Escalade Mag n°24 avril 2009
Escalade Mag n°24 avril 2009
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°24 de avril 2009

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Press'Evasion

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 52

  • Taille du fichier PDF : 10,2 Mo

  • Dans ce numéro : interview Olivier Marinx.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 24 - 25  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
24 25
entree Patrick fedeli et Clement Hilger à Sormiou, NTD, L7, 6b+ s 24 ibre Bernard Privat Bernard Privat Lui aussi n’est pas né de la dernière chute de Lui aussi n'est pas né de la dernière chute de neige à Marseille. Bernard est bien sûr, grimpeur passionné, mais également moniteur, ouvreur, équipeur. Il est un des acteurs principaux de tout ce qui concerne le développement de l'es- neige à Marseille. Bernard est bien sûr, grimpeur passionné, mais également moniteur, ouvreur, équipeur. Il est un des acteurs principaux de f I• r) artir d'en bas, du niveau zéro, là où la mer semble être un compagnon de cordée, puis, de longueurs en longueurs, s'élever, comme pour passer le relais au bleu du ciel. Tout ce qui se grimpe dans les Calanques ne part pas de l'eau, loin de là, mais la Méditerranée est vraiment omniprésente. Enfin, on est surpris aussi par l'immensité des lieux ! Il est clair que, pour grimper dans les Calanques, il ne faut pas être allergique à la marche. Mais qu'on se rassure : celle-ci n'est jamais monotone. Toutes les dix minutes, de nouvelles visions vous dilatent les pupilles... « Y'a une voie là-bas ? », « Et là ? », « Waow »... Une heure de marche pour qu'une dure réalité vous rattrape : une vie, ça ne suffira pas pour faire toutes les lignesL.. Pauvre de nous, peuple si faible... (Massilia Sound System) —maNcRe aux Goumsu bout de la route, les Goudes,.. C'est un décor lunaire, un chemin se torture au milieu des rochers et longe les parois sombres et austères. Oh putain, ça fait peur !... Mais enfin une brèche, ensoleillée et claire... Et alors là, sauvé... Les îles et le grand cap, y voir jusqu'à Toulon et les bateaux à voile qui filent vers En Vau... Face sud, en tee-shirt, rocher blanc et mer bleue... Les couleurs de l'OM... Lunettes obligatoires sur le toit et chaîne en or qui brille... Et même en plein hiver, te faire bronzer le steak et grimper torse nu. Là t'as les gouttes d'eau, là, la fissure à coincer, un coup de Mister Georges, 3 longueurs à grimper, un plateau romarin, là, le vent dans la gueule à ne pouvoir bouger, savourer les faces sud, 2 rappels au soleil, retrouver les chaussures, gros run à la descente, milieu des cabanons, boire une bière au camion... La vie reprend son cours, comme si de rien n'était... Un îlot de verdure tout à coté du monde Au maRcHe Du soLei'ij'étais un pêcheur, à la porte Saint Pierre, là, juste après Morgiou, j'aurais pris mes quartiers. Une petite marche tout au long de la mer, et puis après un col, passage de vestiges. On redescend vers l'eau, tout au bout du plateau... tout ce qui concerne le développement de l’escalade sur Marseille et ses Calanques. Président du calade sur Marseille et ses Calanques. Président du Bureau des Moniteurs des Calanques (BMC), Bernard s'occupe aussi très activement du mur d'escalade de la Boite A Grimpe (The B.A.G) et de ses formations fédérales. Bureau des Moniteurs des Calanques (BMC), Bernard s’occupe aussi très activement du mur d’escalade de la Boite A Grimpe (The B.A.G) et de ses formations fédérales. P artir d’en bas, du niveau zéro, là où la mer semble être un compagnon de cordée, puis, de longueurs en longueurs, s’élever, comme pour passer le relais au bleu du ciel. Tout ce qui se grimpe dans les Calanques ne part pas de l’eau, loin de là, mais la Méditerranée est vraiment omniprésente. Enfin, on est surpris aussi par l’immensité des lieux ! Il est clair que, pour grimper dans les Calanques, il ne faut pas être allergique à la marche. Mais qu’on se rassure : celle-ci n’est jamais monotone. Toutes les dix minutes, de nouvelles visions vous dilatent les pupilles… « Y’a une voie là-bas ? », « Et là ? », « Waow ! » … Une heure de marche pour qu’une dure réalité vous rattrape : une vie, ça ne suffira pas pour faire toutes les lignes !... Pauvre de nous, peuple si faible… (Massilia Sound System) Un dimanche aux Goudes A u bout de la route, les Goudes… C’est un décor lunaire, un chemin se torture au milieu des rochers et longe les parois sombres et austères. Oh putain, ça fait peur ! … Mais enfin une brèche, ensoleillée et claire… Et alors là, sauvé… Les îles et le grand cap, y voir jusqu’à Toulon et les bateaux à voile qui filent vers En Vau… Face sud, en tee-shirt, rocher blanc et mer bleue… Les couleurs de l’OM… Lunettes obligatoires sur le toit et chaîne en or qui brille… Et même en plein hiver, te faire bronzer le steak et grimper torse nu. Là t’as les gouttes d’eau, là, la fissure à coincer, un coup de Mister Georges, 3 longueurs à grimper, un plateau romarin, là, le vent dans la gueule à ne pouvoir bouger, savourer les faces sud, 2 rappels au soleil, retrouver les chaussures, gros run à la descente, milieu des cabanons, boire une bière au camion… La vie reprend son cours, comme si de rien n’était… Un îlot de verdure tout à coté du monde…... Au marché du soleil… S i j’étais un pêcheur, à la porte Saint Pierre, là, juste après Morgiou, j’aurais pris mes quartiers. Une petite marche tout au long de la mer, et puis après un col, passage de vestiges. On redescend vers l’eau, tout au bout du plateau… Richard Fontenay à Morgiou, la face au large, L5, 5cnfrail.diffleinre" s



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :