de ces controverses et de la diversification des disciplines, impensable de mon temps, il reste à l’évidence des passerelles de l’une à l’autre. Chaque sportif, si spécialisé soit-il, doit maîtriser le vide, c’est la donnée commune. On n’est jamais, me semble-t-il, dans le tout l’un tout l’autre, tout kamikaze ou tout aseptisé. Grimpeurs ou alpinistes passent souvent d’un terrain à l’autre à la fois pour savourer et maîtriser toutes les facettes de leur art. En tout état de cause, quand on débute avec le désir d’avoir une pratique de sportif et non de consommateur assisté, il faut apprendre à discerner les dangers et apprendre toutes les vraies façons de les maîtriser. Si l’on veut faire un vrai cadeau qui dure à un débutant, il vaut mieux lui apprendre à maîtriser le risque que de le trimballer en moulinette. Bon ! Ne soyons pas sectaires, disons l’un et l’autre, en alternance. Il doit bien exister aussi des gens désireux même de payer pour devenir autonomes. Peut-être que les enseignants professionnels de ces client-là trouveraient astucieux le circuit vertige de Videlles. Je serais assez fier qu’ils puissent s’en servir et heureux pour eux que les lois implacables du marché ne les contraignent pas à tenir, en l’aliénant, le client captif. Donc, vive Videlles. Mais qui va repeindre ? conclusion sportive Être ficelé par des mains expertes pour faire le yoyo au bout d’un fil ou le funiculaire de branche en branche, ce n’est ni de la grimpe (en tête, en libre, à vue), ni de l’alpinisme (si tu tombes, tu te tues). conclusion économique S’imaginer que des services touristiques d’un tel niveau de qualification et de responsabilité, même ouverts à la concurrence internationale, puissent être un jour au niveau du coût d’une excursion en autocar aux châteaux de la Loire, est une illusion publicitaire. Tout le monde devrait gagner à avoir au moins conscience des risques réels de ces activités mirifiques, forcément maîtrisées par quelqu’un quelque part.
F. Wolff Noëlle Millerioux dans le 23 de l’Osange (orange-rose sur fond losange noir), sans nom (4+), Videlles. 6 f JJ $ v 4.• 4 pr 2,.• -•. -• - 19



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :