Escalade Mag n°13 jun/jui/aoû 2007
Escalade Mag n°13 jun/jui/aoû 2007
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°13 de jun/jui/aoû 2007

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Press'Evasion

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 52

  • Taille du fichier PDF : 14,3 Mo

  • Dans ce numéro : le Val d'Aoste.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 40 - 41  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
40 41
US Army 40’antan Texte : Jean-François Wolff L'escalade L'escalade À l’aube du 6 juin 1944, une immense armada se dirige vers les côtes de Normandie pour libérer l’Europe de la domination nazie. Parmi cette flotte de quelque 7000 navires, 12 barges de débarquement ont pour objectif la pointe du Hoc. de la liberté ! Le plan à l’époque du débarquement. La pointe du Hoc Située à une dizaine de Km à l’Ouest d’Omaha Beach, à environ 14 Km au nordest d’Isigny-sur-mer (Calvados), la pointe du Hoc est un plateau calcaire, qui se termine abruptement en falaise de 40 mètres de hauteur. Son pied n’est séparé de la mer que par une très étroite et très courte plage de sable. Depuis le printemps 1942, l’Allemagne nazie a entrepris la construction du « mur de l’Atlantique ». Cette barrière de fortifications entre le Cap Nord et les Pyrénées était censée empêcher le débarquement des forces alliées. C’est dans ce cadre que d’impressionnants bunkers ont été construits sur la pointe du Hoc ; on croyait savoir qu’ils abritaient notamment 6 canons dont la portée était d’une vingtaine de Km. À l’aube de « l’opération Overlord », il était indispensable de les détruire car ils auraient pu couler n’importe quel navire et écraser les troupes que l’on prévoyait de débarquer dans les secteurs d’Omaha Beach et Gold Beach Les forces en présence et le débarquement En face des défenses allemandes (125 fantassins et 80 artilleurs qui subissaient d’ailleurs depuis la veille des tirs des canons de marine), les barges débarquèrent 225 Rangers améri- cains particulièrement entraînés pour cette cains particulièrement entraînés pour cette mission difficile. Mais l'opération commença mal, sans effet de surprise à cause d'un retard consécutif à une erreur de navigation. Une barge fut coulée en mer, des G.I. se noyèrent dans des trous d'eau provoqués par les impacts d'obus sur la plage, pièges mortels pour des fantassins lourdement chargés, d'autres furent mitraillés avant d'avoir pu se mettre à couvert... Et les renforts n'arrivèrent qu'en nombre très insuffisant, loin des 500 prévus. mission difficile. Mais l’opération commença mal, sans effet de surprise à cause d’un retard consécutif à une erreur de navigation. Une barge fut coulée en mer, des G.I. se noyèrent dans des trous d’eau provoqués par les impacts d’obus sur la plage, pièges mortels pour des fantassins lourdement chargés, d’autres furent mitraillés avant d’avoir pu se mettre à couvert… Et les renforts n’arrivèrent qu’en nombre très insuffisant, loin des 500 prévus. L’escalade héroïque, la victoire, mais la déception L'escalade héroïque, la victoire, mais la déception Sous le commandement du colonel James Sous le commandement du colonel James EarlRudder, les soldats rescapés réussirent l'incroyable exploit de gravir rapidement la falaise, 5 à 10 minutes dit-on, avec des moyens faisant penser à ceux utilisés pour les assauts des châteaux forts médiévaux, c'est-à-dire des grappins, des cordages et des échelles. Mais il s'en est fallu de peu que cette escalade tourne à la catastrophe : les grappins projetés par des roquettes n'atteignirent pas le sommet à cause du poids excessif des cordages mouillés, les défenseurs parvinrent à couper la plupart des cordes et les assaillants durent souvent se tailler des marches dans la glaise. EarlRudder, les soldats rescapés réussirent l’incroyable exploit de gravir rapidement la falaise, 5 à 10 minutes dit-on, avec des moyens faisant penser à ceux utilisés pour les assauts des châteaux forts médiévaux, c’est-à-dire des grappins, des cordages et des échelles. Mais il s’en est fallu de peu que cette escalade tourne à la catastrophe : les grappins projetés par des roquettes n’atteignirent pas le sommet à cause du poids excessif des cordages mouillés, les défenseurs parvinrent à couper la plupart des cordes et les assaillants durent souvent se tailler des marches dans la glaise. Arrivés au sommet, les survivants, encore en danger à cause des « snipers » ennemis tout proches, découvrirent que les 6 redoutables canons n'étaient pas en place. Les services de renseignement avaient été Arrivés au sommet, les survivants, encore en danger à cause des « snipers » ennemis tout proches, découvrirent que les 6 redoutables canons n’étaient pas en place. Les services de renseignement avaient été
US Army La falaise du Hoc. leurrés par des grands troncs d’arbres qui les remplaçaient. Les canons furent trouvés à proximité deux jours plus tard et détruits. Le 8 juin également, des renforts prirent la place des héros. Il en manquait 128 et 183 étaient blessés. En janvier 1979, la France reconnaissante a légué la pointe du Hoc aux États-Unis où l’on y voit flotter la bannière étoilée. Sur le plateau, le mémorial qui a été édifié reste entouré de cratères de bombes et d’amas de blocs de béton hérissés de tiges d’acier. Ainsi, cette falaise est devenue un site historique et mythique ! Official U.S. Navy Photograph, National Archives. US Army En haut : Les soldats à l'escalade. En bas : Les soldats grimpeurs à l'attaque de la falaise. En haut : Les soldats à l’escalade. En bas : Les soldats grimpeurs à l’attaque de la falaise. La pointe du Hoc. Li ci N TECh EMO-TIONe HaJ71B1 Jasper CR> Pour l'escaladeei Cleeeftrcla ouvrante à replia- L-an rapide arec le wrebilirne Sicure. Inbirieer Ide 3.1) sens CCIutuarLa ceinture CVLI1115- morde perme'div centre le. pante d parle érinelid phis-e-lt Meartireie. Ligne CAMP : 4 itéreives AuLo Fit > (rancir 113re al Andra WPiovi Zel>35411enchee 04 XI B3 7.E DB sarnall. ourridellimriniriezo ri



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :