Escalade Mag n°22 jan/fév 2009
Escalade Mag n°22 jan/fév 2009
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°22 de jan/fév 2009

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Press'Evasion

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 52

  • Taille du fichier PDF : 13 Mo

  • Dans ce numéro : espace Vertical 3 Grenoble.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 34 - 35  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
34 35
Respect pour nos terrains de jeu ! ReSPeCT POUR NOS TeRRaiNs De Jeu ! EscaLaDeMaG iNsisTe SOUVENT SUR La NécessiTé De Respec- TeR L'eNviRONNeMeNT eT De LaiSSeR eN PaRTaNT Les FaLaises aussi PROPRES Que NOUS auRioNs aimé Les TROUVER ex aRRivaNT. Mais RespecTeR L'eNviRONNeMeNT, c'en aussi RespecTeR Le RocHeR eT Les voies exisTaNTes ; TOUTeS Les FORMES De pRaTiQue eT Les CHOIX Des OUVReURS. C eST La RAISON POUR LaGueLLe NOUS DONNONS La PaROLe à LioNeL CaTSOYaNNiS eT ANToiNe BaRsieR, GRiMPeURS à L'oRiGiNe DU PROJET D'escaLaDe « TRaDiTioNNene » à ANNOT. « A A u vu de récents événements qui se dé- «.M.roulent dans le Sud-Est de la France (à savoir : 1. l'équipement de nouvelles grandes voies sans aucune considération pour les itinéraires anciens déjà existant souvent ouverts du bas (Verdon, Aiglun, Teillon...) ; 2. l'équipement en spits de fissures qui jusqu'à présent se protégeaient sur coinceurs), nous avons ressenti le besoin de nous exprimer sur le sujet. 34 u vu de récents événements qui se déroulent dans le Sud-Est de la France (à savoir : 1. l’équipement de nouvelles grandes voies sans aucune considération pour les itinéraires anciens déjà existant souvent ouverts du bas (Verdon, Aiglun, Teillon…) ; 2. l’équipement en spits de fissures qui jusqu’à présent se protégeaient sur coinceurs), nous avons ressenti le besoin de nous exprimer sur le sujet. - - Ce phénomène est une véritable tendance mettant en péril une des facettes les plus nobles de notre activité : le « terrain d'aventure » ou plus généralement l'escalade non aseptisée. Ce phénomène est une véritable tendance mettant en péril une des facettes les plus nobles de notre activité : le « terrain d’aventure » ou plus généralement l’escalade non aseptisée. Antoine et Cyril dans une des récentes fissures d’Annot (6B) Antoine et Cyril dans une des récentes fissures d'Annot (6B) Texte et photos : Lionel Catsoyannis et Antoine Barbier La première démarche à entreprendre quand une idée d'équipement survient est (outre les démarches administratives) de consulter le topo (et ses multiples éditions) afin de savoir ce qui existe déjà sur la falaise. La deuxième démarche : aller faire ces voies afin de se rendre compte de la possibilité ou non de créer de nouveaux itinéraires. L a L'Texte et photos : Lionel Catsoyannis et Antoine Barbier première démarche à entreprendre quand une idée d’équipement survient est (outre les démarches administratives) de consulter le topo (et ses multiples éditions) afin de savoir ce qui existe déjà sur la falaise. La deuxième démarche : aller faire ces voies afin de se rendre compte de la possibilité ou non de créer de nouveaux itinéraires. D epuis toujours, le principe de « propriété intellectuelle » d’un ouvreur sur ses voies epuis toujours, le principe de « propriété intellectuelle » d'un ouvreur sur ses voies lui permet de choisir son mode d'ouverture et l'état dans lequel il propose sa voie aux futurs répétiteurs : ce fonctionnement a garanti la diversité de notre pratique mais aussi son évolution. N'est-il pas scandaleux de bafouer ce droit fondamental en allant équiper par-dessus une voie existante sans consulter l'ouvreur ? Un des grands défis de l'équipement réside justement dans le fait de trouver de nouvelles lignes, belles, faisables (du bas ou du haut) et sans interférer avec les autres voies. Nous avons aujourd'hui du matériel et des techniques qui nous permettent de réaliser facilement ce qui aurait été particulièrement compliqué par le passé. Pour autant, ces vieilles voies sont souvent de véritables et palpables témoignages de l'audace mais aussi du niveau technique de nos prédécesseurs. Comment des gens qui vivent au travers et pour l'escalade peuvent-ils ne pas considérer cela ? lui permet de choisir son mode d’ouverture et l’état dans lequel il propose sa voie aux futurs répétiteurs : ce fonctionnement a garanti la diversité de notre pratique mais aussi son évolution. N’est-il pas scandaleux de bafouer ce droit fondamental en allant équiper par-dessus une voie existante sans consulter l’ouvreur ? U n des grands défis de l’équipement réside justement dans le fait de trouver de nouvelles lignes, belles, faisables (du bas ou du haut) et sans interférer avec les autres voies. Nous avons aujourd’hui du matériel et des techniques qui nous permettent de réaliser facilement ce qui aurait été particulièrement compliqué par le passé. Pour autant, ces vieilles voies sont souvent de véritables et palpables témoignages de l’audace mais aussi du niveau technique de nos prédécesseurs. Comment des gens qui vivent au travers et pour l’escalade peuvent-ils ne pas considérer cela ? L es T 4es grimpeurs du passé étaient globale-'ment tous capables de planter des clous, d'évoluer en terrain délité, de s'envoyer dans des fissures banzaï, de rechercher un itinéraire, de faire des relais et d'interpréter un grimpeurs du passé étaient globalement tous capables de planter des clous, d’évoluer en terrain délité, de s’envoyer dans des fissures banzaï, de rechercher un itinéraire, de faire des relais et d’interpréter un L'avenir ? Alix Catsoyannis au pied d'El Capitan 1 topo. Ils ont presque tout inventé, qu’en est-il topo. Ils ont presque tout inventé, qu'en est-il aujourd'hui ? Si pendant un temps, faire de l'artif ou du bloc servait d'entraînement pour le but ultime qu'était l'alpinisme, une révolution fondamentale est survenue au cours de notre histoire. Les pratiques se sont diversifiées. Bloqueurs, artificiers, alpinistes, grimpeurs de pans, compétiteurs, falaisistes, n'ont plus les mêmes codes, ni le même matériel, mais ils évoluent sur le même terrain. Nos voisins (Italie, Espagne, Angleterre, Alemagne de l'Est...) ont réussi un compromis plus satisfaisant bien qu'ayant souvent un terrain de jeu moins étendu. Dans les massifs des Calanques et du Verdon, les voies de terrain d'aventure vraiment belles sont peu nombreuses ; faudra-t-il bientôt prendre l'avion pour placer des coinceurs ? Crtains penseront que tout cela est anecotique, mais si l'on adopte une vision d'ensemble, on constate la fréquence avec laquelle des voies sont régulièrement gâchées (chose d'autant plus dommageable qu'il reste peu de potentiel d'ouvertures traditionnelles dans nos massifs). Une facette de notre activité, probablement parmi les plus nobles, est donc bien mise à mal. Serons-nous assez intelligents pour dépasser Oies problèmes de personnes et permettre aux différentes activités que l'on appelle « Escalade » de s'épanouir en parallèle avec des éthiques différentes et un respect mutuel ? » aujourd’hui ? Si pendant un temps, faire de l’artif ou du bloc servait d’entraînement pour le but ultime qu’était l’alpinisme, une révolution fondamentale est survenue au cours de notre histoire. Les pratiques se sont diversifiées. Bloqueurs, artificiers, alpinistes, grimpeurs de pans, compétiteurs, falaisistes, n’ont plus les mêmes codes, ni le même matériel, mais ils évoluent sur le même terrain. N os voisins (Italie, Espagne, Angleterre, Allemagne de l’Est…) ont réussi un compromis plus satisfaisant bien qu’ayant souvent un terrain de jeu moins étendu. Dans les massifs des Calanques et du Verdon, les voies de terrain d’aventure vraiment belles sont peu nombreuses ; faudra-t-il bientôt prendre l’avion pour placer des coinceurs ? C ertains penseront que tout cela est anecdotique, mais si l’on adopte une vision d’ensemble, on constate la fréquence avec laquelle des voies sont régulièrement gâchées (chose d’autant plus dommageable qu’il reste peu de potentiel d’ouvertures traditionnelles dans nos massifs). Une facette de notre activité, probablement parmi les plus nobles, est donc bien mise à mal. S erons-nous renforcez votre lien avec la nature sur www.climbing-attitude.org assez intelligents pour dépasser les problèmes de personnes et permettre aux différentes activités que l’on appelle « Escalade » de s’épanouir en parallèle avec des éthiques différentes et un respect mutuel ? » El L’avenir ? Alix Catsoyannis au pied d’El Capitan ! retrouvez l'intégralité du texte sur www.escalademag.com retrouvez l’intégralité du texte sur www.escalademag.com
Site d'escalade tous niveaux ? Les actions de Climbing Attitude en 2008 Climbing Attitude est une initiative en faveur de la préservation du libre accès aux sites d'escalade. Tout au long de l'année, divers clean-up deys et campagnes de sensibilisations sont organisés par les membres actifs. Climbing Attitude s'engage, à participer de manière active à ces différentes actions, notamment en fournissant des gants et des sacs poubelles pour les journées de nettoyage des falaises. Des dates sont déjà programmées pour mener ces actions auxquelles Climbing Attitude apportera tout son soutien. Plus d'infos sur www.climbing-attitude.org L'avenir de l'escalade nous concerne tous, adhérez à Climbing Attitude. EscaladeMag, partenaire de Climbing Attitude www.climbing-attitude.org



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :