Escalade Mag n°15 jan/fév 2008
Escalade Mag n°15 jan/fév 2008
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°15 de jan/fév 2008

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Press'Evasion

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 52

  • Taille du fichier PDF : 15,9 Mo

  • Dans ce numéro : bloc en Corse.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 24 - 25  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
24 25
Mike Hillnterview t 24 Ton plus beau souvenir ? L’escalade m’en a offert tellement… Je retiendrai l’enchaînement d’Es Pontas et mon séjour au Japon après Biographie. Pendant deux mois, j’ai marché seul d’un temple à un autre. C’était une expérience qui a beaucoup compté pour moi. Et ta plus mauvaise expérience ? En escalade, un bivouac glacial improvisé et sans aucun équipement, avec un ami au sommet d’une montagne en Californie. Sinon, la mort de ma mère, il y a deux ans. Est-ce que la pratique du headpointing ou de l’escalade de fissures t’intéresse ? J’aime grimper des fissures à l’occasion, surtout en longues voies, mais je n’ai pas d’objectif particulier dans ce style-là. Aujourd’hui, j’essaye de ne pas trop disperser mon énergie afin d’être vraiment le plus fort possible dans un style. Le headpointing ne me motive pas. À Majorque, je peux faire des voies dures de 25 mètres sans corde et sans me blesser, en tombant dans la mer. Alors, pourquoi estce que j’irai grimper au-dessus de blocs dangereux ? Je ne veux pas mourir de la sorte, ni même me blesser. Je préfère rester en bonne santé et le plus en forme possible. Mais, je comprends que certains grimpeurs fassent du headpointing. Que fais-tu quand tu ne grimpes pas ? Tout ce qui tourne autour de la musique m’intéresse. Je fais de la guitare et un peu de flûte. J’aimerais également apprendre d’autres langues. [Chris dans un bloc du Mt Woodson (Californie). Es-tu fier d’être américain ? ceēfouree (; fue ;'es,saye 4- ne pe6 ; 6ōpe4erder mon énergie n métre vraiment te p44:igrt ossee ce(aȳa go ? e. … (Longue hésitation). En ce moment, je me sens plutôt espagnol. J’y habite, bien sûr pour l’escalade, mais aussi pour la culture que j’apprécie beaucoup. Sinon, je me sens proche des gens de Santa Cruz (Californie) d’où je viens, un endroit vraiment à part, presque un pays différent. Les habitants y sont très ouverts d’esprit. Mais plus généralement, je trouve que la politique menée par les États-Unis en ce moment est terrifiante, notamment avec la guerre en Irak. La plupart des Américains ne voyagent pas beaucoup ; ils se contentent de regarder la télévision et se considèrent pourtant comme le centre du monde. En ce sens, je ne me sens pas fier d’être américain. Je n’éprouve pas de patriotisme à l’égard de mon pays. C’est même désagréable de payer des impôts pour ce pays car une partie de mon argent va financer la guerre. Après, on trouve des hommes bons et mauvais partout dans le monde. Et je garde beaucoup d’amis aux États-Unis. [Te sens-tu plus proche de la mentalité espagnole ? Oui, sans hésitation. Le seul endroit aux Etats-Unis où je me verrai vivre est Santa Cruz mais hélas, il n’y a aucune falaises là-bas. Tes contrats de sponsoring te sont-ils suffisants pour vivre ? Oui, c’est assez pour moi. J’ai de la chance d’être soutenu par des entreprises qui me laissent l’opportunité de vivre comme j’en ai envie : grimper, voyager… Combien gagnes-tu ? Combien gagnes-tu ? Je ne peux pas le dire. Je ne peux pas le dire. Pourquoi ? Est-ce un tabou ? Pourquoi ? Est-ce un tabou ? Non. Mais j’ai passé des contrats avec mes Non. Mais j'ai passé des contrats avec mes sponsors qui m'interdisent de répondre à cette question. sponsors qui m’interdisent de répondre à cette question. Comment est-ce que tu t’imagines dans 10 ans ? Comment est-ce que tu t'imagines dans io ans ? Je ne sais pas. Je veux continuer à grimper, à apprendre, à progresser en tant que grimpeur et comme personne. Je continuerai à voyager mais sans doute moins qu'aujourd'hui. J'aspire à une vie un peu plus stable. Durant les dix dernières années, je ne suis rarement resté plus d'un mois au même endroit. C'est un rythme fatigant. Je me vois bien m'installer en Catalogne (NDLR : depuis, Chris habite un appartement à Lerida), un endroit chaud où il y a beaucoup à faire en escalade. Le fait de me poser me permettrait de mieux m'organiser. Je ne sais pas. Je veux continuer à grimper, à apprendre, à progresser en tant que grimpeur et comme personne. Je continuerai à voyager mais sans doute moins qu’aujourd’hui. J’aspire à une vie un peu plus stable. Durant les dix dernières années, je ne suis rarement resté plus d’un mois au même endroit. C’est un rythme fatigant. Je me vois bien m’installer en Catalogne (NDLR : depuis, Chris habite un appartement à Lerida), un endroit chaud où il y a beaucoup à faire en escalade. Le fait de me poser me permettrait de mieux m’organiser. Comment se déroule une journée Comment se déroule une journée ordinaire de Chris Sharma ? ordinaire de Chris Sharma ? Je me lève vers 10h, je réponds à quelquesemails, et après je vais grimper. Encore récemment, j'avais un manager qui prenait en charge mes relations avec les sponsors. Depuis peu, je gère tout cela moi-même. C'est un aspect de l'escalade, plus professionnel, qui est aussi intéressant. Et ça me permet de m'occuper quand je suis moins motivé par l'escalade. Avant, j'étais plus jeune et j'avais besoin d'aide dans ces démarches, maintenant, je peux les assumer tout seul. Je me lève vers 10h, je réponds à quelquesemails, et après je vais grimper. Encore récemment, j’avais un manager qui prenait en charge mes relations avec les sponsors. Depuis peu, je gère tout cela moi-même. C’est un aspect de l’escalade, plus professionnel, qui est aussi intéressant. Et ça me permet de m’occuper quand je suis moins motivé par l’escalade. Avant, j’étais plus jeune et j’avais besoin d’aide dans ces démarches, maintenant, je peux les assumer tout seul. Que penses-tu de l’activisme de certains Que penses-tu de l'activisme de certains pour que l'escalade devienne une discipline olympique ? pour que l’escalade devienne une discipline olympique ? Je pense que ce serait bien pour notre pratique. S'il y avait une pétition pour que l'escalade devienne olympique, je la signerai. On voit des sports bien plus marginaux que le nôtre aux JO, alors pourquoi pas l'escalade ? Cela pourrait faire du bien à notre pratique. Je serais content que l'escalade puisse rendre heureuses encore plus de personnes sur terre. Je pense que ce serait bien pour notre pratique. S’il y avait une pétition pour que l’escalade devienne olympique, je la signerai. On voit des sports bien plus marginaux que le nôtre aux JO, alors pourquoi pas l’escalade ? Cela pourrait faire du bien à notre pratique. Je serais content que l’escalade puisse rendre heureuses encore plus de personnes sur terre. Tu affirmes que l’escalade est un mode Tu affirmes que l'escalade est un mode de vie plus qu'un sport et tu es favorable à l'olympisme : n'est-ce pas contradictoire ? de vie plus qu’un sport et tu es favorable à l’olympisme : n’est-ce pas contradictoire ?
En escalade, il y a aussi la compétition, et celle-ci est un sport, indiscutablement. Mais quand j’essaye une voie dans la nature, ce n’est pas pour me comparer à quelqu’un. C’est en ce sens que je dis que, pour moi, l’escalade ne se réduit pas un sport ou à une compétition. Tu participes toujours, ponctuellement, à des compétitions. Oui, mais principalement pour le plaisir de partager un moment d’escalade et d’échange avec d’autres grimpeurs. D’ailleurs, je n’exclus pas qu’à l’avenir, je participe à plus de compét, tant en bloc qu’en difficulté. Tu as une approche très libertaire de l’escalade, une pratique sans règle où chacun serait libre de faire à peu près ce qu’il veut. Comment, en escalade, concilier l’exigence éthique à l’absence de contrainte ? Je base ma pratique sur le respect : respect du rocher, respect de la nature, respect des personnes autour de toi, grimpeurs ou non. Et à partir de là, tu es libre de faire ce que tu veux. Ainsi, je ne tolère la taille de prises dans aucune situation, et plus encore si c’est dans une voie que tu n’as pas équipée. C’est un manque de respect. En bloc, on me dit souvent tu dois partir avec cette prise. Mais si j’ai envie de partir là, je ne vois pas où est le problème. Je suis libre de grimper où je veux. Bien sûr, je ne pourrai peut-être pas dire que j’ai fait ce bloc dans la version originale, mais cela m’importe peu. Te rappelles-tu ta vie avant l’escalade ? Oui, je n’avais pas de réelle passion auparavant. J’étais juste un enfant ordinaire qui aimait jouer. L’escalade a donné une direction à ma vie. À certains moments, j’ai douté et je me demandais s’il ne fallait pas que je fasse autre chose. Je grimpe tellement depuis tellement longtemps que, forcément, un jour ou l’autre, on s’interroge, on se demande s’il ne faut pas changer. Aujourd’hui, j’assume mieux le fait que ma vie, c’est l’escalade. Je m’y consacre à 100%. Tu es un des grimpeurs les plus médiatisés au monde : qu’en penses-tu ? [Tu es plongé dans l'escalade : est-ce que tu te sens égoïste ? Pas vraiment, je pense que l'on peut partager sa passion. L'idéal est de pouvoir vivre ces moments d'escalade avec tes amis. Comment partager ta passion avec ceux qui ne grimpent pas, je pense à ta famille par exemple ? J'essaye de le faire à travers les films, des photos ou l'interview que l'on fait en ce moment. Ma famille sait que j'aime l'escalade. C'est important de trouver des moyens de partager sa passion justement pour éviter le repli sur soi ou l'égoïsme. Tous les étés, je grimpe avec des enfants et c'est un super moyen de partage. cst-ce que tu t'imagines en père de famille ? Oui. ae- serai ; content que f ; esedeii peese rente(re te-etremedencore p(zs* (4 peresomees sur terre. Quand tu décides d’être professionnel de l’escalade, tu es obligé d’être médiatisé, cela fait partie de mon travail et je m’y suis habitué. Cela fait 12 ans que je suis en couverture de magazines sans l’avoir jamais recherché. Je n’ai jamais envoyé mes performances aux médias, ce sont toujours eux qui sont venus à moi. Je ne cherche pas à ce que l’on écrive des articles sur moi, mais je ne refuse pas non plus. Je me concentre sur l’escalade en prenant en compte mes responsabilités de grimpeur professionnel. Chris dans Titanthrope (8c+), Spartan Wall (Kalymnos, Grèce). Tu es plongé dans l’escalade : est-ce que tu te sens égoïste ? Pas vraiment, je pense que l’on peut partager sa passion. L’idéal est de pouvoir vivre ces moments d’escalade avec tes amis. Comment partager ta passion avec ceux qui ne grimpent pas, je pense à ta famille par exemple ? J’essaye de le faire à travers les films, des photos ou l’interview que l’on fait en ce moment. Ma famille sait que j’aime l’escalade. C’est important de trouver des moyens de partager sa passion justement pour éviter le repli sur soi ou l’égoïsme. Tous les étés, je grimpe avec des enfants et c’est un super moyen de partage. Est-ce que tu t’imagines en père de famille ? Oui. Qu’est-ce qui serait important pour Qu'est-ce qui serait important pour tes enfants ? tes enfants ? Pour mes enfants comme pour tout le Pour mes enfants comme pour tout le monde, il est important d'avoir une passion. Ainsi, la vie prend tellement plus de sens. Qu'importe que ce soit la musique, l'escalade, un autre sport, la science ou l'art. Une passion donne une direction à ta vie, une motivation tellement particulière. Quand, par moments, je ne suis pas motivé par l'escalade, je me sens assez perdu. Je ne sais pas quoi faire de ma vie. Au contraire, quand je suis habité par un projet, une voie, tout est clair dans mon esprit, je ne me pose aucune question. Il me faut un objectif. monde, il est important d’avoir une passion. Ainsi, la vie prend tellement plus de sens. Qu’importe que ce soit la musique, l’escalade, un autre sport, la science ou l’art. Une passion donne une direction à ta vie, une motivation tellement particulière. Quand, par moments, je ne suis pas motivé par l’escalade, je me sens assez perdu. Je ne sais pas quoi faire de ma vie. Au contraire, quand je suis habité par un projet, une voie, tout est clair dans mon [esprit, je ne me pose aucune question. Il me faut un objectif. Qu’est-ce que tu veux dire Qu'est-ce que tu veux dire aux lecteurs d'Escalade- Mag ? aux lecteurs d’Escalade- Mag ? (Chris répond en Français) (Chris répond en Français) Faîtes-vous plaisir en escalade, dans la nature, parce que c'est incroyable, il y a beaucoup de choses qui sont très très bonnes. (Chris reprend en anglais) Je suggère à tout le monde d'aller grimper. Et la France est un excellent endroit pour être un grimpeur car vous avez vraiment beaucoup de belles falaises. Faîtes-vous plaisir en escalade, dans la nature, parce que c’est incroyable, il y a beaucoup de choses qui sont très très bonnes. (Chris reprend en anglais) Je suggère à tout le monde d’aller grimper. Et la France est un excellent endroit pour être un grimpeur car vous avez vraiment beaucoup de belles falaises. Merci à Laurent de la Fourchardière (Petzl) Merci à Laurent de la Fourchardière (Pote et à Arno Kôppel de nous avoir aidé à réaliser cette interview. et à Arno Köppel de nous avoir aidé à réaliser cette interview. Retrouvez la version intégrale de cette interview sur www.escalademag.com Retrouvez la version intégrale de cette interview sur www.escalademag.com 25



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :