Escalade Mag n°13 jun/jui/aoû 2007
Escalade Mag n°13 jun/jui/aoû 2007
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°13 de jun/jui/aoû 2007

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Press'Evasion

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 52

  • Taille du fichier PDF : 14,3 Mo

  • Dans ce numéro : le Val d'Aoste.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 16 - 17  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
16 17
16 rip U NI• Stephanie dans Spirito divino (L3, 4b), falaise de « Placche di Oriana », village de Courtil. À 32 ans, Stéphanie Sauvegrain ouvre les portes de la joie par un sourire en virgule de hamac, rehaussé d'yeux noisette qui pétillent cette joie de vie. Le fait de grimper une bonne partie de l'année comme monitrice et directrice du centre UCPA du Verdon doit y être pour quelque chose. Il vous suffira de la rencontrer au croisement d'un piton ; c'est ce que j'ai vécu dans cette belle voie Tommy du Val d'Aoste pour vous rendre compte du bonheur à grimper avec des gens heureux de décou- ne heure et demie plus tard, en T Trie heure et demie plus tard, en ce mois de juillet, nous sommes perchées sous les derniers ressauts d'une montagne, les chaussures mouillées par la rosée d'une chatoyante prairie. En face de nous, les dalles d'Oriana se mirent au soleil. Quelques vaches agrémentent la mélodie des oiseaux par un joli tintement de sonnailles. ce mois de juillet, nous sommes perchées sous les derniers ressauts d’une montagne, les chaussures mouillées par la rosée d’une chatoyante prairie. En face de nous, les dalles d’Oriana se mirent au soleil. Quelques vaches agrémentent la mélodie des oiseaux par un joli tintement de sonnailles. Enfin, alors que nous pique-niquons Enfin, alors que nous pique-niquons sur le perron d'un chalet en pierres supportant une charpente séculaire en mélèze, notre regard se perd mille mètres plus bas dans le fort de Bard qu'une trouée de brume laisse entrevoir. Seule la montre continue à compter mathématiquement son heure. Nous accédons au pied de la paroi après quelques minutes de marche. Je commence à grimper sur cette roche striée d'une multitude de veines de micas, quartz et feldspath. Mes mains se logent et s'agrippent aux trous, fissures et autres reliefs offerts par ce gneiss travaillé par le temps. sur le perron d’un chalet en pierres supportant une charpente séculaire en mélèze, notre regard se perd mille mètres plus bas dans le fort de Bard qu’une trouée de brume laisse entrevoir. Seule la montre continue à compter mathématiquement son heure. Nous accédons au pied de la paroi après quelques minutes de marche. Je commence à grimper sur cette roche striée d’une multitude de veines de micas, quartz et feldspath. Mes mains se logent et s’agrippent aux trous, fissures et autres reliefs offerts par ce gneiss travaillé par le temps. UN viDe De cHaQue COTe, La vue Qui s'eTiRe SUR 360° eST La surpRise De ceTTe voie S’adapter à ce nouveau terrain de jeu S'adapter à ce nouveau terrain de jeu n'est guère compliqué, les relais sont confortables, les points d'ancrages de bonne qualité : me voilà rapidement quelques mètres sous le relais sommital. Je m'y vache et m'aperçois que la paroi est en fait une grande lame. Je suis posé maintenant sur l'étroitesse de sa tranche, un vide de chaque côté, la vue qui s'étire sur 360° est la surprise de cette voie. n’est guère compliqué, les relais sont confortables, les points d’ancrages de bonne qualité : me voilà rapidement quelques mètres sous le relais sommital. Je m’y vache et m’aperçois que la paroi est en fait une grande lame. Je suis posé maintenant sur l’étroitesse de sa tranche, un vide de chaque côté, la vue qui s’étire sur 360° est la surprise de cette voie. Ce nid d'aigle est passager, on redescend la face en rappel, mais l'esprit reste encore ancré là-haut. Ce nid d’aigle est passager, on redescend la face en rappel, mais l’esprit reste encore ancré là-haut. À 32 ans, Stéphanie Sauvegrain ouvre les portes de la joie par un sourire en virgule de hamac, rehaussé d’yeux noisette qui pétillent cette joie de vie. Le fait de grimper une bonne partie de l’année comme monitrice et directrice du centre UCPA du Verdon doit y être pour quelque chose. Il vous suffira de la rencontrer au croisement d’un piton ; c’est ce que j’ai vécu dans cette belle voie Tommy du Val d’Aoste pour vous rendre compte du bonheur à grimper avec des gens heureux de découvrir un site, une nouvelle voie, de partager un moment de grimpe, de détente autour d’une bière. Pour résumer, nous avons donc au Verdon l’histoire de deux chevelures blondes. L’un au masculin dans le premier rôle du film Opéra Vertical, véritable déclencheur médiatique de notre sport, l’autre Stéphanie, moins connue du grand public, et qui par ses nombreux stages démocratise également l’escalade. Un grand merci a eux. vrir un site, une nouvelle voie, de partager un moment de grimpe, de détente autour d'une bière. Pour résumer, nous avons donc au Verdon l'histoire de deux chevelures blondes. L'un au masculin dans le premier rôle du film Opéra Vertical, véritable déclencheur médiatique de notre sport, l'autre Stéphanie, moins connue du grand public, et qui par ses nombreux stages démocratise également l'escalade. Un grand merci a eux.
Vincent Serra Di Migni dans Trombo neman (6c), falaise de « la Bistecca », village de Donnas.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :