Escalade Mag n°14 sep/oct 2007
Escalade Mag n°14 sep/oct 2007
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°14 de sep/oct 2007

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Press'Evasion

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 52

  • Taille du fichier PDF : 11,0 Mo

  • Dans ce numéro : la Sardaigne.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 18 - 19  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
18 19
r. -r rip "Zr 18 Infos pratiques Comment y aller Par avion, vols réguliers Paris-Cagliari via Venise ou Milan (Air France, Alitalia) ou Londres-Alghero (Ryan Air) puis location de voiture sur place. Par bateau, traversées directes Marseille- Porto Torres avec la SNCM (www.sncm.fr ou 3260, dites « SNCM », 0,15 € /min) ; Gênes-Olbia et Gênes-Porto Torres avec la Mobylines (www.mobylines.fr ou +49(0)611-14020) Possibilité de passer par la Corse avec la Corsica Ferries (www.corsicaferries.fr ou 0825 095 095, 0,15 € /min) puis la Saremar (www.saremar.it ou +39 081.844 92 97) de Bonifacio à Santa Teresa de Gallura. Rejoindre ensuite en voiture le sud-ouest de l’île, Iglesias puis Nebida, par la S130 puis S126. te ! Période idéale On peut grimper toute l’année dans l’Iglesiente grâce à la proximité de la mer et à la diversité des orientations proposées. Toutefois l’été est un peu chaud (mais possible pour allier vacances en famille et escalade tranquille le soir s’il y a du vent). L’automne et le printemps restent préférables. « MB Où dormir Nebida : le gîte « A Ca’da Pria » (+39 335 537 63 82 ou acadapria@iol.it) offre soit une formule Bed & Breakfast, soit une formule en demi-pension et peut organiser des séjours (rando ou escalade) pour des groupes sur réservation (avec transfert depuis l’aéroport de Cagliari). Buggeru : camping Solare Services, tél. : 347 78 69 113. Vue générale de la baie de Masua., 041111i Depuis 2006, l'Iglesiente voit son renouveau avec la découverte du vallon de Gutturu Cardaxius (prononcez « Cardajiousse »), à 10 min de la somptueuse double crique de Cala Domestica. Dans ce canyon asséché à cheval sur les communes de Buggeru et d'Iglesias, les locaux (Bruno Fonnesu, Giorgio Enne, Massimo Gessa et Flaviano Bessone) ont encore du pain sur la planche. À chaque détour de la route, on aperçoit une nouvelle barre calcaire qui n'attend que leur folie créative (et pas mal de courage pour bartasser jusqu'en haut !). Istentales est le premier secteur à avoir vu le jour : sans doute à cause de la marche d'approche ridicule. Idéal pour l'été et l'automne, il présente des voies de continuité (25-30 m) sur un rocher gris et orange de bonne qualité, avec parfois d'étranges inclusions noires qui forment des réglettes bien franches. Tous les niveaux sont représentés jusqu'à 7a+ et les noms sont en sarde (exception culturelle oblige !). À ne pas manquer : Unda nieda (« la vague noire »), Sos malos (« les méchants ») toutes deux 6b+ et Sardigna (6c). L'escalade en dalle verticale y est technique et particulièrement esthétique, ce que ne laisse pas forcément présager la falaise au premier coup d'oeil. Flauiano Bessone et Fidèle GambÀ eux deux, ils ont un petit siècle, mais la passion pour l’escalade reste intacte. Originaires du nord de l’Italie, ces fondus de snowboard, de voyages et d’équipement, vivent en Sardaigne depuis une dizaine d’années et tiennent le gîte des grimpeurs à Nebida, A Ca’da Pria (« la maison de pierre », en dialecte génois) : une mine pour les topos et un repaire pour les À eux deux, ils ont un petit siècle, mais la passion pour l'escalade reste intacte. Originaires du nord de l'Italie, ces fondus de snowboard, de voyages et d'équipement, vivent en Sardaigne depuis une dizaine d'années et tiennent le gîte des grimpeurs à Nebida, A Ca'da Pria (« la maison de pierre », en dialecte génois) : une mine pour les topos et un repaire pour les Depuis 2006, l’Iglesiente voit son renouveau avec la découverte du vallon de Gutturu Cardaxius (prononcez « Cardajiousse »), à 10 min de la somptueuse double crique de Cala Domestica. Dans ce canyon asséché à cheval sur les communes de Buggeru et d’Iglesias, les locaux (Bruno Fonnesu, Giorgio Enne, Massimo Gessa et Flaviano Bessone) ont encore du pain sur la planche. À chaque détour de la route, on aperçoit une nouvelle barre calcaire qui n’attend que leur folie créative (et pas mal de courage pour bartasser jusqu’en haut !). Istentales est le premier secteur à avoir vu le jour : sans doute à cause de la marche d’approche ridicule. Idéal pour l’été et l’automne, il présente des voies de continuité (25-30 m) sur un rocher gris et orange de bonne qualité, avec parfois d’étranges inclusions noires qui forment des réglettes bien franches. Tous les niveaux sont représentés jusqu’à 7a+ et les noms sont en sarde (exception culturelle oblige !). À ne pas manquer : Unda nieda (« la vague noire »), Sos malos (« les méchants ») toutes deux 6b+ et Sardigna (6c). L’escalade en dalle verticale y est technique et particulièrement esthétique, ce que ne laisse pas forcément présager la falaise au premier coup d’œil. Accès : Accès : Depuis Nebida ou Buggeru, prendre la route qui relie les deux villages (en ignorant le panneau « impasse » présent dans les 2 sens !). Juste avant l'embranchement de la route pour Cala Domestica (en venant de Nebida), prendre à droite une piste en terre qui s'enfonce dans le vallon (2 cairns caractéristiques à l'entrée et un camion-citerne juché sur un monticule à gauche !). Après 2 Km, se garer à gauche, à deux pas de la falaise. Depuis Nebida ou Buggeru, prendre la route qui relie les deux villages (en ignorant le panneau « impasse » présent dans les 2 sens !). Juste avant l’embranchement de la route pour Cala Domestica (en venant de Nebida), prendre à droite une piste en terre qui s’enfonce dans le vallon (2 cairns caractéristiques à l’entrée et un camion-citerne juché sur un monticule à gauche !). Après 2 Km, se garer à gauche, à deux pas de la falaise. amateurs de gnochetti sardes et autres lasagnes au pesto… Flaviano travaille pour la revue italienne Alp. Quant à « Didi » (le surnom d’Adèle), c’est selon les dires de Flaviano « la véritable chef car sans elle, rien n’aurait été possible, puisqu’elle tient le gîte et suggère tous les endroits à équiper ! » amateurs de gnochetti sardes et autres lasagnes au pesto... Flaviano travaille pour la revue italienne Alp. Quant à « Didi » (le surnom d'Adèle), c'est selon les dires de Flaviano « la véritable chef car sans elle, rien n'aurait été possible, puisqu'elle tient le gîte et suggère tous les endroits à équiper ! » Led [4:Pleel t:I01:11
À chaque détour de la route, on aperçoit une nouvelle barre calcaire. Giorgio Enne dans Sardigna (6c), Istentales. I j-•



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :