Escalade Mag n°8 nov/déc 2006
Escalade Mag n°8 nov/déc 2006
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°8 de nov/déc 2006

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Press'Evasion

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 52

  • Taille du fichier PDF : 28,1 Mo

  • Dans ce numéro : interview de Jacky Godoffe

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
entree De Videlles au Paradis 14 ibre Un ami me dit : « - Alors que depuis des décennies, quelques nombrilistes qui se croient l’élite (d’un microcosme) passent son temps à se faire reluire, à coup de renvois d’ascenseur, d’une chronique à l’autre (sans parler des topos), - Que de jeunes égocentriques irrespectueux piétinent le passé à coup de mails conquérants. - Pendant que les naïfs « Christophe Colomb » s’adjugent à tour de bras les vestiges, qui jusque-là n’avaient pas mérité d’articles, voir de noms, de cette forêt qu’ils croient vierge... » N’aurions-nous pas fait tout cela que pour notre gloire, notre liste d’ouvreur ? Si ce n’était que pour le plaisir, peut être aurait-il mieux valu ne rien dire, laisser le massif retomber dans l’oubli après notre passage, pour être redécouvert pour leur plus grand plaisir par d’autres dans 10 ans... Car si l’on peut comprendre notre motivation et notre plaisir induit par celui de la découverte, assurément celui de l’entretien n’a pas le même attrait. Quand il ne s’agit que de donner un coup de chiffon pour enlever les feuilles mortes passe encore, trop peu le font, trop certains que cela se fait tout seul. Il faut déjà avoir un peu de pratique pour penser autrement, et que la motivation l’emporte. Ce n’est pas quand on débute l’escalade qu’on peut imaginer le temps passé par les bénévoles qui entretiennent inlassablement les massifs et circuits d’escalade. Quand la fréquentation devient suffisante l’entretien se fait à peu près tout seul, même dans les endroits les plus humides et glauques, comme à Beauvais Nainville depuis la réalisation du parking et de la décharge qui va avec et s’étend maintenant jusque dans les blocs… C’est pourtant écrit : « remportez vos déchets ». Les animaux sauvages éventrent et dispersent les poubelles, aucun service de voirie n’est assuré, qui payerait ? Les usagers du parking, payant ? Oui il faut un peu de conscience pour se sentir concerné et y mettre un peu de soi. Videlles, c’est vert, mais propre (mis à part les saligots qui oublient régulièrement leurs ordures et bouteilles de bière à l’emplacement du bivouac sur le plateau). S. Denys Le peuple EscaladeMag Hélias Millerioux alias « Chien fou » C videlles : une randonnée vertigineuse suite Ils doivent seulement savoir que le service qu’ils désirent ne peut pas être bon marché, au prix de l’équipement et du prestataire syndiqué. Dans le marché libre et non faussé, batifoler au-dessus du vide ne relèvera jamais d’un service d’intérêt général, alias public. Qu’on veuille goûter une fois telle ou telle activité à risque sur-encadrée est tout à fait compréhensible -j’aimerais bien moi-même un jour, avant le dernier grand plongeon, faire un saut en parachute, une descente en bathyscaphe dans les abysses, ou pourquoi pas un tour en satellite-. Autre chose est de gagner au loto pour s’offrir du tourisme de luxe en continu. Et c’était aussi ça l’idée générale de Videlles : pas trop cher SVP l’apprentissage de la maîtrise du risque en escalade. Car « la petite peur sans prendre le risque », comme disait Guido Magnone dans un dialogue avec Robert Paragot en 1972, c’est du luxe. De même que, pour les enfants, on avait tracé, adaptées à leur âge et dans le respect absolu de leur sécurité, des pistes d’escalade sur mesure pour qu’ils grimpent « autonomes et responsables » avec « pas plus de dangers ni de dangers plus grands que ceux inhérents à la plupart des activités sportives ou de plein air (qu’on leur propose) », à Videlles, j’avais tracé une piste enfants... Pour adultes. Vous n’avez pas été d’ailleurs sans remarquer qu’il y a parfois des adultes sur les pistes enfants, ce qui coupe court à la vieille argutie que l’escalade commence au 5 (ou au 4, ou au 6, selon le niveau de celui qui tient ce raisonnement)… Elle commence là où les gens se sentent capables de la pratiquer ; et s’ils ne se sentent jamais de leur vie en mesure de faire plus que du 2 inf, « chacun sa vie, chacun son destin. » et étudiant en deuxième année de STAPS à Orsay grimpe depuis l’age de 14 ans. Il ne renie pas pour autant le ski et surtout le surf, ses premières passions. Très investi dans la vie associative le club FSGT Grimpe 13 (Paris), il encadre les ados plusieurs jours par semaine, a sans cesse des projets dans la création de nouvelles voies. Il est aussi très apprécié pour sa vitalité, son inventivité, ses prises d’initiatives et sa bonne humeur. Particularité : récolte lui-même la résine sur les pins pour faire ses Pofs. Cet infatigable coureur de... Montagne est le compagnon idéal pour bûcheronner, découvrir de nouveaux blocs surfer sur les vagues dévaler les pentes poudreuses, et plus si affinités...
S. Denys Hélias Millerioux dans Olniak (7b+), Videlles. 15 111111



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :