Escalade Mag n°12 mai 2007
Escalade Mag n°12 mai 2007
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°12 de mai 2007

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Press'Evasion

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 52

  • Taille du fichier PDF : 9 Mo

  • Dans ce numéro : les gorges de l'Aveyron.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 42 - 43  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
42 43
O 00 0 000 0 0° 0 O O o 0 0 42 Texte et photos : Emmanuel Voldoire o 0 Pichenibule chef d’oeuvre au Verdon Début des années 70, et déjà les grandes faiblesses de l’Escalès ont été explorées, les dièdres, les fissures les plus logiques offrent des itinéraires d’envergure, comme La Demande, Ula, Péril Rouge, Luna Bong… Il reste maintenant à défier les grandes dalles monolithiques, lisses, sans failles, qui à l’époque des hexcentrics (coinceur à forme hexagonale) et des pitons auraient probablement perturbé notre sommeil. En 1977, A. Bultel, J. Ginat, P.Grenier, S. Trousier, J. Perrier, J-P. Moron et P.Martinez vont signer un chef d’œuvre qui va marquer le début d’une nouvelle ère dans l’histoire du Verdon. Pichenibule va devenir le mythe, la représentation la plus parfaite de l’escalade libre de haute difficulté. Tout y est : l’élégance du tracé, la qualité exceptionnelle du rocher, la beauté, la finesse des gestes et bien sûr le gaz, le légendaire gaz du Verdon ! De cette ouverture vont naître les grandes voies de libres qui cheminent au travers de ces bombés invraisemblables ! Qui aurait cru que Pichenibule, un gentil petit mouton qui profitait paisiblement du gazon de J.-P. Moron, soit un jour immortalisé comme un dieu du Verdon ! Même si les limites de l’escalade libre ont été bouleversées depuis, vous comprendrez pendant ce petit pèlerinage culturel, que trente ans auparavant, bandeau dans les cheveux et Super Gratton (chaussons d’époque) aux pieds, le mot « extrême » devait prendre tout son sens… Reste encore le bombé ! Le fameux ! Qui malgré toutes nos panoplies futuristes continue d’infliger de bonnes corrections à ses prétendants ! C’est au cours des années 80 que le potentiel des gorges va apparaître : chacun veut « composer » : les nouvelles lignes vont fleurir par dizaines et faire du Verdon un lieu de passage presque obligatoire. Les rideaux de Gwendal, la Fête des Nerfs, les Grands Navires ou Caca Boudin font partie des incontournables. Le Verdon c’est gazeux ! Sortie de la longueur en 6c/7a.
o Vue du Jardin des Écureuils sur les gorges. Vous pouvez aborder Pichenibule de deux façons ; -Faire la voie intégrale : cela me paraît être une des plus belle façon de découvrir le canyon du Verdon. Partir tôt afin d’éviter les chutes de pierres, qui, les jours d’affluence dans le Jardin des Écureuils, peuvent copieusement arroser la grande fissure de départ. On accède au pied de la voie par une ligne de rappel située sous la rambarde, à droite du belvédère : 6 rappels. Le départ de la voie se situe alors une centaine de mètres à droite sur le fil d’un pilier incliné qui borde une grande conque. - Faire uniquement la deuxième partie en dalles qui démarre au Jardin des Écureuils. Dans ce cas-là, on accède au Jardin des Écureuils par les rappels d’accès aux dalles grises. Du belvédère de la Carelle suivre à gauche le sentier qui longe le haut de la falaise : 2-3 min de marche avant de trouver la chaîne. Patrick Cordier Le dièdre sous le Jardin des Écureuils à l'époque de l'ouverture. Attention aux chutes de pierre ! MN, Itineraire : L1 : remonter un pilier qui borde une grande conque. L2 : traversée horizontale à droite. R2 au pied de la grande fissure. L3 et L4 : remonter la fissure. L5 : du bord gauche du jardin remonter jusqu’à un arbre et traverser 5 mètres à gauche pour faire le relais. L6 : traverser à gauche dans un mur à gouttes d’eau sous un bombé. Rejoindre le dièdre et le remonter sur quelques mètres. Relais flanc gauche du dièdre un peu caché dans les arbres. L7 à L11 : à partir de là toujours suivre l’itinéraire le plus à gauche. Acces : De La Palud sur Verdon se rendre au belvédère de la Carelle par la D 23. Difficulte et materiel : 250 m 6b/6c soutenu avec un passage en 7b+ (le bombé). Cotation obligatoire : 6b. Rééquipée, mais un jeu de nuts et un crochet goutte d’eau peuvent servir. Topo : « Grimper au Verdon » de B. Gorgeon et D. Taupin distribué par Lei Lagramusas. N’hésitez pas à vous le procurer. Dans ce secteur, les voies sont nombreuses : il permet de bien se repérer. o L o% nue, andrea (3)oldrInt RESSEMELAGE TOUTES MARQUES Remplir carreetemn,nt ce couper et Joindre un cheque selon le reontent de& COratiOi-ie. à l'Ordre do GI-eaUSS.U.PhS 3B Opeiralblon re :..re Choix senrielke Vibram• $(e ID%CA• Mid Rubber- Fermi Rubber Prénom : NOM : Adreue z



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :