Escalade Mag n°16 mars 2008
Escalade Mag n°16 mars 2008
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°16 de mars 2008

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Press'Evasion

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 52

  • Taille du fichier PDF : 28,2 Mo

  • Dans ce numéro : Millau et Jonte.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 24 - 25  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
24 25
nterview dessins d'artiste. Sa grimpe était en avance sur son temps, fluide, rapide et dynamique alors que tout le monde serrait les fesses dans les dalles. Je me souviens de l'un de ses premiers conseils quand je patinais dans les 7a à Saint Bauzille de Montmel : « tu grizapea bien mais tu fait trop de bruit avec tes pieds, quand tu ne les entendras plus, c'est que tu grimperas encore mieux I » Et ça m'est resté et m'a aidé à commencer à m'appliquer ! Ce que j'aimais par-dessus tout chez Pierre, c'était sa convivialité avec les gens qu'il appréciait et à la fois son goût pour ceux avec qui il s'engueulait. Il adorait pousser des coups de gueule parfois un peu extrémistes, mais qui avaient toujours le mérite de créer des débats. Il a toujours eu besoin d'un cheval de bataille : si ce n'était pas les topos photocopiés, c'était les traits de magnésie... C'était un personnage assez radical et engagé, et pour ça je le respecte énormément. On a tous été très triste de sa disparition, mais heureusement son énergie voyage toujours avec ceux qui l'ont aimé. Tu sembles de plus en plus motivé par la vidéo et la réalisation de films : cela supplante t-il ta passion pour l'équipement (voire pour la grimpe) ? C'est vrai qu'aujourd'hui le travail sur les films d'escalade me prend du temps que je pourrais passer sur le caillou. Ce n'est pas toujours évident à supporter, car en plus j'étais hyper réfractaire aux ordi quand j'étais ado, à l'école, je refusais de les toucher ! J'ai évolué, mais parfois ça me fait bizarre et je me demande ce que je fous derrière l'ordi alors qu'il fait grand bleu et que ça colle au soleil ! Mais bon j'aimerais arriver à vivre de ce job, alors je m'accroche et fais mon maximum pour y arriver en y passant du temps pour progresser et sortir des films motivants et intéressants. Si je ne sentais pas les gens enthousiastes et les encouragements autour de moi, j'arrêterais de suite. Je sens que je peux faire de belles choses alors ça m'excite et j'ai des projets et des portes qui s'ouvrent autour de moi ; je vais peut-être enfin faire un vrai travail (rires) 1 Grimper et équiper restent mes premières passions même si j'ai besoin de m'ouvrir -à d'autres choses. Peux-tu nous parler de ton projet de film ? En ce moment je bosse comme un ouf pour terminer mon prochain DVD « The fanatic Search ». Même si j'en ai déjà sorti deux autres, je considère que celui-ci sera vraiment le premier ; les deux autres je les ai fait pour moi, pour jouer, sans trop penser les vendre. Au final, j'en ai vendu quelques-uns qui ont plu et ça m'a donné envie de m'y mettre vraiment. Là c'est différent : je vais sortir un film qui est vraiment pensé pour être présenté au public, avec des images d'escalade et de nature de grande qualité, et comme fil conducteur une analyse et une réflexion sur le fanatisme de notre sport, les grimpeurs évoluant dans leur vie de tous les jours. J'ai un bon contenu et je suis bien excité pour ce film ! Presque tout se déroule en Espagne. En gros ça va commencer par la séquence « psikofanatics », un mois de trip à Mallorca pour passer en revue les meilleurs spots de psicobloc, avec beaucoup de grimpeurs, ensuite il y a deux portraits des grimpeurs espagnols Dani Andrada et Mariona Marti qui se dessinent au fil des séquences variées qui suivent, à Montsant, Margalef, Rodellar, Siurana, Santa Linya... Beaucoup d'images de Chris Sharma, avec un des moments forts du film, le travail et l'enchaînement de Novena enmienda ; une séquence sur les kids espagnols, suivi d'une réflexion sur les nouvelles générations avec quelques images d'Adam Ondra dans La Rambla et les réactions des grimpeurs. Il y aura aussi des extras de kitesurf, du bloc aux Canaries, du VTT tracté par des huskies et des scènes de vie avec quelques ratés... Je pense présenter au moins 2h de vidéos. Bref, il y a du contenu, ça me prend du temps, mais je pense que ça en vaut le coup. Laurent équipe la voie ultime de 80 m I à Kalymnos (Grèce). Tu veux devenir le « Josh Lowel » français I Si je pouvais avoir son talent, son sens marketing et aussi sa carte bleue, je ne dirais pas non... Même si son travail et son talent m'inspirent beaucoup, je crois qu'on est vraiment pas du même monde. Je fais des films avec des budgets de 0 € qui tiennent quand même la route. Bon, j'ai maintenant au moins investi dans un bon ordi et une bonne caméra qui m'ont coûté une quarantaine de canyons. Quand je vois la machine qu'ils arrivent à mettre en place pour le lancement de « King Lines », la tournée que se tape Chris, la communication, les chiffres de vente... À côté de ce businessman je me sens vraiment tout petit Si j'avais les moyens de BigUp, ça serait encore autre chose ! En plus, je fais tout tout seul de A à Z, eux ils peuvent se permettre de payer des gens pour filmer, faire la musique... Mais bon, il l'a mérité, il a commencé de rien et a bâti son expérience et sa renommée avec le temps, il n'y a rien à redire... Chris me dit que je pourrais faire pareil, que j'en ai les capacités, on verra bien. Par contre, je ne cherche pas à copier, et si j'utilise aussi pas mal d'images de Chris Sharma dans mes films, c'est par hasard ! On est potes, nos petites amies habitent à côté, on grimpe en Espagne sur les mêmes spots et il envoie ! On me voit aussi grimper à Es pontas dans un 8a+ de Chris, ça fait longtemps que je veux mettre en scène quelque chose sur cette arche, j'ai déjà été assez frustré de ne pas avoir eu le droit de filmer Chris quand il essayait sa voie dure, BigUp s'était accaparé le truc alors qu'on y grimpait depuis un moment ! Peu importe,
je ne ferai jamais mieux en essayant de copier. Je préfère essayer de dégager de mes films ce dont pourquoi je pense être bon, c'est à dire capter des moments « live » d'escalade ou de vie avec un ceil de grimpeur, bien de l'intérieur, me fondre dans la vie des gens que je met en scène. Ensuite, même si certains effets sont classes, je ne suis pas le roi d'After Effect et je préfère laisser des images bien naturelles avec de belles lumières. Ton site commence par un slogan bien connu : « quitte ton boulot et va grimper ! » Comment tu t'en sors économiquement ? Bin, c'est un peu ce dont parle mon prochain film. Comme beaucoup d'autres grimpeurs « fanaticos » qui ont dédié leurs vies à l'escalade, la priorité essentielle pour me sentir lien dans ma peau et être heureux, c'est d'avoir du temps tour grimper. Cela signifie un minimum de temps de travail au prix d'un confort matériel très modeste, une sécurité financière inexistante, et quelques coups durs... Et après avoir rencontré un tas de « fanaticos » dans ma vie de grimpeur, je me rends compte qu'on est tous plus ou moins dans la même situation, je veux dire ceux qui escaladent en falaise au moins 4 jours par semaine ; et même les stars comme Dave Graham ou Dani Andrada, il y a toujours un moment de l'année ou les sponsors ne les ont pas payés et ou ils se retrouvent à découvert I C'est hallucinant, le grimpeur fanatique n'est pas riche, c'est un constat. Après je ne me plains pas, j'ai choisi et j'assume cette vie, il y a aussi largement beaucoup plus pauvre... En gros je fais l'année avec 8000 €, je travaille deux mois d'été comme un taré à faire le guide de Canyoning dans les hautes pyrénnées, et depuis deux ans je fais des petits jobs vidéo pendant l'hiver. J'en ai parfois un peu marre de me retrouver à galérer financièrement et c'est aussi pour ça que je consacre plus de temps à m'investir dans le travail vidéo. Pour mon dernier film, c'est la première fois que je consacre autant de temps à penser, filmer, monter quelque chose, je pense que ça va être pas mal... Quel message veux-tu adresser aux lecteurs d'EscaladeMag qui vont venir grimper autour de Millau ? Faites vous plaisir et respectez ce lieu, vous allez avoir un aperçu de votre place au paradis ! Er feauStone cieorque 2 11 France ! eléCOUVreZ + de UV ireeCivaes prises accessoires sur, caus toner B uSione i Stene ku



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :