Escalade Mag n°2 nov/déc 2005
Escalade Mag n°2 nov/déc 2005
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2 de nov/déc 2005

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Press'Evasion

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 48

  • Taille du fichier PDF : 7,8 Mo

  • Dans ce numéro : au pays du grés rose.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
Coup de gueule Par Loïc Didion. Lorsque l’on parle de système de cotations en bloc, on pense tout de suite à la référence, la Mecque : Fontainebleau, où depuis plus de 50 ans, on se balade sur les blocs. Oui mais il n’empêche que ce système est basé sur celui de la falaise. Or, le bloc n’a rien à voir avec la falaise : on utilise des pads et pas de corde ni de dégaine, on ne se fait plus assurer mais parer. Je défie tout grimpeur qui ne connaît pas le bloc et qui fait du 6b à vue en falaise régulièrement d’aller faire les 6b de Bleau à vue dés sa première sortie. Tout comme l’artif qui dispose de son propre système de cotation (cotée de A0 à A5), le bloc mérite le sien.Vincent Albrand dans son article, écrit en 2001 dans un autre magazine d’escalade, proposait un nouveau système de cotation en bloc. Celui utilisé à Annot par les ouvreurs qui avaient peu eu l’occasion de grimper à Bleau, c’est pourquoi ils ont préféré ne pas calquer leurs façons de coter sur le modèle Bleausard. Basé sur le système B (pour Bloc), ce système est simple : B1 pour bloc de niveau 1, B2 pour bloc de niveau 2 et ainsi de suite jusqu’à B15. Pourtant, le système de cotation employé dans les spots plus récents est souvent calqué sur celui de Bleau, parce que, fort de ses 10000 passages, il occupe le devant de la scène depuis plusieurs dizaines d’années. Mais comment coter un site de granit du fin fond de l’Espagne sur le même barème que celui de Bleau ? Des locaux qui ne grimpent que très rarement sur les blocs Bellifontains sont ils capables de coter sur ce modèle ? Non, ils se basent sur ce qu’ils connaissent : les falaises du coin. Et au bout du compte, quelle similitude existe-t-il entre ses deux spots ? A mon avis aucune. Il arrive que cela mène à des aberrations monumentales qui conduisent à des surprises du genre : je fais le 7c en deux essais mais le 6b me pose un réel embarras ou, à l’inverse, des passages sous cotés du style : le 6b est une échelle. Et le plus mythique, c’est qu’on en vient à une telle incohérence qu’il fleurit des cotations de l’au-delà dans des coins isolés, là où personne n’ira vérifier la véracité du problème mais là où les photographes régalent les sponsors lorsque les stars font les croix. Autrefois les grimpeurs médiatisés avaient plus de charisme, ils savaient prendre position sur les problèmes d’éthique ou de cohérence entre les cotations des différents sites et styles de grimpe. Mais aujourd’hui, c’est certainement plus glorifiant de passer dans les mags dans un 8b bloc que dans un B15. Avec l’arrivée d’Annot, les locaux ont espérés naïvement un changement radical de la cotation en bloc, prendre un virage et se démarquer de la falaise. C’est dans l’évolution logique des choses. Mais visiblement personne ne suit. 6 Lc collcyc Saint-Ro d la.F,QNDATION D'AUTEUIL ecruilt etiim GCPr. 05.63,04,5016 Roch 82390DLII Irm1L.1C-Apelettee. I•.• lI FONDATION i k.141 D'AUTEUIL I ki5tiebisti.kffi411041110P4 11tiel
Une norme pour simplifier la vie des professionnels du loisir vertical Enfin un décret qui clarifie les conditions d’utilisation et de location des EPI dans les loisirs. Et l’Afnor* créa la norme ! Une vraie révolution pour tous ceux qui mettent à disposition des Equipements de Protection Individuelle (EPI) - tel que les Brevet d’Etat, les Guides de haute montagne, les responsables de Structure Artifi cielles d’Escalade, de parce aventure, les loueurs de via ferratta - dans un monde où les sports de pleine nature (escalade, alpinisme, spéléologie, parc aventure, etc.) attirent de plus en plus de pratiquants. Comment en est-on arrivé là ? Au commencement, il y avait une certaine diffi culté pour composer avec un code du travail jugé trop étroit. Une incongruité juridique qui interdisait ainsi à toute personne de profi ter légalement de la mise à disposition des EPI, que ce soit en prêt ou location. Un vrai casse-tête incompatible avec la réalité de la pratique sportive. Ainsi, pour rester dans un cadre légal, les sportifs devaient-il eux-mêmes acquérir leur propre EPI (cordes et harnais) ! Un comble aux confins du ridicule qui, dans cette situation tuait littéralement l’esprit de la discipline ! Heureusement, la forte mobilisation des organes d’autorité dont la FIFAS (Fédération des Industries Françaises des Activités Sportive) et la FFME (Fédération Française de la Montagne et de l’Escalade) a contribué à instaurer un environnement juridique viable et clair. Ces derniers, via le décret 2004 249, ont ainsi diligenté l’Afnor afi n qu’elle réalise une norme, précisant notamment les méthodes de gestion (identifi cation, contrôle et suivi) et les rapports entre le propriétaire et l’utilisateur. Cette norme, XP S72-701, présente donc de sérieux avantages. Elle permet d’abord à son propriétaire, en cas de dommages, de toujours présenter des présomptions favorables. Auparavant, c’était un juge qui détenait cette faculté d’interprétation du décret (fréquence et type de contrôle, qualifi cation du contrôleur). Aujourd’hui, c’est à la norme XP S72-701 qu’incombe cette tâche. Ce qui assouplit d’autant plus les contraintes pour la gestion des EPI. Enfin, cette norme, conçue par des professionnels, présente un ultime avantage qui se rapporte à la durée de vie d’un EPI. Il appartient au fabriquant de la déterminer sur la notice d’emploi. Si le décret est obligatoire, la norme, elle, n’impose rien et responsabilise chacun quant à ses obligations et ses devoirs à l’égard de la communauté. Finalement, ce décret rend plus crédible ce milieu et va générer de nouveaux emplois. Tout le monde va forcément y trouver son compte. Ce qui est tout à fait NORM... al, car elle rend service à tous. Cette nouvelle réglementation est donc tout sauf contraignante. Alors, à vos cordes et harnais, prêts, grimpez ! René Zyserman *Association française de normalisation I... 7,



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :