Escalade Mag n°2 nov/déc 2005
Escalade Mag n°2 nov/déc 2005
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2 de nov/déc 2005

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Press'Evasion

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 48

  • Taille du fichier PDF : 7,8 Mo

  • Dans ce numéro : au pays du grés rose.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
trip TripAu pays 8 du grès rose
0H El Z 10 4 E El J J 4 Au pays du grès rose Par Florent Wolff Photos yanncorby Vos amis, décidemment, ne vous comprennent pas : cela fait la troisième fois que vous refusez un trip dans des contrées reculées, exotiques. Pour la Thaïlande, vous vous étiez facilement couverts par votre haine immodérée du soleil et de son plus désagréable avatar, la chaleur. Pour l’Afrique du Sud, l’idée de casser votre tirelire pour côtoyer un mois durant des bestioles velues, verdâtres et véloces, ne vous avait pas semblé être l’idée du siècle. Mais cette fois-ci, les bornes sont dépassées : refuser l’Ouest Américain en plein Automne, alors même que vous croulez sous le temps et l’argent (admettez qu’il est rare de disposer des deux denrées en même temps) semble relever de la plus triste inconséquence, ou de votre goût agaçant de la contestation. En tout cas, digne rochassier que vous êtes, vous n’échapperez pas à une justification précise, sans quoi vos dévoués acolytes de cordée vous rayeront une fois pour toutes de leur répertoire téléphonique. Conscient de l’enjeu, armé de votre plus séduisante parole, vous vous décidez à révéler votre paradis minéral, celui auquel vous vouez un culte acharné depuis une décennie... Passés quelques éclats de rires, forcément blessants mais finalement révélateurs d’une certaine inculture, vos anciens amis vous aboient quelques moqueries : « le sable, on l’préfère sur la plages que dans les voies... La mousse, dans la bouche plutôt qu’sous nos paluches... La pression, derrière les zincs plutôt qu’entre les clous... Et puis, un pas de bloc après vingt mètres bouseux, y’a que les British pour aimer tel poudingue ! ». Vile logorrhée ! Comme si aviez pu consacrer 500 de vos week-ends à un rocher ingrat, où seraient plantées quelques voies crasseuses et expos ! Vous leur rétorquez que la majorité des falaises de votre éden du galet est désormais javellisée, reluisante à souhait. Et si jamais, insaisissable miracle (sic), vous vous retrouviez dans une de ces voies si honteusement décriées, sachez apprécier cette trop rare expérience des limites : ô douce joie de charger un galet incertain entre deux clous rouillés lointainement posés dans l’ivresse par un équipeur avare. Subtil assortiment, si loin des voies aseptisées où le naturel, comme le charme, devient évanescent. Osez quitter votre salle, réveiller une curiosité endormie par un excès de résine (...), et venez tâter cette oasis rougeoyant, Olympe lichéneux du mouvement. Quant à la faune « humaine », d’apparence hirsute et peu loquace, plus rompue aux rasades brassicoles et aux vaches courtes qu’aux compétitions et aux corsaires Prana, elle se montre accueillante, mais d’un accueil pointilleux. Avec un minimum de discrétion (modération du volume sonore de votre désespoir quand vous foirez un essai, et la primeur de vos encouragements pour les vrais essais –rappelez-vous que la moulinette n’est jamais que du travail-), vous saurez apprivoiser quelques-uns de ces ours enivrés. Ils vous livreront, par un rictus grommelant, les folles méthodes de ce crux. À gauche : Aurélien Procureur dans « déversé satanique » (7b) À droite : Christelle Branca dans « le diable » (6b) Claire Niederlender dans Laouni (6a) 9



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :