Escalade Mag n°13 jun/jui/aoû 2007
Escalade Mag n°13 jun/jui/aoû 2007
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°13 de jun/jui/aoû 2007

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Press'Evasion

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 52

  • Taille du fichier PDF : 14,3 Mo

  • Dans ce numéro : le Val d'Aoste.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
O Godefroy Perroux dans T.Rex (L9, 6a), falaise de « Monte Coudray », village de Bard. 14 rip ete L " r4 On est parti faire notre première grande voie avec un guide sur les dalles d'Oriana, la veille de finale de la coupe du monde, France-Italie ! Quel souvenir, un cierge planté ici par nous, Français, et qui se consume dans l'église d'Arnad, la plus italienne des églises. Pourquoi ? pour l'espoir de la victoire Française : et finalement pour rien ! Quel souvenir, une première grande voie en com-. Encaissée entre le massif du Montncaissée entre le massif du Mont./.(Blanc et les Aiguilles-Rouges, la vallée de Chamonix est un cul-de-sac où viennent se loger régulièrement d'épais nuages desquels sort un jus local bien connu : « la reuille » (la pluie généreuse). Pendant cette période, il est d'usage de prendre patience dans les nombreux cafés de la ville. Blanc et les Aiguilles-Rouges, la vallée de Chamonix est un cul-de-sac où viennent se loger régulièrement d’épais nuages desquels sort un jus local bien connu : « la reuille » (la pluie généreuse). Pendant cette période, il est d’usage de prendre patience dans les nombreux cafés de la ville. UN SOLeiL GeNeReux NOUS CONFiRMe L'uRGeNce D'UN DePaRT immeDiaT VERS Le JaRDiN D'EDeN Du VaL D'AosTe Aux comptoirs de ces estaminets, vous Aux comptoirs de ces estaminets, vous entendrez parler de la dernière course ensoleillée à la mode ; l'alcool aidant, ces récits rivaliseront sans peine avec les exploits relatés par Paris Match. S'il vous reste quelques deniers, allez faire réchauffer votre carte dans les librairies de montagne, ou tout autre magasin de sport où le sourire que l'on vous délivre est proportionnel au coût de ce que vous voulez acquérir. Mais si la vie devait se résumer à cela les jours de pluie, il n'y aurait plus dans cette vallée que des alcooliques aux poches trouées. Que faire alors ? Un seul coup de fil au gîte d'Arnad et la voie reposée de l'hôtesse bercée par un soleil généreux nous confirme l'urgence d'un départ immédiat vers le Jardin d'Éden du Val d'Aoste. Première étape, franchir le tunnel du Mont Blanc, sinistre cher et pollué mais qui permet de déboucher rapidement sur la vallée d'Aoste. Que la grisaille à la sortie du tube ne coupe pas votre élan ! Poursuivez la recette du bonheur vers ce soleil qui troue de plus en plus ces nuages. Le microclimat de Bard est là ! entendrez parler de la dernière course ensoleillée à la mode ; l’alcool aidant, ces récits rivaliseront sans peine avec les exploits relatés par Paris Match. S’il vous reste quelques deniers, allez faire réchauffer votre carte dans les librairies de montagne, ou tout autre magasin de sport où le sourire que l’on vous délivre est proportionnel au coût de ce que vous voulez acquérir. Mais si la vie devait se résumer à cela les jours de pluie, il n’y aurait plus dans cette vallée que des alcooliques aux poches trouées. Que faire alors ? Un seul coup de fil au gîte d’Arnad et la voie reposée de l’hôtesse bercée par un soleil généreux nous confirme l’urgence d’un départ immédiat vers le Jardin d’Éden du Val d’Aoste. Première étape, franchir le tunnel du Mont Blanc, sinistre cher et pollué mais qui permet de déboucher rapidement sur la vallée d’Aoste. Que la grisaille à la sortie du tube ne coupe pas votre élan ! Poursuivez la recette du bonheur vers ce soleil qui troue de plus en plus ces nuages. Le microclimat de Bard est là ! Stéphanie Sauvegrain dans Tommy (L6, 6a), falaise de « Monte Charvatton », village de Pont Bozet. On est parti faire notre première grande voie avec un guide sur les dalles d’Oriana, la veille de finale de la coupe du monde, France-Italie ! Quel souvenir, un cierge planté ici par nous, Français, et qui se consume dans l’église d’Arnad, la plus italienne des églises. Pourquoi ? pour l’espoir de la victoire Française : et finalement pour rien ! Quel souvenir, une première grande voie en compagnie de ma fille qui frime depuis son mur en salle, mais qui, comme moi, aurait bien brûlé un cierge dans la montée… Mais cette fois-ci pas pour rien ! C’est beau comme un printemps, c’est calme comme un soupir, ça laisse des traces dans le cœur, on est ensemble pour une première, promis craché, on en fera d’autres. Viva Italia ! pagnie de ma fille qui frime depuis son mur en salle, mais qui, comme moi, aurait bien brûlé un cierge dans la montée... Mais cette fois-ci pas pour rien ! C'est beau comme un printemps, c'est calme comme un soupir, ça laisse des traces dans le coeur, on est ensemble pour une première, promis craché, on en fera d'autres. Viva ! talla !
. y..11 t"



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :