Escalade Mag n°18 mai/jun 2008
Escalade Mag n°18 mai/jun 2008
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°18 de mai/jun 2008

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Press'Evasion

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 52

  • Taille du fichier PDF : 23,3 Mo

  • Dans ce numéro : interview de Josune Bereziartu et Rikardo Otegui.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 42 - 43  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
42 43
C.Ot) f—if-nr=) Texte : Étienne Motti - Photos : Sam Bié 4#4 er Une plongée dans (l'histoire) des gorges « 'nye regOms. muées sarent meseitÇe mes ortee4 est-ce fraye eloCteur ? » - « Cela dépend », repondrait prudemment un toubib tant soit peu circonspect. Mais cette situation est tout à fait normale pour qui s'amuse à escalader des parois dans les gorges du Verdon et ceci indépendamment de son degré de schizophrénie. Ces parois sont entaillées dans une roche calcaire fine et dure, qui n'aurait pas jailli toute farte du sein de la terre, mais se serait lentement constituée on ne sait comment au cours des temps dits immémoriaux. Mais une formulation si prudente n'est pas de mise car la formation de ces roches sédimentaires s'est effectuée dans des conditions relativement connues et assez bien repérées dans le temps. L'escaladeur posera ses doigts sur des roches constituées régionalement par la lente accumulation au fond de la mer de sédiments qui se sont compactés, par la construction progressive de récifs coralliens, par la suite plus ou moins enfouis ou entrelardés de sédiments, par des arrivées d'apports continentaux fins et plus ou moins sporadiques. Localement, la roche sera plus hétérogène ou bien plus homogène, selon que sa genèse s'est effectuée sans grandes modifications du milieu. C'est le cas d'un site d'escalade. Sédimentation, construction, compaction, transformation en roche (diagenèse fait plus sérieux)... Tout cela ne s'est pas fait en une journée, fut-elle biblique. Bref, notre grimpeur voyagera donc dans le temps, remontant ou descendant le cours d'icelui en fonction des aléas de son ahanante progression verticale. Progression qui 42 lui permettra d'admirer un calcaire magnifique, exceptionnel par sa finesse, sa beauté et sa solidité et quasi-absence de parties « pourries ». En effet, une coriace patine grise recouvre la roche qui, généralement de teinte claire, présente aussi des colorations différentes (noirâtres, rougeâtres) en fonction des métaux oxydés qu'elle contient (manganèse, fer, cuivre). Les terrains sédimentaires entaillés en gorges par le Verdon (et ses tributaires) se sont peu à peu constitués au fond d'une très vieille mer qui bordait un très vieux continent dont les contours alors ne laissaient guère deviner ceux de notre beau pays. Posons quelques jalons sans pour autant détailler les milliards d'années de l'histoire de la Terre. Maxime Philibert dans Par ici la sortie (3b), Rive gauche du Verdon. Rive gauche du Verdon. Laissant de côté une longue succession de tohu-bohu entrecoupés de périodes calmes (généralement considérées comme telles par manque de données), d'alternances de jaillissement de la vie (à l'échelle de millions d'années, restons lents) et de son anéantissement lors d'extinctions, nous arrivons à une époque éloignée de nous de quelques 160 - 150 millions d'années, en plein Jurassique. Oui, les dinosaures sont là et depuis au moins 40 millions d'années et s'épanouissent sur les continents. Le continent unique, la Pangée, a commencé à se subdiviser en Gondwana et Laurasia 50 millions d'années plus tôt (plus ou moins quelques millions selon les critères des spécialistes). L'océan unique, le Panthalassa, a aussi commencé à se diversifier et, dans la partie qui nous concerne, s'appelle la Thétis. Cette mer, qui forme en son giron le futur des gorges du Verdon, est considérée comme plutôt chaude et plutôt pas très profonde... Globalement, car son avatar a duré des millions et des millions d'années. Dans cette mer flottaient, nageaient et finissaient par couler des tas de choses, vivantes ou non : micro-organismes, planctons, poissons et autres créatures, pas tellement différentes en fin de compte de celles qui flottent et nagent de nos jours (mais sans les sous-produits de l'existence du Roi de la Création : Homo sapiens sapiens). Un voyageur temporel y verrait des poissons finalement pas terriblement différents des « nôtres », pris en chasse par des requins coucicouça, des céphalopodes parfois un peu bizarroïdes, mais pas tellement plus que les nautiles ou certains poulpes ou calamars, des ichtyosaures, de gros prédateurs adaptés à leurs proies ou vice-versa... Ah oui, il y avait les fameuses ammonites, dont certaines au nom évocateur de Hoplites progenitor ou Perisphincter contiguus, ou Oppelia lithographica, au nom moins inconvenant.
Tout ce qui est en haut finit généralement par descendre et pendant des siècles et des siècles s'épaississait la couverture sédimentaire des fonds. Sous son poids, La masse des sédiments se compactait peu à peu, un peu comme les mètres de neige qui deviennent des centimètres de glace. Bref, une roche sédimentaire se formait lentement. Cette sédimentation était majoritairement calcaire. Mais le Verdon n'a pas entaillé en gorges que des calcaires « purs ». En effet, des cours d'eau transportaient des apports continentaux. Ces derniers variant en fonction de la nature et de la force de l'érosion, elle-même dépendante des terrains émergés, de leur couvert végétal, des minéraux et minerais érodés ou dissous... Enfin, cette sédimentation s'est déroulée sur des temps suffisamment longs pour qu'ait varié la profondeur de la mer en un point donné et son niveau relativement aux terres émergées et la découpe des rivages. Il y a des noms savants pour tous ces phénomènes, comme mouvement des plaques tectoniques, orogénèse, transgressions, régressions, biostasie ou rhexistasie, lixiviation... Une bonne façon de « visualiser » la complexité de ces phénomènes géologiques ? Bien allongé dans une baignoire raisonnablement pleine, modifier par petites touches sa position et faire varier le niveau de l'eau. Les variations des limites et contours des « rivages » lorsque émergent ou disparaissent plus ou moins panse et autres parties anatomiques, illustrent bien ce qui se passe ainsi que la relativité des notions de variation de niveau marin lors des transgressions et régressions. Bon, pendant des millions d'années durant cette Ère secondaire (mésozoïque, pour faire sérieux) les sédiments se sont accumulés, se sont compactés sous leur propre poids, les coraux ont bâti leurs récifs, ont prospéré, ont péri, les continents ont bougé, les lignes de rivage Et au milieu coule une rivière. ont changé de places la mer se retirait ici et progressait là... Les apports continentaux arrivaient ici et là, plus ou moins fins, plus ou moins « chargés » chimiquement... Des bestioles ont évolué, se sont éteintes pour être remplacées par d'autres... Faisons un grand saut temporel pour rejoindre notre époque. Les roches sédimentaires formées au cours du Jurassique, ont émergé, ont « pris de la hauteur », entraîné dans les péripéties de la formation de la chaîne alpine, elle, retombée de la collision des plaques africaine et européenne. Ces mouvements ont contribué à malmener ici et là les anciens sédiments que leur transformation en roches calcaires compactes avait privé de toute souplesse. Cassures, fractures, failles constituaient des zones sensibles à l'érosion. Au cours du Quaternaire (depuis, en gros, deux millions d'années), les variations de niveau de la Méditerranées ont doté à certaines périodes les cours d'eau d'un formidable pouvoir de creusement et de récurage. Il est donc parfaitement normal, quoique peu habituel, que 3 millions d'années séparent les doigts des orteils du grimpeur. Auquel nous souhaitons de tout coeur, quel le que soit la beauté du site, de ne jamais remonter le temps de 100 millions d'années en 2 ou 3 secondes... sWalker I 4208 m climbing Eigerwand I 3970 m simond.com Ben Nevis I 1344 m K2 I 8611 m Cerro Torre I 3102 m www.thuria.com - Photos : Thiébaut - Corel



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :