Escalade Mag n°7 sep/oct 2006
Escalade Mag n°7 sep/oct 2006
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°7 de sep/oct 2006

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Press'Evasion

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 52

  • Taille du fichier PDF : 15,4 Mo

  • Dans ce numéro : cap sur la Corse.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 44 - 45  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
44 45
co grimpeur metit, épais, succincts, brillants, pas beaux ou au contraire très élaborés, non ce n'est pas ce.u-• l'Autre détail, il s'agirait du premiertopo en France (non ce n'est pas une fadaise où figure un 7a. On avai ainsi dépassé les limites humaines de performance et permis de faire évoluer les cotations vers le haut : on peut dire que cela a « changé le film » ! Quant à la redistribution des recettes de ces topos, environ 10% des bénéfices des ventes allaient aux auteurs et environ 90% à l'éditeur (dont je ne citerai pas le nom). En 1989, vue l'expansion de l'activité et sous l'impulsion de Daniel Gorgeon et Claude Barbier, le Conseil Général versa 1 500 000 francs sur 3 ans afin d'équiper/rééquiper des voies principalement dans les Calanques et payer pour la première fois des ouvreurs/équipeurs. En 1992 et après un an de travail, Bernard et Daniel Gorgeon (Président bénévole du CD13 pendant 17 ans !), C. Kem et B. Privat réalisèrent le premier topo fédéral des Calanques. Intérêt ? Les bénéfices répartis pour 40% aux auteurs (10% chacun), les remunérant de leur travail d'auteurs/distributeurs du topo et équipeurs. Aujourd'hui, la réalisation des topos des différentes falaises ne répond à aucune règle comme vous pouvez le constater dans le tableau ci-joint. Topo Calanques (éd.2004) Buoux Pays d'Aix/Vosges du Madagascar (éd.2004) Ste Victoire Sud (éd.2004) (éd.2002) (éd.2004) Auteurs Membres du CD13 Eric Garnier, Auteurs Membre du Auteur Auteur bénévoles : stagiaire indépendants, CAF, indépendant, FFME au bénévoles : D. bénévole : bénévole : moment de Gorgeon et P.Jacques Michel Piola. la Légier via Dreyer. réalisation. l'association Sud grimpe. Coût 30 € 20 € environ 22 € 22 € 13 € 15 € Répartition 50% auteurs et 50% au 100% à la 100% aux auteurs 50% au CAF 100% à l'auteur des CD13 dont 30% au FFME pour la (avec reversement qui redistribue qui fournit le bénéfices rééquipement et 20% maintenance pour l'équipement à la FFME si matériel pour le au fonctionnement de des sites. de la Ste Victoire). besoin et 500/0 développement la FFME. à l'auteur. des falaises. Presles (éd.2006) Par Cathy Jolibert (2/2) Topos, pour le meilleur ou pour le pire ? Petit, épais, succincts, brillants, pas beaux ou au contraire très élaborés, non ce n’est pas ce que vous pensez ! ? Dans les années 70, Jean-Paul Bouquier, cafiste de son état, réalise 3 tomes référençant les voies équipées sur la montagne de Cézanne à Aix-en-Provence : la Sainte Victoire. À partir de ces topos, Daniel et Bernard Gorgeon ainsi que Jacques Nosley, eurent envie d’aller explorer la contrée car ils venaient de loin : Marseille ! En découvrant le potentiel du lieu, ils équipèrent (du bas) des dizaines de nouvelles voies, suivis quelques temps plus tard par Christian Guyomard et Christian Hautcoeur ! Et en 1978, un premier topo de la Sainte Victoire (A. Lucchesi, B. Gorgeon,C. Guyomard) fût édité reprenant les anciennes ainsi que toutes les nouvelles voies ouvertes sur cette montagne. Un des auteurs, Alexis Lucchesi, comprit que ce petit livre, vu l’activité grandissante, allait représenter une manne pécuniaire bien intéressante ! Fait nouveau, il réalisa des schémas des voies à partir de photos ce qui représente un gros progrès dans la précision des descriptions et localisations de voies Aussi, d’autres topos comme « Escalade dans le massif des Calanques, Bougie- Melette et Walkyries » vit le jour le 1er trimestre de 1978. On y trouve les mêmes renseignements que dans les topos actuels mais aussi des infos plus originales comme pour la partie équipement où il est recommandé d’utiliser des bicoins, nuts, glogs, coinceurs afin de ne pas rajouter des pitons et ceci dans un but plus écologique : limiter la dégradation des voies. Aujourd’hui, la réalisation des topos des différentes falaises ne répond à aucune règle comme vous pouvez le constater dans le tableau ci-joint. 44 Autre détail, il s’agirait du premier topo en France (non ce n’est pas une fadaise !) où figure un 7a. On avait ainsi dépassé les limites humaines de performance et permis de faire évoluer les cotations vers le haut : on peut dire que cela a « changé le film » ! Quant à la redistribution des recettes de ces topos, environ 10% des bénéfices des ventes allaient aux auteurs et environ 90% à l’éditeur (dont je ne citerai pas le nom). En 1989, vue l’expansion de l’activité et sous l’impulsion de Daniel Gorgeon et Claude Barbier, le Conseil Général versa 1 500 000 francs sur 3 ans afin d’équiper/rééquiper des voies principalement dans les Calanques et payer pour la première fois des ouvreurs/équipeurs. En 1992 et après un an de travail, Bernard et Daniel Gorgeon (Président bénévole du CD13 pendant 17 ans !), C. Kern et B. Privat réalisèrent le premier topo fédéral des Calanques. Intérêt ? Les bénéfices répartis pour 40% aux auteurs (10% chacun), les rémunérant de leur travail d’auteurs/distributeurs du topo et équipeurs. indépendant, bénévole : Dominique Duhaut via l'association Promogrimpe. 10% à l'auteur et 90% à l'Association qui fourni du matériel pour l'équipement.
60% revinrent au CD13 de la FFME qui utilisa cet argent pour le paiement des équipeurs, des stages de l’équipe départementale jeune, l’équipement, l’organisation des compet’… Ce que l’on peut retenir c’est que les auteurs réalisent ces guides avant tout par passion car ils sont majoritairement bénévoles. De plus, un grand nombre d’entre eux a manifesté le fait que la réalisation d’un topo doit se faire par ou en collaboration avec les équipeurs du site, qui récupèrent ainsi une partie de l’argent investi, du temps et de la sueur. Par ailleurs, ce sont les personnes connaissant le mieux les voies. Aussi, un topo qui se respecte doit décrire l’intégralité des voies d’une falaise afin de ne pas frôler le « vade retro » topo commercial qui n’en présente qu’une sélection. Un collectif de défense des topos- guides lancé par Dominique Duhaut contre les publications pirates sur l’internet s’est formé afin de porter plus haut leur voix et défendre leur travail. Aujourd’hui, la vente des topos est un moyen indispensable pour financer l’équipement et l’entretien des voies. N’oublions pas que dans certaines régions, les Conseils Généraux, les associations et clubs de grimpeurs mais aussi les Comités Départementaux de la FFME co-financent pour une part plus ou moins importante le développement des falaises. L’erreur serait qu’un seul de ces groupes veuille bénéficier de cette ressource financière puisque chacun a son rôle à jouer pour le meilleur : l’intérêt du grimpeur ! A. Dautrey Mountain Wilderness fait évoluer son image. Dorénavant toutes les sections adoptent un logo unique. Nos revendications et nos actions n’en auront que plus de force. mountainwilderness france www.mountainwilderness.org



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :